Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 10:02

Parfois j'envie ceux qui arrivent à progammer une sortie de pêche, j'envie tout ceux qui ont largement le temps de préparer leurs affaires et qui arrivent à bon port comme il était prévu dans la feuille de route.

Voilà des choses qui n'arrivent presque jamais dans la vie des silverboys, il y a toujours un truc qui coince, une panne de dernière minute, un retard, des horaires qui dépassent ce qu'on pouvait s'immaginer, là, c'est que nous partons avec un chrono au dessus du crâne. Nous avons tous fait des concessions aux épouses pour ne pas rentrer tard car le jour férier qui suit est dédier à la famille et aux sorties à l'autre bout du monde, si le volume de sommeil ne correspond pas à sa propre récupération il faudra prendre sur ce qu'il reste d'énergie pour avoir un semblant d'être humain. 

La pêche continue.La pêche continue.La pêche continue.

Pourtant tout à l'air de bien commencer, il n'y a pas de retard important en vue, les appâts sont arrivés à point nommé, il fait bon et la route qui nous mène vers les calanques n'est pas du tout embouteillée. Y' a pas à dire quand on est habitué à mériter sa pêche, quelque part c'est inquiétant quand il ne se passe rien... Sur la route les pronostics vont bon train, il n'y a pas une minute de répis pour dénicher la bonne idée du moment car à la vue de la mer qui va nous recevoir ce soir tout les espoirs sont permis. Tu parles, une mer très agitée sans aucun vents pour troubler les neuronnes, cela fait vraiement longtemps que cela n'était pas arrivé et nous allons sûrement en profiter pleinement. Malgré tout il nous reste en suspension le fameux truc qui pourrait bousiller la soirée, bon, on verra bien...

Nous nous installons à la vitesse de l'éclair, les bibis monstrueux sont coupés et ficellés nous font frétiller au plus haut point et en quelques instants déjà les premier scion sifflent dans les airs à la recherche de la vitesse supersonique. Malheureusement avec le vent presque de face et la rudesse des roches qui nous obligent à envoyer dans des positions parfois complexes nous ne ferons pas de records sur ce point mais bon, la mer est déboitée et le poisson ne se tient pas toujours très loin. Nous allons patienter un bon moment avant d'avoir les premières touches, en premier lieux nous allons remonter nos appâts un peu mâchés ou finement tirés, je vois bien que malgré une mer propice les poissons arrivent encore à jouer très fin. Mais quand le nuit s'installe les choses changent sous les eaux, moi  je suis aux prises depuis cins minutes avec un poisson qui à trouvé dans mon bibi un truc qui le passionne. Ici j'entends dire à quel point il va falloir être patient pour capter une vrai touche car l'écureuil monte énergiquement sur le fil puis retombe lentement, il frétille sur place, branle du chef ponctué de longs calmes qui me font dire qu'il joue plutôt qu'il ne mange quand enfin...Moi j'en ai marre d'attendre qu'il ne se décide, je vais aller vérifier mon autre canne qui elle aussi à trouvé preneur, je n'ai pas le dos tourné que Stef hurle:

-" RO !!! un départ, un départ !!! "

Je me précipite pour ferrer car l'écureuil est collé au blank et ne se dévisse pas, le poisson est au bout il est temps de lui coller une décharge dans la quiche qui n'oubliera pas dessuite. Mais l'aïgou saïgo qui s'agite sous nos pieds ne me facilite pas la chose, un poisson sait se jouer des vagues et des courants, tantôt il vient facilement et soudain il te stoppe net à la faveur d'une puissante pression. A la surface nous voyons arriver un beau sar qui bataille férocement, Stef tient le salabre à bout de bras dans la main gauche cherchant le poisson et avec la main droite solidement accrochée dans une faille il enfourne ma prise dans les mailles. Parfois je me dit qu'il faut être jeune pour faire tout ça et mes années qui passent me poussent lentement à ne plus faire ce genre de choses. Mais rapidement les choses prennent forme, Stef remonte un sar encore plus gros qu'il "treuille" sans assistance, pour le plaisir de lui laisser sa chance il le remonte en poids jusqu' à nos pieds. Nous sommes époustouflés car cela fait longtemps que je n'avais pas vu de mes yeux de tels sars, ce sont de belles bestioles que le destin nous fait en cadeau, outre leur rareté, ils sont de fabuleux poissons qui sont à la cîme de la qualité.

 

La pêche continue.
La pêche continue.

Un peu plus tard nous allons profiter d'une deuxième vague de touches, enfin je dit nous, c'est Stef qui va faire le reste de la pêche. Parfois je me dit que c'est comme ça, on ne peut rien contre ce genre de trucs, nous avons les cannes côte à côte et c'est lui qui prends le poisson, va comprendre...

Mais le destin est impitoyable avec moi car  je n'ai pas tenu ma promesse. Au départ j'avais promis à mon épouse de ne pas rentrer tard car il était prévu depuis des lustres une sortie à Marineland à Antibes en famille. Pour moi Aubagnais cela représente deux heures de route, si il me manque du sommeil je sait d'avance que ça risque de me coûter cher en neuronnes. Il est une heure et demi du matin il faut partir, pour moi c'est l'assurance de me coucher aux alentours de trois heures pour décoller à sept heures, autant dire que je vais faire de la figuration. Nicolas travaille le lendemain de l'ouverture à la fermeture de Cabesto, autant dire ( encore) que ce n'est pas le bon jour pour prendre des décisions importantes, là il faut se mettre à couvert et laisser passer l'orage bien à l'abris devant son ordinateur. Nous trouverons encore le temps nécessaire pour faire quelques clichés des poissons et de nos trombines alourdies par la fatigue.

La pêche continue.
La pêche continue.

J'ai survécu de justesse à la sortie de ce Jeudi grâce à la beauté des lieux et aux animations complexes des cétacés qui ne peuvent laisser insensible, malgré tout j'en ai bien bavé mais vous savez quoi ? Je retroune à la pêche Samedi soir mais il ne faut pas que je rentre tard car Dimanche...

Du plus grand au plus petit, c'est la Silver Family.

Du plus grand au plus petit, c'est la Silver Family.

A mon épouse qui supporte tout.

En farfouillant dans l'antre de mes possibilités poétiques je voulais dire à mon épouse sous forme d'un éclatant récit à quel point je l’aimais. Je me voyais déjà l'épée à la main tel robin des bois lui annonçant le retour de Richard cœur de Lion, lui démontrer abreuvé de mots contemporains que l'amour est une suite logique d'actions et de concessions qui débouchent forcement sur un avenir durable et sécuritaire. Ouai bon...

J'ai essayé d'enjoliver tout ça, d'y mettre des mots qui peuvent toucher une maman qui partage avec patience le quotidien d'un fou furieux amoureux des calanques. Mais au fils des phrases pompeuses je me suis rendu compte que tout cela ne mène à rien, j'ai tout effacé.

Mais j'ai trouvé dans mon cœur quand je pense à elle quelques mots imprononçables qui ne se comprennent qu'entre nous deux, ils ne sont pas aussi grandiose que je l’aurais voulu au départ mais ils résonnent comme des harmoniques céleste dans l'antre de mes tripes. En fait il ne fallait pas plus que trois mots mal formulés avec mon pauvre bouquet de fleurs à la main pour déclencher en elle tout ce qu'elle attendait de moi. Au fond l'amour est si simple, les sentiments sincères sont si puissants que rien ne sert à les travestir, être son homme lui suffit... 

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans pêche au bord de l'eau. sport
commenter cet article

commentaires

alainpaddy 31/05/2014 19:24

Je crois que j'ai trouvé la photo pour la première sur mon blog ! ce sera la Silver Family !!

ça nous changera des tronches de pêcheurs fatigués , de gros poissons ou de bibis et autres vers !!
Bises

roro 01/06/2014 12:05

Merci Pad, mon trésor est tout là.
Bises Mon Pad

Jm alias oletta 31/05/2014 15:58

J avais pas vu stef de si près il a une tête de dorade bise

bert 31/05/2014 13:10

Je t'imagine bien devant me bassin des Orques a un moment je suis sur que t'as du te dire : ça doit te faire de ces touches ces trucs !!! MDR
Mes amitiés a la Silver Family bises !!!

roro 01/06/2014 12:04

Tu as raison Bert j'y ai pensé, par contre là vu la masse d'une orque là t'as que la touche et le claquage d'écureuil...

roro 01/06/2014 12:02

Oui tu ne crois pas si bien dire sans salabre ! Ceux qui lancent des défis sans salabre n'ont qu'à bien se tenir car on s'entraîne dur. Pour l'instant on a perdu 300 daurades de 20 kilos mais on y crois toujours !!

renaud 31/05/2014 13:16

Rectif
Et sans salabre en plus.

renaud 31/05/2014 13:16

D'accord av toi Bert. Un bon gros bibi sur un bon 25/100 et hop, par ici l'Orque en papillote !!!!!
Et sans salaire en plus.

Beaux sars les gars, bravo a tt les trois.
Vous etes magnifiques en photo.
Bise a tous.

ange 31/05/2014 02:19

a part les sars de 3kg piece vous n'avez rien fait d'autre,je sais pas moi,perdre une roue sur l'autoroute,rencontrer une girafe dans les calanques ou trouver des ossements de dinosaures,la routine quoi! mais par contre la fin ça commence à devenir "les feux de l'amour"...méfi !

roro 01/06/2014 12:00

Oui Ange, heureusement que ma femme arrive à supporter mes folies de sorties par ce que sans ça ma pêche aurait une autre gueule, à part ça je l'aime comme un dingue...
Bises Ange

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories