Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 16:52

Dans les première franges de ma pauvre vie j'ai fait beaucoup de choses, de là à dire que j'ai bien vécu il y a un pas infranchissable. Ma vie comme la votre s'est largement ponctuée de tout pleins de choses qui n'ont pas toujours été dans le sens de ce que j'aurai souhaité. Pourtant tout n'est pas noir loin de là, j'ai des amis avec qui j'arrive à maintenir une certaine forme de fraternité, une famille que j'ai fabriqué et qui dépend de moi, une activité essentielle pour éponger un peu tout ce que je doit subir toute l'année. Pour corser le tout mon intellect a décidé de poivrer ma vie d'une évidente forme de perception qui me fait grincer des dents quand les injustices s'abattent sur un nous ou quand le contexte social  tente de prouver toute l'absurdité de notre activité. 

Dans la boite à vitesses de l'esprit, les phases qui mènent vers les sommets sont pourtant sans limites, seules ses propres barrières politiques, religieuses ou éducatives sont des entraves à l'évolution des hommes et toute le monde ne pourra pas mettre la 2. Bien souvent quand je suit le cortège des marcheurs qui traînent le pas en tongs dans les calanques je ne peut m'empêcher de constater qu'il nous reste beaucoup de chemin à parcourir avant d'arriver à un comportement bienveillant. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle mes postes sont éloignés de tout, et au plus ils sont loin au plus je me sent bien. Je peut à loisir approfondir mes pauvres connaissances sur ces fameuses calanques qui ne m'a pas encore donné ce que je voulais. Mais quand la nuit tombe et que la pénombre fait fuir les bruits de la ville mon esprit s'éveille à tout ce qui m'entoure, je sent passer dans mes veines ce fameux instinct de prédation qui est nécessaire pour se fondre dans la nature. C'est à ce moment que je me dit que j'ai beaucoup de chance d'avoir tout ça pour distractions...

 

 

Ce soir j'ai décroché le ponpon, je peut enfin partir dans des tranches d'heures correctes et en descendant à la hâte de la voiture je sent enfin souffler le vent de l'aventure sur mon visage. Comme d'habitude tout ce qui n'a rien à faire dans le monde que j'aborde est laissé au pied des calanques, il ne reste que le plaisir de se retrouver loin de tout avec la tête vide.

Pour ce faire j'ai pu préparer à l'avance ma pêche à la maison, les moulinets sont rempli de fils neufs en différents diamètres, les bas de lignes extra longs et fins sont embobinés sur de petits rouleaux en mousse, les hameçons à palette bien liguaturés. A ce propos j'ai souvent constaté l'importance de l'hameçon, du moins son poids sur certaines espèces. Le marbré y est trés sensible en plus d'être très regardant sur la mobilité de l'appât et contrairement aux idées reçues, selon les postes il ne nourri pas du tout de la même manière. Bien souvent la cordelle selon d'où elle vient ne donne pas toujours le résultat attendu, sa conservation en parfait état est si essentielle que la moindre erreur peut le rebuter plus que l'attirer. A contrario si il trouve une petite piade noire il se rue dessus comme un fou et peu importe si elle est vivante ou morte et, preuve que cela marche car l'ensemble passe souvent derrière l'oesophage. Le problème de cet appât c'est qu'il plaît à tout le monde et il faut casser, casser, casser des coquilles toute la nuit et cela devient vite lassant...Mais il y a peu de trou dans les touches avec ces petites piades contrairement aux grosses piades rouges qui ne font pas toujours recette.

Me voilà avec mes montages de bas de lignes qui s'échelonnent du 15 au 20 centièmes sur une longeur de deux mètres et des brouettes. Les grammages pour une fois ne vont pas dépasser 100 grammes car sur ce poste je n'ai pas toujours besoin d'envoyer loin car la langue de sable qui traverse la baie est proche. Je dirait même que le poisson recherché est souvent proche du bord car il y a rapidement beaucoup d'eau sous les pieds et en plus, c'est du 100% sable au fond. La discrétion est la note impérative et toute lumière qui se pose dans l'eau est éliminatoire, c'est la raison pour laquelle je n'utilise que la lumière rouge de la frontale, de toute façon avec un brin de lune les calanques s'éclairent et on peu rapidement tout faire sans frontale. La roche est si blanche est dénuée de végétation que la moindre source qui vient du ciel crée immédiatement un halo naturel qui rayonne tout autour. Les zones d'ombres créent parfois des forment animalières et quand le vent porte un peu, les cris des bestioles qui vivent sur ce territoire hostile résonnent en stéréophonie dans les criques. Pour moi cette ambiance me rassure et je me sent bien mais...le non pratiquant qui est seul peu largement se faire des frayeurs en découvrant l'ombre d'un sanglier imaginaire ou un grincement à proximité totalement inhabituel, mais en fait rien de tout cela n'existe et toute relation avec un animal est le fruit de sa propre imagination.

Ma marche est interminable mais je sait ce que he vais trouver dans l'eau alors tant bien que mal je continue, il est 18h30 et il fait parfaitement bien jour.

J'arrive sur mon poste et je dépose mes affaires sur le sol, je transpire comme un malade mais la petite brise qui souffle de travers me réconforte au plus haut point, bon, un petit coup d'eau bien fraîche et l'aventure peut enfin commencer. Je prends tout mon temps pour monter mes cannes, les bateaux passent et rentrent au port comme une procéssion de fourmis, les bruits humains qui courent dans cette calanques sont très présents, pas étonnant que le poisson ne morde pas avant la nuit.

Mais d'un coup mon regard est attiré par un bateau qui arrive de loin, il n'est pas comme les autres et je n'arrive pas à voir car il est loin, il avance lentement...Aïe aïe aïe ! Au fur et à mesure je comprends qu'il déroule le filet, il passe et repasse, moi je suis décomposé...

Une fois le filet posé la journée est finie, mais demain il remontera puis reposera ce filet.

Une fois le filet posé la journée est finie, mais demain il remontera puis reposera ce filet.

Malheureusement je ne vais faire que quelques prises pourtant tout semblait bien, le nuit à été longue et les touches ont été très espacées. Pourtant ça a pas mal commencé car vers neuf heures une grosse touche me fait sortir de ma létargie. L'écureuil part dans une danse tout près de l'anneau qui ne peut pas indiquer un poisson juvénile, le frein tourne par saccades preuve que le poisson est bien piqué. Au ferrage c'est la délivrance et je cours avec ma canne sur les roches pour ouvrir le salabre, là il ne fait pas dans la dentelle en m'envoyant dans la scion de gros coups de tête. Le combat est long mais il arrive à sa fin, je prends toutes les précautions car je ne veut pas l'affoler encore plus, je coince les fines mailles entre les jambes et j'essaye de contrôler la bestiole qui sonde encore. A première vue c'est un gros pageot car sa défense est assez typique, il part dans toutes les directions pour se défaire du fil. A la surface une belle tâche brillante arrive il est cuit, il n'arrive même plus à combattre je n'ai plus qu'à l'envoyer dans l'épuisette, il est pas mal, mais bon ce n'est pas ce que pensait, pétard ça tire bien un pageot !

C'est la vie...en deux actes.

Je vais rentrer avec quelques prises en poche mais je suis très inquiet pour mes pêches futures, ce bateau a manifestement l'habitude de poser ses filets ici, ils sont à moins de cinquante mètres, le pire c'est qu'il ne fait d'illégal.

C'est la vie...en deux actes.
C'est la vie...en deux actes.
C'est la vie...en deux actes.
C'est la vie...en deux actes.

Quelques jours ont passés et Stef et moi nous nous rendons encore une fois dans les calanques de Marseille, pour une fois nous ne marcherons pas jusqu'au bout du monde car ma mésaventure de la dernière fois à considérablement refroidi mon ami Aubagnais.

il est en poste depuis 20 heures, moi je lui emboite le pas de peu, mais à peine arrivé à se rencontre il m'annonce que les filets sont posés non loin. La malédiction continue et cela devient vraiment lourd car à force nous n'arrivons plus à pêcher sans ces filets, de plus, la présence de poisson devient franchement aléatoire. Mon copain aligne quatre cannes et moi trois, nous avons tous les appâts de la création dont voici un échantillon.

C'est la vie...en deux actes.
C'est la vie...en deux actes.

Nous avons des mourons dont on a peine à croire qu'il sont surgelés tellement il sont parfait, ils ne sont pas encore à la vente mais c'est pour très bientôt. Ils nous ont été confié par la maison PEXEO qui fait des miracles dans le domaine unique de la surgélation des appâts, le but pour l'entreprise c'est de savoir si le produit prends du poisson ou pas, c'est tout. une fois validé par ceux qui ont la chance de faire les essais le processus d'emballage commence et ils sont mis à la vente. Voilà une info essentielle pour nous tous car le prix de vente sera très très attractif face au frais et parions que d'ici un an certains vont essayer de leur faire concurence. Mais pour arriver à ce niveau de finition le processus est très complexe, les résultats foireux ne manquent pas avant d'arriver à un bon résultat, le moindre incident dans la production et le produit est fichu, il est d'ailleurs confié à des experts alimentaires qui maîtrisent la surgélation à très basses températures. Mais pour nous la chose est assez simple, nous avons fait toutes nos pêches avec ce type d'appâts et en plusieurs mois d'essais intensifs nous sommes arrivés à la conclusion incontournable que ces appâts représentent la pêche de demain. Nous le faisons déjà tous avec les sardines pour la pêche aux calmars tellement le prix de vente des sardines fraîches à augmenté, de plus, nous avons tous constaté qu'en fait une sardine surgelée tient mieux sur le fil et résiste mieux au crocs des calmars. Mais parions que les vers qui sont en développement comme le ver de chalut, les esches, les minis seiches, la piade et j'en passe vont forcement passer dans la musette du pêcheur lambda un jour. Le surgelé est bien plus pratique que le vivant à cause justement de sa conservation il suffit de le mettre au congélo et prendre la quantité voulue pour une partie de pêche. 

C'est la vie...en deux actes.

Le ver de Rimini est mon ver de référence, j'ai tellement pris de poissons avec ce ver qu'aujourd'hui je ne part jamais à la pêche sans lui. Je ne part jamais non plus sans quelques bibis car la peau du ver est très dure et résiste très bien aux petits poissons, en plus c'est moins cher.

C'est la vie...en deux actes.
C'est la vie...en deux actes.

Les poissons vont se montrer bien gentils face à la muraille de filets qui sont posés ici, les touches prouvent que nos vers sont attractifs, mais les heures défilent et nous pensons que les beaux sujets sont stoppés un peu en amon, seuls les sars sont pris. Heureusement il y a en a pas mal qui vadrouillent ici et l'espoir de voir une belle daurade reste intact jusqu'au matin car une touche de sar c'est pas rien, mais...

C'est la vie...en deux actes.
C'est la vie...en deux actes.
C'est la vie...en deux actes.
C'est la vie...en deux actes.
C'est la vie...en deux actes.
C'est la vie...en deux actes.
C'est la vie...en deux actes.

Globalement tous les appâts ont pris un poisson mais le bibi et le Rimini ont dominé la pêche, c'est un peu toujours pareil l'architecture d'une sortie se déroule toujours un peu ainsi. 

Nous allons rentrer au jour avec malgré tout de bien belles images dans la puce électronique de l'appareil photo, mais comme la dernière fois je suis très inquiet sur mes pêches futures. Nous n'arrivons plus à trouver un coin sans filets de pêche peu importe où je vais, je me demande bien où tout cela va nous conduire.

 

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans sport Poissons pêche au bord de l'eau. pêche
commenter cet article

commentaires

armen 10/06/2015 12:16

beau commentaire empreint, comme toujours , de beaucoup de lucidité ,un grand plaisir et d'enseignement de te lire

Bertrand lacombe. 08/06/2015 08:09

Bonjour à tous,
je ne suis pas ce qu'on pourrai appeler un pêcheur assidu mais je remarqué que depuis quelques fois où je suis sorti pêcher en bateau il y avait beaucoup de filets dans des endroits où il n'y en a jamais eu. je rejoint l'idée de cet article qui dit que bientôt les poissons auront disparu je pense que c'est un peu à cause du parc des calanques.
Merci.

alainpaddy 07/06/2015 22:47

"" suite "" comme du Paddy !!
je ne suis pas inquiet pour les appâts surgelés employés par Roro , la qualité fera toujours la différence , le poissons est un juge impartiale , par contre ces barrages de mailles qui sévissent un peu beaucoup de partout sont plus qu'inquiétants !!

alainpaddy 07/06/2015 22:40

toujours au top les C R de Roro !! ça se boit comme du petit lait !! je dirais même plus ! comme du Pa

zak 07/06/2015 21:03

Belle article mon amis .comme toujours les filets sont de retour des les 1er chaleur au bord de l'eau et les conard il ramasse tous .je c plu si ya un avenir pour prendre du poisson.c de pire en pire .

ange 07/06/2015 18:23

t'a raison,roro les années à venir je préfere ne pas y penser,la descente à déja commencée,les appats congelés c'est une belle idée mais quand "certain" vont voir le filon, ils penseront "tiroir caisse"

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories