Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 17:36

Dès mon plus jeune âge j'ai été en contact direct avec la mer, mon père n'hésitait pas à me faire gambader longuement le samedi dans les sentiers rocailleux de nos calanques cannes à pêche à la main. Pour lui tout était bon pour stopper quelques instants soit pour me faire entendre le sifflement d'un oiseau mystérieux, le grincement imperceptible des pins soumis au Mistral léger, au bruit mélodieux des vagues qui achèvent leur route ici ou d'une fleur fraîchement née au millieu d'épineux arbustes persistants. Mais avant tout, il m'a transmi ce besoin incessant de pêcher, de savoir reconnaître au premier coup d'oeil un bon coin d'un autre, le plaisir de penser à sa vie quand on est seul et de respecter ce qui m'entoure. Car au fond il avait raison, tout ce qui gravite autour de nous est vivant, pas un seul millimètre de terre n'est désertique, il n'y a pas un seul mètre cube d'eau qui n'a eu un jour la visite de poisson de mes rêves, c'est un peu ça qu'il essayait de me dire à sa manière, là où tu vis tu n'est pas seul et tout peut arriver à tout instant. Voilà des phrases que je comprends aujourd'hui et que je transmet à mon tour à mes grands enfants, du moins, ceux qui veulent encore venir avec moi à la pêche. Il est vrai que depuis mes jeunes années tout à changé pour tout le monde, les coins reculés n'existent plus, il n'est plus possible de se faire ses appâts tant ils ont été pourchassés pour la vente et il faut bien le reconnaître, aujourd'hui la pression de pêche sur certaines espèces est phénoménale. Dans ce contexte il est parfois difficile de tirer parti de la mer, les bredouilles sont monnaie courante même au plus fort des saisons laissant le pêcheur passionné dans le plus profond des doutes.

Il semble pourtant que le poisson fasse de la résistance, certains appâts sont bien moins productifs sur certaines espèces depuis quelques temps. Nous avons tous pris de belles daurades qui se sont laissées tenteés par un bibi, des loups, des sars voire même des marbrés. Mais cette afluance de bibis envoyés dans l'eau qui dure depuis une décénie semble marquer marque un peu le pas aujourd'hui, nos prises sont un peu plus espacées avec ce ver et il nous a fallu trouver un autre style d'appât pour rester réguliers. En gros nous en sommes comme les leuristes qui doivent renouveler sans cesse la forme ou les couleurs des leurres pour séduire leurs poissons, il est établi sans aucun doute possible que le poisson s'habitue à ce qu'il va trouver, si il  a été piqué plusieurs fois sur le même leurre il est certain qu'il s'en méfiera dès qu'il le croisera de nouveau. Il n'est pas illogique de penser qu'à force d'envoyer un multitude de vers sur les mêmes postes que le poisson fini par s'en habituer et au fil des décrochages il fini par s'en méfier.  Voilà un peu ces quelques constatations qui taquinent l'esprit de pas mal de très bons pêcheurs qui doivent se tourner vers d'autres appâts moins connus, au fil des discutions il est probable qu'un retour vers les anciens appâts soient envisageable. Malgré tout le bibi est une valeur sûre et il a de "beaux jours" devant lui, en plus il disponible toute l'année ce qui un gros avantage.

De toute façon l'été n'est pas le bon moment pour essayer une nouvelle batterie de vers ou de coquillages, les filets posés stratégiquement barrent méticuleusement tous les accès aux divers poissons ne laissant à nos lignes que les juvéniles et les perdus. Depuis le mois de Juillet nos postes sont envahis de mailles, mais la nouveauté c'est qu'ils ne sont pas forcement visibles de la surface, c'est soit pour les rendre invisible aux braconniers soit pour que les imprudents en bateaux de location ne les embarquent pas dans leur hélices. En tous les cas pour nous cela se traduit inévitablement par une absence de touches. Pour moi le choix est clair il me faudra aller là où les filets ne peuvent pas se poser, soit par une cartographie des fonds complexe soit par la présence de fort courants seulement voilà...Je ne connait pas beaucoup de coins qui peuvent répondre à ce genre de critères, seul Sormiou, Morgiou, Taillat et toute la bande de roche qui mène vers Cassis peut y répondre. Le petit truc c'est que la marche est hors catégorie, il faut compter largement plus d'une heure pour se rendre sur ces postes, de plus les sentiers qui grimpent à la verticale dans la caillasse sont très éprouvants et si on ajoute tout le matos sur le dos, ce n'est plus de la pêche mais c'est de toute évidence une épreuve grand format, heureusement que la vue est démoniaquement belle.

Malgré tout je ne vais pas me ramolir car ça fait plus de deux semaines que je ne suis pas allé pêché et je suis prêt à tout pour prendre quelques poissons, mais ce soir je part trop tard il faudra me contenter d'un recoin plus proche.

Mais la chance va me sourire une fois de plus, il y a un coin libre tout en bas, il est assez productif et le lui doit quelques belles prises en tout genre, c'est un peu quitte ou double ici mais bon...il faudra s'en contenter. Je déballe mes affaires et sans plus attendre je balance un bon bout de ver de Rimini tout frais sorti des bacs de Cabesto. Je me dit que vu qu'il fait encore bien jour j'ai tout le temps de déployer le salabre. Le destin ne l'a pas entendu de cette oreille car comme les trois fois précédentes à peine ai-je tourné le dos qu'un de mes écureuils monte molement vers le ciel, on va pas dire que c'est la touche de l'année mais c'est un miracle d'avoir trouvé un ver qui est si adapté à ce coin. Je positionne une deuxième canne juste à côté de la première, dans la foulée je m'empare de la première canne et sans trop de convictions je ferre, je ne pense pas à un beau poisson. Effectivement mon premier poisson est un beau yeux assez petit, je le balance à l'eau tient ? L'écureuil de la deuxième canne est presque collé, Le courant sans doute...Se serait trop beau si à peine arrivé...Dans le doute je vais quand même vérifier cette ligne car avec les daurades on ne sait jamais, parfois elles ne font même pas de touches et il faut contrôler ses appâts très souvent. Au ferrage je comprends que j'ai eu raison, le poisson qui est au bout donne de bons coups de têtes très réjouissants qui dissipent le sempiternel doute qui plane à chaque sorties de pêche, on peut dire ce qu'on veut mais aller à la pêche, dépenser des sous pour les appâts, marcher dans les calanques et ne pas faire de poissons pour la plupart d'entre nous c'est toujours difficile à digérer. Bon là la question ne se pose plus car j'ai un beau poisson en ligne, il tire si fort par moments que je me demande pourquoi je n'ai pas encore cette fois déployé mon salabre, ho putain je sent que je vais me faire avoir, il trop loin grrrrr. Heureusement il a un petit plateau rocheux devant moi bien arrosé par les vagues, avec un peu de chance mon 20 centièmes ne va pas casser, avec une pincée de réussite je vais avoir la vague qui faut et un gros coup de cul pour qu'il y reste jusqu' à ce que je puisse descendre le récupérer, bon, avec ça si il va dans le bac c'est qu'il y était destiné. Malheureusement mon petit plan ne va pas tenir trois segondes, la daurade part sur la droite en direction de la pointe pour couper le fil et je suis obligé de me déplacer avec elle, au passage les deux autres cannes ont trouvé un client et vu la tronche de la dernière c'est un client sérieux, pfffff !!! Finalement la daurade n'ayant pas eu satisfaction revient sur ses pas et mon petit plan reprends forme, à la faveur d'une belle vague ma prise va aller s'échouer sur ce petit morceau de roche qui dépasse un peu de l'eau mais au moment où je crois avoir remporté la partie le fil casse et le poisson roule dans un trou. Aïe aïe, c'est jouable  mais je vais avoir les jambes mouillées c'est sûr, rapidement j'enfonce les doigts dans les ouïes du poisson et je l'arrache d'un bloc de ce trou mousseux, une vague plus haute que les autres va me noyer les guiboles pendant que la dodo s'ébroue fortement entre mes doigts le poisson retombe aussitôt à mes pieds, je le récupère pour ne plus le lâcher. Ben voilà, je suis mouillé mais je suis heureux car cette bestiole me récompense de trois semaines d'abstinence, d'un parcour épineux pour arriver jusqu'à Cabesto et tout un tas de trucs qui ont failli me coûter ma sortie.

Tout le reste va être moins calme mais je ne vais plus prendre de poissons de cette taille, par contre je vais devoir remettre à l'eau tous les petits sars, les beaux yeux qui se sont laissés avoir par mon ver hors normes, j'ai fait ma pêche et au delà du fait que je ne souhaite pas faire un score, je suis heureux d'avoir pris et remis à l'eau autant de petits poissons...Mais vers onze heure c'est l'arrêt total des touches, d'un coup. Pour tuer un peu le temps et les moustiques j'avais prévu un hebdomadaire auquel je suis abonné depuis des lustres, on y parle de beau matos, de poissons record et beaucoup de choses qui font plaisir à l'oeil. On y parle aussi en bon français de l'absolue nécessité à ne pas vider la mer avec ses prises, de respecter les mailles, de rester humain avec ses poissons ce qui me semble la moindre des choses quand on admet que ce qu'on pêche est vivant. Par contre ce qui est désolant c'est qu'on parle encore une fois du pêcheur amateur comme d'un gars qui peut vider la mer, on pointe timidement du doigt l'arment électronique et les nouvelles solutions qui font croire que le poissons n'a plus beaucoup de chances de passer à côté. Moi je vous dit que mis à part le fait que dans son ensemble le pêcheur amateur est un vrai crado et se permet de salir des kilomètres de beaux endroits, il ne sera jammais de taille face a l'industrie de la pêche. Comment peut t'on ne pas comparer des gens qui pêchent pour leur loisir et les milliers de kilomètres de filets, de palangres, de nasses et tout ce qui racle le moindre poisson ? Si toutes les espèces s'apauvrissent rapidement ce n'est pas à cause du pêcheur aussi bien armés soit t'il, c'est incontournablement la faute du professionnel qui n"hésite plus à mettre se filets jusque dans les passes, dans les frayères. Il n'y aucun contrôle de la maille sur les étals, quand on sait qu'un chalutier balance des tonnes de poissons par dessus bord pour ne garder que le poissons rentable, et là, nous devrions nous sentir coupable de pêcher des blanquettes ? En tout cas avec moi ça ne marche pas.

Finalement je vais partir de mon poste vers minuit, ma lecture m'a plus énervée qu'autre chose, même si je comprends le fond car on ne peut pas dire dans un grand journal que c'est à cause d'un métier que notre passion nous échappe, on ne peut pas ouvertement condamner une profession sans risquer un bon retour de flamme. Mais nous sommes très nombreux à penser que nos calanques sont désormais en phase terminale de mort, les filets ont pourri tous les coins encore valides, il y a des mailles là où il n'y en avait jamais eu ( Frioul). Il reste évident que la majorité des poissons ne seront pas pris par nos lignes, vu que toute la frange côtière est occupée par le nylon tressé nous aurons de moins en moins l'occasion de montrer du beau poisson si tout cela continue ainsi. 

Une vie au bord de l'eau.
Une vie au bord de l'eau.
Voilà un bout de ver de Rimini bien ligaturé.

Voilà un bout de ver de Rimini bien ligaturé.

Une vie au bord de l'eau.
Une vie au bord de l'eau.

Je remonte à la voiture et j'enfourne toutes les affaires qui m'ont servi ce soir, je ne peut pas m'empêcher de repenser à toutes ces lignes qui sont justes dans le fond mais qui ne correspondent peut être pas à la réalité de Marseille. Ici c'est n'importe quoi, les pros sont souvent aussi filou que les braconniers, les contrôles n'existent pas pour eux et je trouve normal que quand nous allons pêcher et qu'il faille faire beaucoup de route pour trouver un petit coin, certain font un peu plus que d'ordinaire pour remplir sa biasse. Si les silverboys arrivent encore à tirer leur épingle du jeu c'est grâce à ceux qui nous renseignent régulièrement, grâce à toutes les astuces qui nous ont été transmises par des fous de pêche et de nos partenaires qui n"hésitent pas à nous fournir en appâts toute l'année. Les moralisateurs, les donneurs de leçons, ceux qui savent tout, savez vous ce que j'en pense ?

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans sport
commenter cet article

commentaires

azzopardi 24/08/2014 07:51

Bravo pour cette pêche et ce récit pour les filets dans mon secteur il sont à 30 m du port mais les "pêcheurs amateur" attrape des daurade et loup de 5cm au flotteur pour la friture!!!!!!

en savoir plus 20/08/2014 23:42

Je vous applaudis pour votre article. c'est un vrai exercice d'écriture. Développez

. Dans Plombiers questions de nuit, vous avez un service en changement où il a mieux à faire des serrurier paris parisiennes. Comme l?extérise Michel Serrure. Serrure) Contact enregistré Agrave; serrurier paris paris serrurier paris pas cher ouvez commande cylindre, refaires et des techniciens, nous interventions de temps pour un dépanner tous le vide, remplacer un cylindre un services qualifi& Eacute. Dans le 1er artisan expert se dédommagés.

roro 22/08/2014 18:06

Voilà une bonne nouvelle, on t'attends de pied ferme Nico !!!
Bises on t'embrasse.

Nicolas 22/08/2014 11:50

Ca a changé ici ;)) On parle bricolage ou on parle pêche ??

Roro, encore bravo pour cet article !!!

Prépares tes cannes, on va se croiser plus rapidement que prévu !! Pas encore eu le temps de mettre une ligne à l'eau dans l'océan... que je vais déjà revenir plonger quelques appats en med ;)

Bises les Silverboys, on se voit très vite.

reno 21/08/2014 19:07

Moi ça me donne pas envie d'en savoir plus! MDR !!!

bert 21/08/2014 10:14

Ha la fumette !!! Ptdr

roro 21/08/2014 07:23

J'ai pris une petit cuite hier soir et je lis des trucs étranges ce matin, vite qui peut traduire ?

Jef 20/08/2014 19:38

Salut Roro ! Encore une fois, tu as quand même tiré ton épingle du jeu. Mais c'est vrai que l'on aimerait tous revenir en arrière. Avant que ce soit dégradé comme ça. Et dire qu'on crée des parcs alibis, pour emmerder et culpabiliser quelques malheureux pêcheurs plaisanciers, dont je suis quand je peux, mais que les "pros" les plus inconscients font n'importe quoi ! On nous inflige un écologisme de façade et de dictature, mais au fond, rien ne change en bien et il faut être un peu fou comme toi pour revenir encore et toujours au bord de l'eau et espérer de la mer qu'elle va répondre, que l'on aura assez fait corps avec elle pour que nos pièges trompent un beau poisson. Poisson que nous prélèverons dignement et qui fera un beau repas familial ou convivial. Reste la solution, hélas, de partir. J'ai fait deux voyages de pêche exotique e espère repartir bientôt me confronter avec une nature forte et généreuse. Mais les calanques sont bien belles,pourtant ! Continue tes beaux récits et peut-être à bientôt au bord de l'eau.

roro 21/08/2014 07:21

Oui Bert, les silverboys ont le droit de s'exprimer sur leur blog surtout si c'est pour demander des nouvelles d'un ami ! Peu importe si c'est dans le cadre ou pas.
Bises chou.

Bert 20/08/2014 19:29

Salut a tous
Ce que je déplore c'est qu'il y a pas si longtemps on arrivait encore a faire des pêches honorables avant avec pas grand chose on faisait beaucoup et maintenant même en y laissant un œil on fait pas grand chose voir rien ...
Pour moi il y a de quoi dégoûter les petits jeunes qui débutent ...
PS : Pad j'ai cru comprendre que t'avais une petite baisse de forme et j'en profite pour te souhaiter un prompt rétablissement . (Je sais que c'est peut être pas le lieu mais c'est ça aussi l'esprit Silverpêche .

Reno 20/08/2014 15:00

AH non non non mon Roro, je suis absolument d'accord av toi et peut être plus que toi lol. Et je suis peut être même plus extrémiste que toi concernant les pros de la pêche, les distances a la quelle il calent leurs filets, les mailles des poissons etc etc.
Je te disais juste que j'adore quand tu évoques les pêches d'antan av ton père et que je trouve personnellement que c'est là ou tu écris le mieux, j'y trouve même un petit coté "pagnol" ds ta façon de décrire certains souvenir.
Rien a voir sur le fait que je sois d'accord av toi ou pas.... de toute façon on est tt le temps d'accord sur tout.
Que le cul te pèle mon ami.

Reno 20/08/2014 12:03

Salut Ro,
Même si je suis forcément d'accord av toi sur la partie "gestion des ressources pros et amateur", ce que je préfère c'est toutes les fois ou tu parles de tes souvenirs av ton papa. Ça doit rappeler des souvenirs a pas mal de monde.
Tu as évoqué dans cet article une certaine lassitude de la part de certain pécheur, c'est exactement mon cas. Les problèmes sont multiples: peut de temps pour aller a la pêche, budget appât pour pouvoir pécher correctement. Du coup quand tu as un créneau pour te rendre a la pêche, tu es tellement en manque que peu importe les conditions météo, les appâts que tu as, tu y vas quand même et forcément le résultat et très moyen. Aller pécher par gros mistral av une boite de ver américain cela peu fonctionner quant tu y vas une fois ou deux par semaine mais une fois tt les deux mois ça devient de la loterie... voir même du miracle d’être là au bon moment et bon endroit.
J'en parlais av Bert l'autre jour au tel, ns sommes quelques uns a être souvent déçu, frustré, on attend tellement de choses de ces quelques rares pêches qu'au final tu rentres a la maison en étant écœuré, 50 euros d’appât, du vent ds la gueule tt une nuit, pas une touche, au moins 15 euros d’essence et 3 jours pour te remettre d'une marche épuisante.
Heureusement que la plupart du temps les collègues et la bonne humeur aident a digéré tt ça.
Voila pourquoi je pars pour un voyage de pêche en Espagne au mois d'octobre, si là je fais rien je crois que cette fois ci je jette tt a la mer.
Encor bravo pour ta pêche et ton article.
Bise a tous.

alainpaddy 20/08/2014 15:26

Roro ce qui manque le plus c'est le bon vieux sens !! celui de nos anciens ! pas de normes ! pas toutes ces conneries qui nous empoisonnent la vie de tous les jours .
Chacun gérait en fonction de ses besoins , on savait qu'il fallait laisser la graine pour les années à venir ,
Dis moi combien pensent à leur descendance ? combien emmènent les minots pour les apprendre ? On vit une époque de fous !!

roro 20/08/2014 13:29

Comme tu le soulignes si justement on ne peut pas être d'accord avec tout ce que je dit car je n'ai pas la science infuse. J'exprime juste mon sentiment car je ne sais pas grand choses au fond, mais quand tu fait plusieurs sorties et que les filets sont toujours là et que pour prendre un poisson il faut s'arracher un oeil, on se dit que si le poisson disparaît nous n'y sommes pour rien.
Il est vrai que je fait souvent le lien avec les pêches de ma jeunesse et celles d'aujourd'hui et mon père est souvent au milieu, mais il y avait une sorte de conscience collective de la part de tout les acteurs de la mer qui n'existe plus et ça c'est regrettable car vu le peu de monde qu'il y a dans les calanques il y aurai moyen de s'entendre.
Bises Reno

alainpaddy 20/08/2014 10:29

Bravo encore une fois !! coup de gueule justifié , remarque pertinente , à quand le retour du bon sens ??
Biz .

roro 20/08/2014 13:13

Quand j'ai écrit cet article j'ai pensé à toi car vous dans le Nord vous êtes plus prompts à vous gérer, c'est tout qui vous l'impose mais...comment peut t'on en vouloir à un mec qui s'est bouffé 1 mois de gros vent, la pluie, les marées et donc peu de possibilité de faire ses vers, de revenir avec un peu pus de poissons qu'à l'ordinaire ? Il est tellement tributaire de tout que quand c'est le bon moment hé bé, il va pêcher et si il tombe sur le poisson il ne s'impose pas de limite vu que cela arrive deux fois l'an.

lesardigne 19/08/2014 21:22

c'est décidé cette année j en fait une avec toi mais tu ne fais pas marcher des heures. bises Ro

roro 19/08/2014 21:44

Mon cloclo, je t'accueille avec joie, je vais te faire découvrir quelques coins proches et du beau poisson à la clé, tu me dis où et quand. Mieux que je ne peut pas...

Ed 19/08/2014 21:05

Je suit ton blog depuis longtemps déjà, ce qui m'étonne le plus c'est avec quelle verve tu alimentes notre intelect. Je te cite souvent en référence auprès de mes amis et nous nous croiserons peut être un jour devant les viviers de Cabesto.
Merci à toi et à toute ton équipe de pationnés.

roro 19/08/2014 21:46

Merci Ed pour tes compliments, tu es de quel coin ?

greg 19/08/2014 21:03

Au top Roro!
Je reviens d ESPAGNE et dune belle semaine de vacances et mes yeux sont encore émerveillés de tout ce poisson qu'il y avait...rien de comparable avec ici...

steph 19/08/2014 19:58

Belle petite sortie roro!! superbe recit et comme tu l'as dit:bientot on pourra meme plus prendre le bain tellement les filets sont pres du bord!!Biz ro

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories