Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 09:00
Pour commencer cet article il faut planter le décor.
Vendredi 17 heures, a cet instant précis je suis en congés, David m'attends avec impatience car nous avons changé la destination de pêche nous n'allons plus à callelongue mais au frioul. Je suis incroyablement à la bourre mon téléphone sonne sans arrêt je ne suis pas prêt bref !!! Ça commence bien...

Finalement avec les copains nous nous retrouvons sous un gros soleil du soir sur le quai d'embarquement des iles du frioul. La mer est démontée même la grosse navette passe  le nez dans l'eau et les pauvres jeunes qui bravent l'avertissement de l'hôtesse vont être littéralement noyés. J'avais envie de faire quelques photos mais à cet instant précis je m'aperçoit que je ne l'ai pas pris ! nous allons vers un haut lieu de pêche et je n'ai pas pris mon appareil photo, c'est le bouquet, je suis archi dégoûté !


Nous sommes cinq à poser le pied sur l'ile, les pronostics sur les futures prises vont bon train et c'est dans la joie de découvrir un nouveau lieu de pêche que je patiente. Nous allons aller du côté château d'if ( je ne dois pas dire ou exactement ) il faut 20 minutes de marche, le spectacle est formidable il y a des mouettes de partout, la nature ici pousse sans retenue et n'est pas trop ennuyée par l'homme. Sur la crête nous nous séparons en trois groupes, le vent d'ouest nous pousse vers la mer et c'est ce qui vas déterminer nos postes. Je n'ai pas moindre envie de me prendre du vent a 70 en pleine poire mais Gilles insiste et vas aller en plein vent sur la roche battue par les vagues un peu en contrebas.
 David et moi nous allons aller du côté frioul et nous zigzaguons entre les énormes touffes d'ail sauvage et les plantes grasses qui surveillent les oiseaux qui nichent en hauteur. En cinq minutes nous trouvons un bon poste assez plat et il vas nous accueillir pour la nuit, toute la nuit car la prochaine navette est à 7h 15 demain matin.
Nous commençons a envoyer les cannes montées vers noirs dans le bleu de la mer dans le sable,( nous ne le voyons pas c'est trop profond ) éffectivement cinq minutes plus tard un beau marbré nous dis qu'il y a bien du sable. les prises s'étalent tous les quart d'heures et nous restons en contact avec un peu tous les autres copains mais le résultat n'est pas aussi fameux que nous l'espérions. Le vent s'effondre au fil des heures, la température et bonne, les kinders ne bougent plus, les lumières de la ville poutant loin nous éclairent bien. L'interminable cordon de lumières de toute les couleurs qui se reflète dans l'eau calme aspire mon esprit dans les régions loingtaines des mes pensées la ou navigue en transparence l'espoir de prendre un gros poisson.

Une grosse touche soudaine précipite en vitesse mon kinder contre le canne et me voila en ligne avec un gros marbré, nous sommes obligés de la salabrer car je suis en 20 centièmes en bas de ligne et risque de casser. Plus tard c'est David qui vas prendre un gros sar au ver noir au toc au raz des roches, mais il n'a pas pu vraiment évaluer son poid car dans un sursaut de vie le poisson se fait léger, mais quand il essaye de le sortir en poids le fil ne supportera pas le traitement. Dommage il dépasse sûrement le kilos David est dégouté au plus haut point.
Dans la nuit nous allons prendre un peu de tout, mabrés, grisets, sars, rouget et des bogues ravelles qui vont nous aspirer la moitié des vers noirs ,une vrai plaie !! C'est un bon coin mais finalement au bout de la nuit personne de tous nos copains personne n'a fait grosse pêche pourtant les poissons sont tous plus gros que sur la côté, mais pas de daurade à l'horizon ou un loup n'a pointé son nez.
Le jour se lève tranquillement,nous commençons à remballer nos affaire et rammasser soigneusement le peu de débris que nous avons laissé cette nuit. Le matin est calme nous progréssons lentement entre la végétation éparpillée vers nos copains déja à nous attendre seul gilles est un peu en retard. Au retour vers Marseille je suis un peu dégouté de retrouver l'agitation noséabonde de cette ville, comparé au calme de cette nuit qui te redonne du crédit a la barre d'énergie.

Pour cloturer cette histoire et pour enfoncer le clou, je pare les poissons à mon arrivée pour que dès mon réveil vers midi qu'ils puissent passer au four et passer sur ce blog mais... a mon reveil ils étaient déja cuits et la table déja mise, mes enfants armés tous prêts a manger cette dizaine de poissons justement cuits.

Pas de doutes possible devant ce spectacle grandiose, je pense y retourner cette semaine et faire une autre poste.

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par roland - dans COMMENTAIRES
commenter cet article

commentaires

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories