Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #calmar, #pêche au bord de l'eau.

Depuis quelques semaines le petit monde des pêcheurs est secoué par une vague maritime qui qui vient du large, ce n'est pas un événement que redoutent tout les pêcheurs, non loin de là, ils l'attendent plutôt avec impatience et si elle prends du retard dans la saison rien ne va plus...La pêche aux calmars est plutôt exigeante avec le matériel et est un perpétuel défi pour le pratiquant car cette espèce à la faculté outrageante de ne pas hanter les eaux à la même profondeur selon le moment de la nuit. Il monte à la surface à la faveur de la lune puis il retourne vers le fond peut être sans raison, à la moindre présence de poisson fourrage qui balade entre deux eaux il remonte aussi sec. Dans ces conditions comment être sûr qu'il ne va pas passer à côté de son appât et aller se jeter avec rage sur l'appât du voisin ? Voilà bien des questions qui laissent souvent le pêcheur dans le plus profond des doutes et vous allez le voir, en prendre régulièrement n'est pas une mince affaire...

Pour ma part j'ai décidé de mettre en oeuvre une série de choses qui ne me sont pas familières dans d'autres périodes de l'année. La pêche commence toujours par prendre les poissons qui naviguent sous la surface, cela impose d'avoir une canne et un moulinet spécifique, inutile de penser à pêcher le calmar avec. Je démarre avec un tandem crevettes laissé libre dans le courant, une fois la ligne déployé dans l'eau, un petit amorçage à base de sardine est envoyé sur le coup. Cela me permet d'avoir une idée assez précise des espèces présentes et l'assurance pêcher avec des poisson bien frais d'entrée de jeu, de plus cela me donne le signal de départ. Oui à chaque fois qu'il se produit une brutale interruption des touches c'est que forcement il y a des choses qui se passent dessous, un poisson chasseur ? un gros calmar ? va savoir... En tout cas il est temps pour moi de régler la profondeur de mon bouchon au plus près du fond et d'envoyer mon appâts peut importe l'heure. Pour la petite histoire il m'est arrivé mainte fois de prendre mon premier calmar à 15 heures alors que le jour est encore bien là, va comprendre. Pourtant il est clair que cette espèce chasse plus volontiers au couché du soleil mais là, avec eux on ne peut se fier à rien. Si rien ne se passe dans le quart d'heure, je règle la profondeur du bouchon à mi hauteur et je laisse naviguer encore un quart d'heure et ainsi de suite jusqu'à moins de trois mètres. Vous me direz, alors pourquoi ne pas prendre trois cannes et régler définitivement cette foutue profondeur ? Je vous avouerez que j'ai bien essayé de le faire mais il y a un petit hic dans tout ça. Tout d'abord, c'est qu'il est impossible de suivre des yeux trois bouchons en même temps et passer en revue du regard les trois bouchons en permanence fini par vous faire ressemble à un spectateur qui regarde un match de tennis à Rolland Garros. De plus en cas de courant parasite il faut souvent relever les lignes et les renvoyer plus en amont, dès qu'on a remis à l'eau la première, ligne la troisième est contre les roches et au final on embrouille les fils et on fini par se lasser de ne faire plus que cela. Moi j'ai pris le parti de cibler une ligne et de ne pas la lâcher des yeux, je m'imprime de sa danse dans les vagues, le bouchon passe d'un bord à un autre sur toute la longueur sans à avoir à le relancer. Dans ces conditions il est quasi impossible de louper une touche aussi discrète soit t'elle, car des fois, côté touche c'est vraiment du très discret.

L'autre chose qui à mon sens est important c'est le fil. Pour envoyer un bouchon assez lourd, une calamarette avec un poisson de cent ou cent cinquante grammes dessus, inutile de dire que du 40 centième est nécessaire seulement voilà. les distances obtenues sont décevantes avec un tel diamètres. Donc il faut ruser et la solution c'est de faire comme en surf casting c'est à dire un bon arracher de 15 mètres en 40 et de le nouer sur du 25, cela permet d'envoyer du lourd tout en conservant une certaine distance.

Bon voilà, côté technique on est au point il ne reste plus à espérer que c'est le bon soir et surtout le bon coin.

Technique calmars.

Moi je suis là avec Gégé, la soirée s'annonce très mal vue du haut du chemin, les bouchons naviguent dans tous les sens à droite et à gauche venant des autres criques et à vrai dire il y a beaucoup de pêcheurs ce soir. Mais que cela ne tienne, moi je suis avec mon ancien et pour le coup c'est tout ce qui compte, ce mec est ma bouée de sauvetage, il est si...si... je me sent bien avec lui. Le montage est déjà fait sur la ligne et il ne faut qu'une seule minute pour être dans les clous, le montage est envoyé nettement plus loin que tout le monde, l'attente commence.

Avec Gégé c'est la rigolade d'entrée de jeu, ce jeune homme de 73 ans à toujours la fleur au bout du fusil, malgré tout, faut pas le faire chier et ceux qui essayent le regrettent rapidement. Moi c'est pas pareil, c'est une peu comme mon papy, il me passe tout, même quand je suis sérieux et pour lui ça, c'est très grave. Nous n'avons pas temps de parler un peu que mon premier bouchon fabriqué par Pad est déjà sous l'eau, sa forte lueur rouge éclaire sous plusieurs mètres. La remontée est complexe car le calmar est assez gros et vu que c'est le premier je n'ai pas envie de le louper. Sans salabre, ce sera fait.

Technique calmars.

Bon il est pas mal, en tout cas  il est un peu plus gros que ceux que nous avons pris la semaine dernière, cela annonce le coeur de la saison qui s'éteindra avec l'arrivée des calmars rouges. Rapidement un deuxième calmar vient tenter sa chance sur une petite sardine posée très très loin, il sera remonté dans la foulée.

Technique calmars.

Nous devrons attendre longtemps avant de prendre les suivants, pourtant je m'emploie à essayer un peu toutes les profondeurs, c'est comme cela que je tire mon épingle du jeu. Gégé ne tient pas à me suivre dans mes manipulations et il se contentera de deux calmars.

Technique calmars.

Malgré tout je ne suis pas ici pour longtemps, il me faut rester raisonnable et conserver un peu de temps sur l'oreiller pour être humain le lendemain. Je pourrai faire comme dans mes jeunes années et pêcher toute la nuit et ne rentrer à la maison que pour m'habiller et partir au travail, c'est enrichissant pour un jeune homme mais chiant pour un homme qui arrive sur ses cinquante ans. Parfois, je ne ressent pas trop les déboires de mon esprit encore bien bouillant mais à force d'aller jusqu'au bout de mes envies le corps ne suit plus vraiment, on est crevé du soir au matin, tout fait chier au plus haut point.

Le tour de clé dans la serrure de la maison va sonner à deux heures du matin, j'ai encore quatre heures à dormir, pffff, et merde...

Commenter cet article

cedric 18/01/2015 16:40

Salut! C est clair tout est dit. Jolie articles encore. J arrive a bien lancer mais mon moulin est plein de 40 sur quelques coins quelques metres de plus serais que benefique.je vais changer mon fil qui commence a accuser et faire une arracher je pense pouvoir gagner assez.merci pour les conseils.pour le coin nico c est bien vrai tu peu en faire quasi partout n hesite pas a envoyer ton bouchon.

alainpaddy 16/01/2015 23:13

50 piges ?? tu ne les fais pas !
Plus d'excuses pour ceux qui ne prendront pas de calamar !! Avec un cours aussi bien expliqué les tubes ! que dis je , les boeufs comme dirait un Marseillais de mes relations , vont tapisser les roches !! Bises

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 17/01/2015 10:29

Dans deux ans je passe du côté de demi siècle, il est vrai que les chemins des calanques entretiennent fortement ma conditions physique mais quand même, une douleur par ici, une petite déchirure musculaire par là et un coup de flemme et on va de moins en moins loin...
Bises Pad.

Nico 16/01/2015 22:23

Merci pour les astuces de démarrage de session !! Il me reste plus qu a trouver le bon coin et je devrais être pas trop mal !!

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 17/01/2015 10:25

Le bon coin n'est pas dur à trouver, n'importe où fera l'affaire crois moi, nous on veut juste en faire des millions avant qu'ils ne se barrent c'est pour cela qu'on cherche le moindre recoin.

ange 16/01/2015 20:58

la prochaine fois,porte ton oreillet,tu pourra dormir un peu.

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 17/01/2015 10:23

Ha l'enfoiré, on tacle ? Hé hé hé...

Articles récents

Hébergé par Overblog