Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 21:04

Je suis avachi sur mon canapé en train de m'engloutir une série télévisée qui n'a pas su intercepter mon attention. Un histoire louche d'un extra terrestre qui s'est échoué sur la terre et qui cherche un truc pour retourner chez lui. Manque de bol il ne connait pas les us et coutumes de la terre et il ne fait que des conneries, heureusement dans un coin il reste un mec et une nana lucides qui tentent de trouver le moyen de mettre au placard le E.T... Bon moi je suis totalement absent du film ne captant les images que par intermitance, je tapote du bout des doigts l'angle en bois de l'accoudoir du canapé comme si ils cherchaient quelques chose mais en vain. Il pleut dehors, les gouttes tombent sans cesse dans le jardin détrempé, les fleurs multicolores qui arrivent à terme ploient sous la lourdeur du temps, bercé par ce spectacle mes yeux sont au bord de se fermer quand soudain me vient une folle idée, regarder la météo...

J'ai beau regarder à plusieurs fois, il semble que la pluie cesse dans la soirée sur Cassis, c'est tellement incroyable que je n'en revient pas. C'est peut être l'occasion de faire une petite sortie et de savoir si réellement il y a des calmars car il faut bien le dire, avec mes amis tout est différent, mon attention est complètement monopolisée et je ne suis pas attentif. Là je serait seul et je n'aurait que ça à faire et la moindre touche ne pourra pas passer à ouf.

Sans plus attendre me voilà sur la route de Cassis la nuit venue sous une pluie battante, je ne voit pas comment tout cela pourrai cesser car les nuages qui passent au dessus des collines sont lourds de pluie et il semble qu'une fois de plus je me soit fait avoir par le météo. Tout le long du chemin je me pose irrémédiablement la question du poste car si la pluie ne cesse pas il faut que je soit à distance raisonnable de la voiture, j'ai beau être équipé il ne faut pas pousser mémé dans les orties.

Une fois sur le parking des tennis il me reste quand même quelques doutes sur la probable accalmie de fin de soirée par ce que pour l'instant ça tombe grasssss !!!!!!! Bon, au bout de dix bonnes minutes à fumer des clopes vitre ouverte dans la voiture je suis contraint de me préparer pour sortir, une fois vissée la frontale sur la casquette je respire un grand coup d'air bien frais et une fois tout l'attirail mis sur le dos la petite marche commence. Inutile de dire qu'il n'y pas âme qui vive ici , il n'y a même pas une voiture sur le grand parking même en examinant bien les lieux...je suis complètement seul. Remarque ne n'est pas pour me déplaire vu le coin et j'aurait tout le loisir de repérer des postes de secours.

C'est rigolo quand j'y pense, y'a pas une heure j'était en plein sommeil sur mon canapé et me voilà sous la pluie du ciel de Cassis à traquer le calmar sur une simple idée. On a de la chance quand même...

Samedi sous la pluie.

J'ai des sardines de chez PEXEO, elles sont chargées de trucs qui font la différence, à première vue elles sont petites mais à vrai dire à l'usage c'est une gros avantage. D'ailleurs même sous la pluie qui sévit ici il ne me faudra pas bien longtemps pour trouver mon premier calmar. Ce n'est pas un monstre mais dans ce cas de figure il est beau...Vouiii !!! Il est bô !!! En fait c'est presque un miracle car avec ce courant si habituel ici il faut relever sans cesse le montage pour ne pas voir son bouchon s'entortiller dans les rochers.

Samedi sous la pluie.

A vrai dire je ne sait pas si il y a beaucoup de profondeur ici, à première vue à dix mètres rien ne racle au fond, je remonterait l'ensemble au fur et à mesure de la soirée comme il est d'usage de faire et pas l'inverse. 

La pluie commence à se calmer un peu, je peut commencer à faire quelques clichés dans le noir le plus complet malgré la lune pleine qui joue avec l'épaisseur des nuages c'est dire !!!  Le vent qui vient de gauche commence à pousser la surface de l'eau et se montre nettement plus frais, tient ? Il y a un bouchon rouge qui vient de passer à toute allure dans mon champs de vision sur la droite, pas possible je ne suis plus seul alors ?

Hé bé voilà, l'attente va durer très longtemps, il ne pleut plus mais le vent a pris le relais et il est très désagréable, il pousse le bouchon qui court rapidement sur l'eau et je doit relancer très souvent. Je suis bein tranquille à fumer mes clopes à l'abri du vent quand une touche m'interpelle. Le bouchon coule franchement mais ne fait pas surface, je saute sur ma canne quand il remonte à plat...il me faut reprendre le mou pour avoir une idée de la force du calmar, mais j'ai beau tourner la manivelle il n'y a rien au bout, seul le bouchon revient vers le bord.

Pour une surprise c'est une surprise ! En fait le poisson ( car c'est pas un calmar là ) à mangé la sardine et la calamarette dans la foulée et ne m'a laissé que le bas de ligne avec le bouchon. A cet instant je suis au plus profond des doutes car je n'ai que quelques poissons pour faire la soirée et si je ne trouve pas une solution d'urgence autant dire que je peut remballer. j'ai connu ce scénario des centaines de fois, vous savez, je n'y crois pas des masses et quelques sardines feront l'affaire, je suis là pour quelques heures mais là... il y a vraiment urgence... Dans un dernier sursaut d'espoir je suis contraint de fabriquer à la hâte un montage qui va aller trouver les indésirables qui bousillent les sardines mais qui attirent les prédateurs. Je vous expliquerai bien tout ça en détail mais je ne suis pas sûr de pouvoir  y arriver alors pour rester simple, je fait pendre deux petits hameçons garni de tout petit morceaux de sardines à côté de celle qui à déjà subi les dents des bogues.

L'attente est longue, je suis complètement désespéré. Avec ce montage je ne peut pas prendre un calmar car mon poisson est en lambeau. Mais contre toute attente et au bout de longues minutes mon bouchon va couler, dans un mouvement de pur désespoir je ferre et entâme une longue et douloureuse remontée. Je sent à peine les miniatures coups de têtes du poissons qui s'est pendu au bout mais...à froce de délicatesses et de douceur je voit pointer une belle bogue à la surface. Malheureusement elle se décroche en plein vol et retombe à l'eau. Bon là suis à deux doigts de plier car je ne suis même pas foutu de prendre ça ?!!! Mais je doit me resaisir et renvoyer au cas où...

la chance va me sourire une segonde fois sous un vent glacial qui se renforce franchement. Ce Mistral très pénétrant est froid et je ne tarde pas à me faire claquer des dents, j'ai beau être bien couvert cela ne suffit pas. Mais pendant que je me lamente sur les conditions de pêche de ce soir le bouchon qui rague les mi hauteurs à complètement disparu. Ouiiiiii, je vais peut être pouvoir saisir ma chance....

Samedi sous la pluie.
Samedi sous la pluie.

Pardon pour la forme mais ma prise va être embrochée vivante sur l'épaisse tige en inox, combinée avec les fameux bouchon de chez Pad je suis fin prêt à reprendre du service. Malgré les apparences je ne suis pas si mal que ça, j'ai un des meilleur poisson pour capturer les calmars et le destin m'a conduit ici, certains plieraient baguages mais moi je suis là et je pousse le concept jusqu'au bout.

Heureusement ma petite histoire va bien se finir.

Me voilà assis dos au Mistral froid qui souffle pile face à mon bouchon, les vagues qui commencent à sevir toute la baie de Cassis me plonge dans un doute indescriptible. Pourtant  il n'est pas aussi tard que cela et pourquoi serai-je venu si c'est pour partir à la moindre contrariété ? Non je reste encore un peu. Hé bien que grand bien me fasse et alors que je suis affairé à me rouler ma dernière clope, mon bouchon fonce à toute allure sous la surface, il plonge, il est magnifiquement éteint mais voilà, c'est le signe magistral d'une énorme touche !!!! Dans la confusion ou la surprise ( au choix) d'avoir une touche et au vu des conditions franchement merdiques j'entâme la longue remontée de ma prise les mains tremblantes. Il rushe fortement dans le scion jusqu'à la surface, même si je sait qu'il est lourdement piqué le doute survi toujours, il peut se déchirer ou autre chose à tout instants. Dans un dernier sursaut de n'importe quoi je le décolle de l'eau pour le faire attérir derrière moi, il souffle de tout son corps pour manifester sont profond soupir. Oui je vais une fois de plus guérir mes petites blessures sur le dos de mes proies, je vais grandir dans l'antre de mes prises. Je le regarde s'éteindre doucement sans savoir si ce que je fait est bien humain après tout. Moi qui poursuit toute l'année les connards qui ont laissé ces  coins aussi pourri que leur vies de merde, je prends le relais en pêchant alors que rien ne me pousse à survivre. Voilà de belles questions philosophiques que chacun peut (ou ne peut pas voir) devant sa porte, mais quand un beau sujet termine sa vie et que je trouve cela bien ou normal, je me dit que j'ai encore du chemin à parcourir pour estimer réellement toute la portée de ma passion.

Beaucoup ne se poseront jamais la question sur la vie ou la mort tant que cela ne les concerne pas directement. La vrai question de la vie c'est toute la bienveillance que l'on peut avoir face à sa passion. Pêcher est un acte majeur qui supprime la vie à des fins de loisir ou professionnelles, la vie animale a une importance majeure dans le cycle de nos espoirs qui mérite toute notre attention. Moi quand je voit un poisson qui gît dans ma biasse et que je peut voir ses yeux qui cherchent une porte de sortie, que ses ouïes s'ouvrent en vain à la recherche d'une trace d'eau je me sent un peu coupable je n'y peut rien...Je mesure à quel point l'acte de prélèvement est cérébralement complexe dans la grande arche de la vie, cela m'a contraint à faire de terribles no-kill sur des toutes sortes de poissons.

Samedi sous la pluie.

Bon voilà ma pêche est foutue, ce calmar à ruiné mon envie de rester ici, je remballe mes affaire sous un froid intense qui sévi sur ces roches millénaires. La lune pleine éclaire aussi fort que l'usage de la frontale devient franchement accessoire voire désagréable.

Tout est rangé dans les boites, tous mes projets de futur remis dans l'eau pour une bonne semaine et la marche du retour sonne dans les bourrasques qui résonnent dans les arbres. J'arrive à la voiture en quelques minutes avec un sentiment intense de satisfaction, il ne me faudra q'un bon quart d'heure sur le chemin du retour pour faire à nouveau de nouveau plans...

Samedi sous la pluie.

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans pêche au bord de l'eau. calmar sport
commenter cet article

commentaires

serrurier paris 10ème 20/12/2014 23:09

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

serrurier paris 16eme 19/12/2014 20:00

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

syl34 14/12/2014 18:03

"coque iphone ", "serrurerie paris 17" sont des pseudos vraiment intéressants....On sent de suite transparaitre la personnalité de l'intervenant....
Je crois que je vais aller m'acheter des pièges a poulpes, et quand j'aurai fini de m'en servir en pot de chambre, il me faudra votre adresse personnelle .....

Renaud 14/12/2014 20:54

Bien d'accord av toi.
Serrurerie machin comme pseudo pour intervenir sur un site de pêche ... je trouve qu'il n'y a pas plus pertinent !
Désormais j'interviendrais sous mon nouveau pseudo, soit 'express ramonage'.

serrurerie paris 17 14/12/2014 03:08

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

coque iphone 10/12/2014 21:02

Magnifique

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 11/12/2014 15:05

Celui de Pat je l'ai perdu hier soir, je n'ai pas pu le soulever de l'eau, malgré tout j'en ai fait pas mal mais plus petits. Je vous montre ça à la prochaine rigol....pêche.
Bises les gars.

pecheur des calanques 10/12/2014 20:04

ta raison ange pfff.... un calamar qu ont a remis a l eau ,qu ont a laissez grandir;pour des jours plus dure......bah trahi par un ami c est dur........

ANGE 10/12/2014 19:33

ho putain,c'est le calamar que pat a perdu,je le reconnais pourvu qu'il ne l'apprenne pas,ça va mal finir..bon je l'appelle.

sati 09/12/2014 22:33

bonjour je recherche des pécheurs de poulpes,je voudrais faire un peut de publicité car j ai un commerce de poteries et j ai actuellement à la vente des pièges a poules en terre cuite.Mon commerce se trouve a Marseillan plage.Si vous connaissez des pêcheurs intéressés,c'est avec plaisir que nous ouvrons nos portes:pour les heure d'hiver :14h30 a 17h30 le lundi,mardi,mercredi jeudi et vendredi et le samedi et dimanche de 9h30 a 12h00 et 14h30 a 17h30 .Mercide votre compréhension. l'equipe de 1001 belles poteries.

Renaud 11/12/2014 09:26

Des poulpes de belles tailles il n'y en a plus beaucoup !!!! Laissez les tranquille !!!!

Karim 09/12/2014 08:18

samedi té allé péché? resper mec fo être fou pour y avoir cru bravo

syl34 09/12/2014 07:28

Ha cette envie qui nous arrache du canapé........Ce enieme dernier lancer avant de rentrer, cette enieme dernière sortie de l'année qui sonne comme un "demain j’arrête de fumer".....Nous somme des toxico ...La montée d’adrénaline d'une belle prise, ce bien être quand on est callé peinard, ce sentiment de plénitude quand on claque la porte de la voiture, le coffre chargé de nos prises....
On parle souvent de la patience des pêcheurs, mais je pense que la plus grande de nos qualités c'est surtout l'espoir . Y croire encore et encore, essayer de nouvelles choses dans l'espoir que ça marche, s'adapter aux conditions dans l'espoir d'assouvir notre envie de faire une belle prise

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories