Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 23:35

Malheureusement nous devons nous passer de Marco encore quelques semaines avant de pouvoir enfin pêcher avec lui, dommage car en ce moment vous avez remarqué que ce vendredi soir tout est parfait pour une sortie en plein air, en compagnie de L'américain je vais saisir royalement l'occasion.

DSC00229

Le choix est clair sur le lieu du poste, impossible de ne pas prendre du poisson ici car il y a du sable en profondeur ce qui promet un beau festival. On s'installe rapidement et on prends vite ses marques quand un problème est vide détecté...malgré l'immense beauté du site nous replions rapidement boutique pour aller ailleurs car le courant est si puissant qu'il fait riper les plombs sur la droite et même en alourdissant les écureuils ils remontent sans cesse. Du coup  je ne vois pas comment être discret sous l'eau si déjà mon témoin de touche pèse deux tonnes...

En quelques instants nous sommes plus dans l'interieur  des roches pour trouver enfin un coin qui est plus abrité du courant, on ressort le matos, on essaye de se placer au mieux et l'attente commence... C'est pas croyable le nombres de gros crabes qui grattent les roches ici, de plus matez la taille ! la pince de celui-ci est grosse comme mon pouce, par contre il est mou et il paraît que les poissons chasseurs n'en feraient qu'une bouchée, je le place dans une cuvette et je viendrais le cherche plus tard si il n' a pas bougé. 

DSC00196

  Indéniablement la soirée est plutôt tranquille, le coin qui nous accueille n'a pas l'air d'abriter beaucoup de poissons car nous n'avons pas de touches ou presque, bon... J'en profite pour ranger un peu et de partager tous mes doutes avec mon copains qui est assis confortablement sur les roches encore chaudes. Tout ça ne va pas tarder à m'énerver et je décide de me déplacer encore plus dans la crique car ce n'est pas normal d'avoir de si bonnes conditions et de n'avoir aucune touche, il est presque minuit sans la moindre prise, allé hop ! on redéménage encore une fois ! Mon ami est à la peine et doit prendre sur lui pour ne pas m'envoyer à l'eau à grands coups de pompes, bouger trois fois dans la nuit pour pas grand chose c'est compliqué, mais il me suit tant bien que mal...et justement nous avons bien fait. 

DSC00201

Le vent est complètement tombé, ça ma fait l'impression d'une gigantesque main qui appuie sur l'atmosphère, de venteux nous passons à rien, pas une brise pas un souffle et tout redevient calme. Nous sommes assis côte à côte, on partage quelques pains au chocolat, c'est bizarre d'ailleurs l'air marin creuse souvent la mer, là c'est nos estomacs qui vont pulvériser d'un bloc ces quelques victuailles sans la moindre lourdeur stomacales ni remontées acides. Ici le transit est de tout premier ordre !!!

La touche, mon écureuil monte sans transitions et se colle au blank, le moulinet se dévide quelques instants et si ça c'est pas une dorade je n'y comprends plus rien ! Jepatiente canne à la main...je patiente et j'applique à la lettre les conseils d'orlando qui peste comme un diable quand on se précipite sur les cannes pour ferrer. Je repose ma canne et ouvre le pick-up...le fil se dévide seul sans la moindre résistance une fois, puis deux fois et à la trois je lui envoi un ferrage dans les règles qui va lui coller l'hameçon dans la bouche. Le poisson bataille de plus en plus à l'arrivée des roches, j'ai un mal fou à la brider quand du coin de l'oreillej'entends mon autre canne qui tombe par terre, pffffff,  j'ai du mal la caler tant pis...je ne la vois pas c'est trop noir, seul le ruban auto réfléchissant que j'ai mis au bout du scion m'indique sa position, je laisse...Dans l'éclairage de la frontale une tache brillante fuse dans tous les sens, c'est mon poisson qui remonte, mes mains tremblent mais il a en réalité déjà perdu le combat. Ma matériel est trop puissant, mon fil spécialement étudié pour ce genre de situations, mon moulinet démesuré pour ce poisson...Je me permet même de le remonter en poids, c'est ma première blanquette de 500 grammes.

Bon revenons à nos moutons, ma canne là bas qui est tombé, voyons voir ce qui l'a déniché de son trou, il y a un poisson au bout mince mais il me plie les bras, howwww mais il est furieux là, wouaouuuu c'est une denti de belle taille qui est en l'air, je l'ai remonté comme un petit sar tout simplement par ce que j'ai cru avoir accroché au fond et il a rebondi sur l'eau avec les deux hameçons plantés dans la gorge ! Je n'en reviens pas et dans la précipitation je me troue la main avec ses puissants piquants sur le dos, aïeee, put...que ça fait mal...

 

DSC00221

Dans mes ébats avec les poissons je ne compte plus le nombre de prises, je ne peut plus m'asseoir une minutes sans avoir une touche, dans la majorité ce sont des sars portion (300 grammes) qui défilent dans le seau et une constation s'impose: Toute notre pêche s'est faite avec les gros mourons d'orlando, quand je dis gros c'est vraiment des gros et j'ai pu faire avec ses magnifiques vers presque trois calées par vers, il y en a dix par boite cela fait plus de vingt gros morceaux et j'ai presque tout pris avec, dorades comprises...

 

DSC00218

Le petit matin s'installe, j'ai une touche vraiment différente des autres...

Ma canne plie à toucher l'eau le moulinet dévide violemment je n'en crois pas mes yeux fatigués. D'un ( James) bond je saute sur la canne croyant l'affaire faite pour le poisson au bout, mon moulinet déroule du fil sans fin et je crois bon de lui envoyer la sauce dans les dents... La fatigue m'a fait oublier les précieux conseils de mon ami Philippe qui peste à chaque fois qu'on se précipite sur une touche. La dorade est si maligne qu'elle peut vous prendre un bibi style merguez, partir à deux cent à l'heure avec et ne pas abîmer le ver du tout. Je ferre dans le vide une fois ( et je marronne là )... je remet au même endroit...deux minutes suffisent pour revoir la même touche, youpiiiiii et je refait la même erreur oubliant définitivement les profonds conseils avisés de mon ami qui doit retourner dans son lit en marmonant: Roro !!! ne te précipite pas !!!! Bon je re- ferrer dans le vide, dommage.

 

DSC00222

 Je ne tiens plus les yeux ouverts la journée de travail ( la veille aussi), toute la nuit de pêche, le stress du sentiment de ne rien comprendre à la pêche, les éfforts d'avoir bougé de roches en roches, me ferment les yeux vers quatre heures du matin. Malgré mes nombreuses prises je ne peut m'empêcher de dire que c'est de la chance, à aucun moment je n'ai fait preuve d'une vrai technique de pêche pour piéger mes poissons, seul mon instinct de chasseur a comblé un vide entre la technique et mes prises. J'ai même remarqué qu'au plus j'ai pêché à l'arraché au plus ça a marché, alors je suis bouleversé dans mes songes nocturnes. Vous qui ne vous posez pas de questions sur votre pêche, n'utilisez pas de techniquesparticulières et qui royalement vous vous en foutez, ne pouvez pas comprendre à quel point mon esprit alvéolé éssaye de classer un évènement dans une case. Remarque, le proverbe dis: au pays des aveugles les borgnes sont roi...

DSC00217

Bon la suite vous la connaissez, GnaGna, on a les boules de partir, on y reviens bientôt, sarko est un enfoiré, bientôt ici tout sera fermé, Marseille me fait gerber....

 

DSC00186

  Voilà ça c'est les appâts que l'on a utilisé, c'est pas mignon ça ? Ha mince j'ai oublié de prendre les mourons !DSC00194

 Nous avons passé un pacte avec les abonnés qui peuvent voir les images en plus, savoir un peu plus de choses que le simple lecteur...Si vous étiez abonnés vous pourriez peut être voir plus de choses, allé c'est gratos, y' a pas de pubs et nous invitons régulièrement un ou deux lecteur à nos sorties...c'est en haut à gauche "newsletter".

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par ROLAND - dans Poissons
commenter cet article

commentaires

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories