Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 22:31

 

Et bien voilà, je suis là à tourner comme une abeille autour d'un pot de miel parce que j'ai envie d'aller à la pêche ce Lundi soir. La météo menace, le vent est très présent, la mer est sûrement épouvantable alors pourquoi résister ? Il s'est ouvert une petite fenêtre dans ma caboche qui me dit que c'est encore jouable,si j'avais su que ne k'aurai pas écouté. Ne tenant plus vers vingt heure je part de chez moi laissant derrière moi les doutes, j'enquille le cordon d'asphalte qui mène vers l'inconnu sous l'épais brouillard. La route n'est pourtant pas si longue car à cette heure la plupart des gens mangent ou sont à l'apéro, je traverse Marseille rapidement pour me retrouver cheveux aux quatre vent ( c'est le mot) sur mon poste désert. J'avais bien raison de prévoir plusieurs plans pour cette soirée car tous les postes possibles sont labourés par les vagues qui arrivent du large mais après mure réflexion et changement de coin plusieurs fois je vais choisir le moins pire de tous, je m'installe...

Vu que la dernière fois j'ai perdu un précieux bouchon ici je vais très prudent avec le segond, ils sont identiques à quelques détails près et c'est les mains tremblantes que je bombarde le montage très loin. Oui j'ai prévu du lourd ce soir pour ne pas casser bêtement, il m'a fallu faire un arraché de 20 mètres en 45 centièmes couplé sur du fil en 30, une gaffe armée de pics pour décoincer un fil emprisonné, là au moins je suis paré et sûrement un peu plus serein. Le bouchon une fois redressé se comporte plutôt pas mal dans la vague virulente, il ne se couche pas trop au creux et ne coule pas au sommet ( oui c'est l'inverse de la logique), comme cela il me sera possible de capter le moindre changement grâce à la lumière placée en tête. Dans ce genre de galère il est possible de rester plusieurs heures à regarder la danse gracieuse du bouchon, parfois même il n'y a pas de touches de la nuit donc, il faut bien se caler et fumer des clopes pour passer le temps et de faire de nouveaux plans. Cela permet de penser un peu à tout notamment ce qui pourrai me permettre de mieux pêcher, de capter les courants de surface et la possible présence de calmars.

Alors que je suis sur facebook sur mon téléphone à regarder le fil de l'actualité, mon oeil est attiré par l'absence du bouchon, j'ai beau regarder à droite ou à gauche, dans le flux de lumière du phare lointain, il a disparu. Ouiiiiiiiiiii, je saute sur la canne et commence à remonter ma prise. A vrai dire vu les vagues je ne sent pas bien le coco qui est dessus, parfois il tire très discrètement et parfois on dirai que non. Dans ces conditions je remonte un peu au hasard et on verra bien au bord si il est dessus. Mais pour qu'un bonheur n'arrive pas seul la pluie tombe soudainement, les gouttes lachées par les gros nuages noirs au dessus de moi ruissellent sur mon front, je pense soudainement à mon appareil photo, les affaires et les boites largement ouvertes. Non mais sans blagues faut vraiment pas avoir de bol, enfin bon la pêche c'est ainsi. A la surface je voit bien mon calmar qui arrive, la douce lumière de la nouvelle frontale est un précieux confort, je peut le voir sans lui braquer les watts dans la quiche qui le feraient sûrement fuir. Il est tout en travers car il a pris la sardine sur le dos, il va falloir lui faire le coup du père François pour le piquer, la recette est simple. il faut coucher la canne à l'horizontale pour faire remonter le calmar à la surface, puis quand le tube couvre les hameçons il suffit de redresser la canne lentement pour qu'il glisse définitivement sur les crochets. Ca marche à tous les coups même avec les seiches pourtant très dures à piquer.

La pêche express.

Le problème c'est que la pluie est tenace, elle s'est engoufrée dans mes affaires et il est urgent de tout protéger et me protéger aussi.

De mon poste tout proche je peut entendre et voir beaucoup de choses, le vent qui passe sur les pierres nues, la mer qui tape avec rage par moments, les pneus des voitures qui crissent sur la route, les débordements en tout genre. Ca me prends tellement le cerveau de ne pouvoir être tranquille qu'au bout d'un moment je me demande même ce que je fait ici. Les touches sans suite du bouchon sont très espacées, les sardines que j'ai calées à fond au loup n'ont trouvé que des fiélas à la suite, bon...Je sait bien que je viens d'arriver mais finalement c'est vraiment n'importe quoi ce soir et je n'ai pas envie de rester.

Je profite que la pluie s'est un peu essouflée pour tout rembaler, vivement Samedi et j'espère qu'il fera un temps correct.

Bises les gars !

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans pêche au bord de l'eau. sport calmar
commenter cet article

commentaires

jp 19/11/2014 19:08

trés beau compte rendu de peche a l'arraché !!!c'est ça aussi la peche
trés bien ton blog que Renaud nous fait connaitre ,merci a vous tous

jp 19/11/2014 19:06

trés beau compte rendu de peche a l'arraché !!! c'est ça aussi la peche
trés beau blog que Renaud nous fait connaitre ,merci a vous tous

gégé 13/11/2014 15:57

un grand bonjour de gégé hé roro je suis a la baie des songes vendredi soir si tu veu passé me dire coucou s'est volontié
j'ai du ver de rimini on va casser la mer !

trafic organique 13/11/2014 02:28

On en veut davantage avec autant d\'humour. Merci.

Renaud 12/11/2014 01:20

Ben oui t'étais en manque de pêche et malgré la météo tu décides quand même d'y aller. En général cela se termine tjs de cette façon. Sauf que Roro se démerde quand meme a faire un coco.
Bravo !!
Bise a tous.

alainpaddy 16/11/2014 18:00

Le plaisir c'est pouvoir se faire passer l'envie , le résultat est secondaire !

Nico 11/11/2014 23:10

A qd la bredouille digne de ce nom ??? ;0) joli cephalo

RORO 11/11/2014 23:16

Faire bredouille quand il y a des calmars et des fiélas c'est pas facile. En fait j'ai déballé, j'ai pris ce calmar et je suis parti dans la foulée sous la pluie. Une histoire plutôt courte mais bon, comme ça tout le monde sait qu'on peut faire des trucs juste pour le fun.
Bises Nico.

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories