Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par Roland & David
Publié dans : #Poissons

Pour marquer le coup du  200 ème article publié, La semaine entière sera consacrée à la pêche, au vu du très beau temps qui s'installe pour la semaine et probablement la semaine à venir, nous laissons tomber les calmars pour tenter de prendre encore quelques gros poissons chasseurs.


Le mois de Novembre est " la " saison des sars, des gros, des balèzes des biens dodus et nous connaissons bien la technique pour les pêcher de nuit. Dès que le temps est calme il est plus dur de les piéger car même de nuit et même si cela paraît incroyable, ils ont une vision parfaite de ce qui se passe dans l'eau. Discrétion absolue, montages hyper simples et appâts de premiers choix dictent cette nouvelles sortie au Frioul accompagné de Mo, pêcheur de sparidés devant l'éternel...



David en ce moment y va quasi un soir sur deux tellement ces coins sont productifs et vous poussent souvent dans vos derniers retranchements. Il a beau connaître le coin et les poissons qui y vivent, il sait qu'a tout  instants un individu record peut y passer, cela se vérifie dans des coins moins éloignées, ici le poisson est tranquille donc il hésite moins.
Pour la circonstance il y a beaucoup de préparation à faire, inutile de trimbaler les teutonières car avec plus de cinquante mètres de fond et un courant très présent c'est difficile de pêcher au bouchon le calmar. Mettre une sardine au fond ? nous n'avons pas une envie folle de remonter un congre ou une murène de trente kilos, d'ailleurs dans ces coins personne ne s'y hasarde, on ne fait pas une marche de plus d'une heure avec matos et un congre de deux mètres sous le bras. Les moulinets sont bichonnés, les fils rincés à l'eau douce, les cannes biens nettoyées. Le sac de transport débarrassé de tous les petits résidus afin que les affaires soient comme neuves, reste à pêcher.

Quelques sardines et crevettes au gros sel, quelques bibis et des appâts locaux comme des vers à tube ( pas toujours formidable au Frioul les vers à tube ). Pour David la nuit commence lentement, les touches sont très éparses, le calme de la mer y est pour quelque chose quand soudain la petite pitée.. toc..toc...toctoctoc. Une petite bogue qui mange ? pfffffff !  Il ne savait pas qu'un sar de plus d'un kilo faisais ses petites emplètes, sans se douter qu'au milieu de ce morceau de crevette il y avait un hameçon et...une touche de fada, la canne plie en forme de U à l'envers pourvu que le fil tienne bon. Il a vécu le même scénario l'an dernier avec le même style de touches et à pris ce fameux sar d'un kilo neuf. Mener un poisson batailleur d'un bon kilo n'est pas chose aisée, d'autant plus que nos cannes sont assez sensibles aux touches et ne permettent pas toujours de remonter si facilement une telle bestiole. Si le sar veut prendre le large il est perdu, si il cherche un trou c'est David qui est perdu...en gros c'est ça !

Notre ami a le rythme cardiaque en dent de scie, rien ou presque et subitement c'est l'affolement, les casses ne sont pas impossibles même avec du bon fil et parfois la ligne est coupée sans avoir eu de touches, c'est la raison pour laquelle il est impératif de vérifier ses lignes toutes demi heures. 



Ceci est la première partie, nous pensons pouvoir y mettre la segonde partie demain.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog