Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 08:49

j0178209e vendredi tout est écrit ou presque, il y a un vent du Nord Ouest diablement puissant et malgré que l'eau ne soit pas encore froide nous irons à la Chapelle de Cassis faire un tour au calmar. Nous savons que ce soir c'est la sortie pour sortir car nos autres copains qui y sont déjà allé Jeudi soir n'ont rien pris mais on ne sais jamais avec les calmars un banc peut toujours vadrouiller au bord, mais nous y allons sans y croire vraiment.

Eric le Corse qui se joint au groupe au dernier moment viens brouiller les cartes de ce vendredi soir bien établi, il nous propose de faire une sortie aux Embiez sous les oreilles de Greg emballé comme un gosse, à deux heures de partir...Je ne trouve aucun argument qui pourrais empêcher cela et en fait rien ne me ferais plus plaisir, mis à part ce vent qui va s'occuper de mettre une poignée de difficulté dans cet océan d'incertitude, ils sont contre moi, toute résistance est inutile... Immédiatement le contexte change, les cannes , les moulinets, les fils et les appâts, en un coup le sac à dos n'a plus du tout les mêmes choses dedans rien que ça !

 



Il est  18h30 j'ai bombardé sur l'autoroute du soleil et il fait presque nuit, je rejoins mes deux joyeux copains au petit bar aux couleurs éstivales face à l'embarcadère du port du Brusc bière à la main, bien entendu, l'histoire commence encore une fois avec deux pressions dans le sang autant dire que nos amis ne sont pas venu jouer les artistes le ventre vide. Eric est de retour de Corse et nous avons une montagne de choses à nous raconter, comme d'habitude on met un peu d'animation car ce soir nous ne serons encore une fois pas très très discrets...Les "allé merci" du patron du bar une demi heure plus tard sera peut être un soulagement de nous voir nous en retourner ailleurs.

DSC00839

La traversée en bateau qui mène au port des Embiez est si rapide qu'il faut se dépêcher de s'asseoir pour rentabiliser les 10 euros déboursés pour l'allé et le retour, de plus la marche qui nous est réservée pour une fois est une formalité de 15 minutes, mes deux copains ébahis sont plutôt habitués à mes postes longtains et difficiles d'accès, sur place c'est souvent pas mieux, seul la rage de pêcher peut faire passer un inconfort inhabituel. Ici c'est tout l'inverse, il y a de la place à gogo, une marche facile, seul les dédales des chemins qui tournicotent à droite ou à gauche entre les maisons abandonnées et les nombreuses plantes grasses qui vont survivre sur les chemins durand tout cet hiver sans voir personne peuvent perdre le débutant. Mais il y a un hic de taille ce soir c'est le vent, nous allons faire comme une voile et nous nous laisserons pousser jusqu'au Gaou face au Brusc. La longue digue en pierre va provisoirement nous accueillir, en tous les cas enfin nous pourrons nous installer confortablement gros vent dans le dos.

DSC00791 DSC00794

Ce soir nous pouvons tester nos lancés car avec beaucoup de place et un vent derrière cela promet d'atteindre de bonnes distances car malheureusement si ce n'étais pas le cas pour un d'entre nous il passera la soirée sans aucune touche vu la manque cruel d'eau. Heureusement avec des Cannes ALPHA ou VEGA vraiment très puissantes, des plombs de 100 grammes, notre nouveau fil VEGA, un ennemis qui pousse dans le bon sens c'est la rigolade à tous les coups !!!

DSC00841

Nous avons de très gros bibis et des mourons, ceux qui se fournissent chez Orlando connaissent la particularité de ses vers, ils sont énormes et permettent sans forcer de faire plusieurs callées, là on va seulement les couper en deux, nous mettons tout du bon côté pout tenter un joli poisson de se laisser prendre. Vous ne serez pas surpris d'apprendre que ce soir nous sommes sûrement les seuls pêcheurs de l'ile, d'ailleurs pourquoi il y aurait t'il des pêcheurs ici, je n'ai pas rencontré un seul      optimiste depuis ce soir 17 heures, depuis tout cet après-midi tous nous aurons expliqué que les daurades sont parties, que pour le loup c'est trop tôt, que le sar c'est plus ça et qu'on y va pour rien.

Bon avec tout ces encouragements nous nous devons de ne pas revenir bredouille d'ailleurs on va forcer un peu plus sur les talons de cannes et les appâts biens juteux vont largement dépasser des hameçons. Rapidement la petite boule au creux du ventre va disparaître car le poisson va être bien présent et va nous le faire savoir, mais au fait ici mis à part des daurades et du loup je ne sais pas vraiment ce que l'on peut prendre....

DSC00787

A vrai dire je n'ai jamais pris de marbrés ici, en plus celui-ci est tout à fait dans la maille.

DSC00798

Puis un autre quelques instants plus tard juste un poil plus petit mais qui  ne retournera pas à l'eau.

Franchement je suis assez surpris de trouver des marbrés ici, l'eau n'est pas exactement très adéquates de plus les frises qui courent bruyament sur l'eau finissent de refroidir les couches plus chaudes...on cause , on cause et mon écureuil monte franchement, sous nos yeux je laisse faire un peu car une voix résonne dans ma tête comme un méssage subliminal... C'est la voix d'orlando qui me crie "ne te précipite pas , laisse manger"

Mais comme il n'y revient pas je vais remonter dix minutes plus tard et comme à mon habitude je vais prendre mon éternel...qui va comme toujours retourner à l'eau.

DSC00819

Dans l'histoire nous cherchons à faire quelques vifs, les mulets  sont vraiment monnais courante ici, promèsse que les loups s'y promènent pour se nourrir et éric va finalement prendre un petit sar, mais on vous le montrera plus tard.

Je ne savais pas non plus qu'ici on pouvais prendre des rougets, enfin des surmulets qui sont trois fois plus gros que ceux de roches et ont des coloris un peu différents, bon elle est ou la blanquette ?

DSC00801

Puis c'est Greg qui va prendre sa première blanquette, elle est trop petite, je la décroche et bon retour à l'eau, la suivante sera un peu plus grosse...

DSC00810

Tiens encore une touche, ha ce coup-ci c'est plus gros et donne de bons coup de tête, dans la foulée je vais prendre un autre rouget et  un beau marbré.

DSC00822

 

IL est deux heures du matin, nous en avons plein le cerveau du Mistral et nous nous replions vers le port qui est un peu plus à l'abri. L'avantage ici c'est que tous les postes sont à côté et il est facile d'en changer rapidement, le bout du port sera pris d'assaut par nos cannes en quelques minutes ce qui permet en même temps de faire la visite entière du magnifique port.

DSC00824

Nous nous installons rapidement, ici pas besoin de frontale tellement il y a d'éclairage public, Eric remet son petit sar au vif, (enfin ex vif) nous nous envoyons des appâts tout neufs un peu dans tous les sens de façon à quadriller toute la digue en béton.

Eric se lamente de bon coeur, de loin je ne comprends pas bien ce qui le pousse à dire de tels gros mots en un peut toutes les langues, mais rapidement je découvre qu' à force de ne pas surveiller ses cannes on peut passer à côté de sa chance. Du coin de l'oeil j'ai apperçu quelques poissons assez longs qui chassaient dans la lumière près du quai en arrivant je pense que c'est des baraccudas, là j'en suis presque sur...

DSC00828

 Il y a bien de petites touches  un peu de partout sur toutes les cannes mais de toute évidence c'est des petits. Moi je commence à m'endormir fermement contre un pilier en béton la nuque à 45° ce qui m'offre la promèsse d'un bon torticolis, les deux autres rigolent comme des bargeots et font la photo d'un Roro endormi .

Nous nous envolerons pour le quai au petit levé du jour, j'ai dormi une bonne heure et je suis relativement en forme. Par contre mes deux copains sont au bord de tomber par terre, ils ont cru bon de tenir éveillés coute que coute et vont subir les affres du sommeil qui ne te lâche pas d'une semelle et du coup c'est mon tour de faire des photos, je ne vais pas vous les montrer car c'est du lourd, trop lourd ...

DSC00837

 Non juste une petite bien soft...sans les ronflements !!!

DSC00855

 

DSC00845

La boulangerie en face du quai ( à côté du bar) va subir notre passage, une délicieuse odeur de croissants au beurre justes sortis du four qui flotte sous nos narines, je vais en prendre pour ma famille qui dois dormir encore. On se fais la bise avec nos petits paquets pour nos compagnes à la main et on regagne nos voitures.

Je reste quelques instants à regarder ce joli  petit port qui s'éveille ce samedi matin dans la gaité, les commerces ouvrent rapidement , le vent viens juste de s'éfondrer, mes copains sont déjà parti et je range doucement mes affaires dans le coffre, un tour de clé et je suis moi aussi sur le retour, le pêche est finie...

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO. - dans Poissons
commenter cet article

commentaires

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories