Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #sport, #Poissons, #pêche au bord de l'eau., #pêche
http://www.silverpeche.com/2016/02/le-bar-sauce-citron-loup-sausso-citroun.html

http://www.silverpeche.com/2016/02/le-bar-sauce-citron-loup-sausso-citroun.html

Bah oui, l"heure est au plaisir de la pêche. Même si je redoute comme la peste la venue des touristes qui vont envahir mes calanques, des salisseurs de première qui se sentiront tout permis, la venue des beaux jours nous ouvrent à tous les premiers vrais plaisirs de la capture du poisson.

Je vous ai déjà longuement parlé de la pêche et tout ce que cela produit dans le cerveau. Une relation sûrement profondément intime mais qui n'a absolument rien à voir avec de l'amour . Oui, l'humain est un prédateur sans pitié qui en plus de son intelligence à la faculté de prévoir et de s'adapter rapidement à tout un tas de paramètres subtils et qui pense bien faire. La passion est en fait un grand réservoir de désir où tout pleins de choses qui dépasse le pratiquant dansent dans les rêves de tout à chacun.

Moi j'ai compris de puis longtemps que mon instinct de prédation ne me sert qu'à ouvrir une porte qui débouche sur ma bestialité et sans doute sur mon assouvissement. Cet instinct fort de sens primaire me pousse à aller loin dans la technique de la capture, mais rien à voir avec une quelconque bienveillance ou amour de l'espèce. Je me sert de mon pauvre intellect pour capter certains stimulis qui me font entrer dans une dimension qui s'assoient franchement sur ma vie mondaine et toutes les bienveillances qui sont d'usage. En un mot, lorsque je suis à la pêche je ne suis plus l'homme de tout les jours, je suis le Roro prédateur qui ne va reculer devant aucun obstacles pour arriver à ses fins.

Mais tout ceci est aussi l'histoire de votre vie dès lors que l'on joue les apprentis sorciers avec la vie des poissons. La vie a une importance certaine dans le monde et c'est tout cela que je souhaite vous murmurer, un peu plus loin...

 

II est 21h et des brouettes et je suis au pied des calanques, mon sac de sport rouge largement passé de date pèse un poids de tout les diables. La raison c'est que je compte bien aller loin sur ce chemin de mon enfance, si loin qu'il ne sera pas facile de trouver ça réjouissant. Mais malgré tout, quand je pense à mon poste j'ai un petit pincement au cœur car il est synonyme d'un retour vers mon introspection. C'est là que mes plus beaux articles sont nés et c'est là où une nuit de solitude j'ai fait un pacte avec ma vie. Cette pêche s'est décidée à la dernière minute à la faveur d'un hasard heureux. En fait je me suis foulé la cheville et j'avais fait une croix sur tous mes projets de pêche dans ces prochains jours mais au final, avec les médicaments et un repos total il est presque possible de penser à la pêche.

Mais la marche commence sous de bonnes augures, il me semble que pour une fois je ne vais pas autant en baver qu'à l'ordinaire. La raison m'en est inconnue et je me surprends à n'avoir aucune difficulté à escalader le mur de granit qui fait office de gardien de la paix. Je sait bien que les médocs y sont pour beaucoup, je reste prudent... De kilomètres en kilomètres j'arrive enfin sur ma terre promise, la mer qui s'offre devant moi est d'une splendeur à couper le souffle. Même de haut je peut voir de petites chasses de limons qui assaillent sans relâche les bancs de petits "pèis" dans le bleu de l'eau.

Mais il n'est pas encore l'heure il fait encore bien trop jour alors pour patienter je commence à monter mes cannes et à les aligner au garde à vous contre la roche devant moi. Le vent n'est pas très fort mais il est bien présent ce qui va me compliquer la tâche pour la pêche mais il va en contrepartie faire fuir les milliards de moustiques qui règnent en maître ici. Il va aussi transporter les douces effluves qui remontent de la colline en ce début d'été et les faire voyager jusqu'aux confins du monde. Moi je suis débout sur cette roche dominante, j'ai devant moi une immense baie qui s'étale sur plusieurs kilomètres. Les contrastes de lumières entre la mer et ces pics rocheux lointains sont saisissants. Je sent bien que mon instinct de chasseur n'est pas encore en marche, là, je suis encore en mode tranquille. Mais il va arriver un moment où mon adrénaline va monter sournoisement avec la nuit, je ne serai plus tout à fait le même et mon esprit sera dans une autre optique. Mais pour l'instant les lignes de cet article commencent à s'écrire ainsi.

Le petit problème c'est que j'ai un peu abusé côté marche et je sent la douleur qui revient. Pas facile de lancer ou de ramener avec un handicap, voilà qui est bien fâcheux, d'ailleurs côté lancés lointains, ce sera pour la prochaine fois. Mais j'ai avec moi quelques armes secrètes qui font mouche à chaque fois. Là je parle d'appâts surgelés qui pour la plupart sont destinés exclusivement à la pêche et non pas à la consommation. Il y a des acides aminés qui font venir le poisson de loin et quand il tombe dessus c'est pas pour rigoler. C'est fou à quel point ma pêche a changé depuis ces deux ans. Depuis que je ne pêche qu'avec du surgelé je peut partir sur un coup de tête et avoir pourtant dans la musette ce qui se fait de mieux. J'ai très largement augmenté le taux de réussite et tout mon entourage s'y est mis.  Malgré tout il ne faut pas se tromper de cible quand on parle de poissons. Les appâts surgelés représentent un petit plus face aux appâts frais car ils sont disponibles tout le temps, toute l'année et sont largement moins cher que le frais. Pour ma part je fait mes courses et je place mon petit trésor dans le bac de mon congélateur en attente de la prochaine sortie. Fini la course chez le marchand qui vous explique que le bibi à augmenté car le ramassage n'a pas pu se faire à cause de la météo. Que c'est la crise, on a eu beaucoup de pertes au transport et tout et tout... Le résultat c'est que le pêcheur dépense de plus en plus pour une sortie, quand on voit le prix d'une boite de mourons on est en droit de se poser des questions.

Comme pour le frais, le pêcheur qui utilise le surgelé doit respecter certaines règles si il veut pêcher correctement. Il doit s'assurer que ses appâts restent surgelés toute la partie de pêche pour avoir le même aspect toute la partie de pêche. Ici c'est le pêcheur qui décide quand il doit décongeler ses appâts et il ne doit pas subir la décongélation. Pour ça rien de bien difficile à mettre en pratique car une petite glacière suffit.

 

 

Des daurades de partout !!!!

A ma grande surprise le poisson semble être tout au bord. D'entrée de jeu une belle daurade va se piquer sur un petit morceau de bibi surgelé liguaturé très serré. Pourtant la touche est très discrète comparé à la force d'un tel animal. Mon écureuil va légèrement frétiller et se poser au sol et basta ! Comment immaginer qu'un poisson de plus d'un kilo et demi est dessus ? Heureusement j'ai l'habitude de pêcher ici et je ne laisse pas passer une touche sans ferrage derrière. En gros dès que l'écureuil marque une touche, tu prends la canne en main et tu ferres direct ! Cinq fois sur dix il y a un poisson au bout. Attention tout de même car mon bas de ligne est en 18 centièmes, pas question de ferrer comme un fada, un bon geste souple et autoritaire suffit.

Rapidement les touches arrivent un peu de partout. Je regarde l'heure et la lune qui monte, ça correspond avec le coucher du soleil.

L'attente ne va pas durer bien longtemps. Une rafale de touches va me faire entrer dans la dimension du bonheur malgré la douleur qui s'empare de ma cheville. Par contre là y'a du claquage d'écureuil à la clé ! Je pense que les daurades sont arrivées en troupe et elles se disputent le bout de ver, c'est la raison pour laquelle les touches sont aussi nettes. A l'ordinaire quand les poissons sont éparpillés ils chipotent comme des malades sur des appâts merveilleux, là, il me semble qu'il n'y a plus d'amis sous les eaux. En début de soirée il fallait sauter sur la canne au moindre frétillement, là c'est l'inverse !

En deux heures j'ai fait ma pêche. Inutile d'aller vider la mer ou d'assayer d'établir un record de prises même si ce soir ça pourrai le faire. Je pense aussi à ma cheville qui ne supportera pas beaucoup plus de poids. Je vais sagement étaler le poisson sur un torchon pour la photo et je vais partir.

Des daurades de partout !!!!

Je vais charger mes affaires sur le dos et lentement le retour est en marche. Pas à pas je commence à regretter d'être venu ici, d'ailleurs j'ai prévu une halte pour prendre un anti-inflammatoire. Malheureusement il ne soulage pas bien longtemps c'est la raison pour laquelle je ne l'ai pas pris avant.

Sur le chemin j'ai un poste en hauteur qui va m'assurer une vue imprenable sur toute la baie de Marseilleveyre, avec la nuit et l'éclairage de la lune qui inonde toute la mer j'aurai tout le loisir de patienter avant de reprendre la marche. Je ne peut m'empêcher de repenser un peu à ma pêche et au fait que je pourrai avoir une montagne de daurades dans mon bac. J'ai choisi de ne pas céder à la folie de la capture quitte prendre tout ce qui bouge dès lors qu'il  a passé le kilo. 

 

Le problème de l'homme c'est qu'il ne sait pas mettre un point d'honneur à sa folie de la capture. Si demain un mec nous sort une paire de lunettes qui va permettre au pêcheur du bord de voir le poisson qui va mordre il fera fortune. Vous me direz tout cela existe déjà pour les embarcations. Un coup de sondeur et le pêcheur sait tout ce qui traîne sous la coque. C'est tout ce que je ne peut pas accepter en tant qu'être intelligent car cela conduit inévitablement vers des sentiments qui n'ont rien à voir avec le loisir de la pêche.

Des amateurs qui se prennent pour des pros, des fabricants qui font croire que tout est facile pour tout le monde et voilà, tout part en couille. Putain de merde !!! Un pêcheur ne pourrai t'il pas se servir de son cerveau pour pêcher au lieu d'un sondeur ? La magie de la pêche où va t'elle se planquer ? Des records ? De l'argent ?

A plus les gars, je suis déjà sur mon autre article qui va parler de nos lecteurs des goudes.

Voir les commentaires

1 2 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog