Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 10:11
Ceux qui ont des enfants et qui en plus sont pêcheurs, attendent avec impatience le moment propice pour partager avec ses rejetons d'un moment de pêche au bord de l'eau. Ce Dimanche matin le temps est idéal pour promener en famille, au lieu de faire un centre commercial comme souvent , je propose à mes quatre moitiés...d'aller pêcher, il fait franchement frais mais le soleil devrai régler ça et il n'y a pas de vent pour tout gâcher, nous voilà une heure plus tard à Cassis dans mon coin favori.
Les cannes sont montées en quelques minutes, plomb palengrotte 20 grammes, hameçons de 14 déjà en pochette et vers demi dures vont assurer à mes enfants de plonger dans les abysses du fantastique. Mieux que n'importe quel dessin animé, ces poissons de roches vont à eux seul  déclencher une vague d'histoires, dans un monde virtuel  ou plus rien n'est impossible, les couleurs de la girelles royale sont des codes que seul les enfants seront en mesure de déchiffrer.
Malgré tout il fait beau est au vu de la frénésie de ces petits poissons à attaquer nos vers, je pense que le printemps est déjà passé par ici car les ventres sont  vides d'oeufs et il est impossible de poser un appâts dans l'eau sans qu'il ne soit immédiatement gobé et ceci à toutes les couches d'eau. Cela voudrai dire qu'il fait suffisamment bon pour que les poissons commencent à se nourrir et que les plus beaux spécimens vont avoir envie de se frotter aux roches garnies de crabes et de crevettes et nous de quitter Cassis pour les beaux jours pour reprendre le chemin du Frioul et de Marseilleverre.
Nous ne sommes venus que peu de temps, nous partons à midi avec un peu plus de quarante poissons de toutes sortes tous bons pour la soupe de poissons. Le retour sera long jusqu'à la voiture, le vent frais qui plane comme un fantôme au dessus des collines et qui balaye la baie de la presqu'île vient de pointer son nez il fait des raz de marrée dans les estomacs qui se creusent férocement.

Le soir même je suis de retour à Cassis car il ne manque que quelques calmars pour bricoler une sorte de bouillabaisse, la pointe de la chapelle va m'accueillir quelques heures. Ceux qui connaissent cet endroit l'aiment beaucoup car à tous les instants cela peut être la surprise "maison" ! Nous avons vécu ici des choses incroyables et avons pris quasi toutes les familles de poissons, Michel à manqué malgré un salabre d'un mètre carré un congre d'environ 40 kilos, le premier Avril 2007, tout simplement car il ne pouvais pas entrer dans ce salabre... un vrai monstre !
Le soir tombe lentement, je suis fin prêt pour envoyer à dix mètres de fond une bogue au bouchon, je met un peu plus de fond au fur et à mesure que le soir avance. Alors que je suis occupé à monter ma seconde ligne je cherche le bouchon du coin de l'oeil...Ha bon si vite ! je remonte mon premier, petit, calmar, je relance au même endroit. Ma seconde ligne va être toute simple, pas de plomb, deux hameçons en tandem et deux gros morceaux de sardine dans le courant, qui vont régaler les bogues dans un premier temps...Les touches sont très nombreuses et je nourri le menu fretin afin de créer une sorte de village people sous l'eau qui j'espère va attirer les plus gros. Ma bogue qui nage maintenant aux alentour des 15 mètres vient d'être attaquée par un poisson plus gros car il en manque une gros bout, voilà c'est un bon signe tout ça ! Un gros trident sous les nageoires devrai faire l'affaire, mais la touche qui va suivre ne sera pas un poisson mais un calmar...grrrr. je remonte une teutonière et c'est immédiatement un poissons à grosses dents qui attaque ma bogue, je suis un peu perdu car je n'ai pas deux bouchons pour faire un tandem alors j'alterne trident/ teutonière mais à chaque fois c'est pas le bon montage alors je laisse pour le calmar. Ma deuxième canne ne fait que se plier le frein se dévide sans que je puisse prendre la bestiole qui taquine. je remonte une bogue sans la queue avec les tripes qui pendent. Je pense plutôt à un barracuda ou des sabres car à chaque fois mes bouts de sardines sont lacérés, coupés comme des lames de rasoir mais aucun ne s'est planté sur les hameçons.
Finalement au bout du compte vers minuit le vent est trop fort pour voir une touche, je n'ai plus envie de rester à me geler je décide de plier le cabanon sans avoir pris l'individu qui m'a mangé les sardines. Je rentre avec trois petits calmars qui vont être détaillés dans l'évier, prêts à être cuisinés.
Bien sur en cette saison il n'est pas question de faire la pêche de l'année mais il est possible et cela se confirmera en allant vers les beaux jours, de prendre du beau poisson car Michel à pris un merlu d'un kilo et demi vendredi dernier au même endroit donc...tout est possible !!!

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par roland - dans Poissons
commenter cet article

commentaires

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories