Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #Poissons

 

                                                                 LogoSilverNew

j0178209omment ne pas apprécier une sortie de pêche calme, sans vent, là où les conditions sont idéales pour traquer ses poissons favoris ? Comment ne pas aimer quand on a touches sur touches et que l'on sort des spécimens de belle taille qui seront cuisinés dans les règles de l'art pour que votre table soit un couloir de bonheur pour vos papilles ?

C'est simplement tout l'inverse que nous avons eu avec mon équipe ce Vendredi soir...Pluie par intermittence, du vent de travers qui empêche de tendre ne serais-ce qu'un peu les fils, très peu de touches et quand l y a c'est des beaux yeux, pour finir, des éclairs qui menacent les fiers gaulois que nous sommes chantonnent un air qui ne plaît guère.

Dès que nous avons quitté la voiture l'affaire est entendue entre nous, on va surement déguster tant les conditions sont épouvantables. la marche se transforme en rodéo glissant jusqu'à notre poste de fortune qui m'a accueulli il y a quelques jours déjà et nous offre la promèsse d'un retour à la voiture en grande pompe... Les trente minutes de marche sont rapidement avalés et nous voilà en poste toute cannes fièrement déployées vers cet océan d'incertitude bleuté. Immédiatement les touches fond décoller les écureuils dans tous les sens, mais là pas de doutes sur la nature des kikis qui mordent nos mourons, c'est des beaux yeux. Pour ne rien gâcher ils sont vraiment minus et je dois changer de pêche si je ne veut pas passer la soirée à voir mon écureuil faire des mouvement de ressort.

DSC02593

Gégé se fait arracher les piades les unes derrières les autres d'un coup sec, Greg bataille avec des beaux yeux et des saurels ( sèvereaux), moi je suis assis un peu plus haut clope au bec cheveux aux quatre vents à peine dérangé par les gouttes de pluie qui tombe sur mon crane fumant d'espoirs...Les volutes de fumée de ma cigarette s'envolent vers la mer emporte avec elle un partie de mon stress ebdomadaire.

Bon moi j'ai envie de prendre un gros poisson dans le style de Gégé il y a quelques jours avec Bert, alors je vais essayer de prendre un petit sar ou un autre et le mettre au vif. Je fais un montage palangrotte et un bout de mouron sur un fil fin. Curieusement il n'y a plus de beaux yeux qui mordent donc il va falloir en trouver un au bord, tout d'abord je prend une petite rascasse qui va retourner à l'eau, une bogue hyper minus qui ne va pas supporter un 7/0 pour enfin prendre au bout de très longues minutes un petit sar de 100 grammes qui est parfaitement dans le cadre. Hihihihih, mon affaire est faite, je vais le locher amoureusement et ne pas l'abîmer car je compte bien le relâcher vivant en fin de partie.

A peine est t'il posé au fond des eaux que la canne s'agite bizarrement, bon, c'est peut être mon petit sar qui n'a pas envie de rester pendu en l'air et il bataille pour se mettre à trou, bon, je laisse. Mmmmmm, quand même il tire vraiment fort sur la ligne ce petit poisson c'est quand même curieux. Au bout d'une demi heure je ne tiens plus d'attendre car ma canne plie légèrement puis se détend, puis tire comme si il ya avait de la houle sauf qu'il n'y en a pas. Je vais retirer mon poisson et voilà ce qui en reste.

DSC02592

Les amateurs de pêche au calmars vont immédiatement reconnaître la morsure sans équivoque de notre céphalopode préféré mais le plus curieux c'est qu'il y en a encore.

DSC02586

Soudain c'est la pluie qui vint nous voir, il faut replier rapidement les affaires dans un sac étanche et sortir les vraies affaires de pluie et Greg viens de s'apercevoir qu'il les a oubliées chez lui, tu parles d'une chance car là au moins il est sur de rentré trempé à mort !!!

Je parle avec Greg du vent qui vient de disparaître subitement quand par dessus son épaule je vois mon écureuil bleu s'envole vers le ciel, le moulinet mitchell avorsurf 80 au cri discret voire inaudible à plus de dix mètres( merci les bobines graphite) se dévide rapidement par saccades lourdes, c'est une daurade j'en suis sur !!! Le temps d'arriver à la canne le moulinet repart de plus belle jusqu'à tourner sans fin car je pense que le frein est réglé trop libre et laisse au poissons tout le loisir de faire du chemin. Mais pour autant cela ne veut pas dire que le poisson est pris sur l'hameçon, il m'est arrivé des dizaines de fois ce genre de scénario où le poisson n'est tout simplement pas piqué et tu restes là comme un con après avoir ferré ne comprenant pas ce qui viens de se passer. Je donne du mou, du mou et j'attends que le poisson  prenne tout et cela plusieurs fois car avec une grosse daurade c'est quasi impératif tellement ce poisson chipote même si il a faim. Subitement c'est des touches par saccades je pense qu'il a trouvé un os de métal dans le bibi, je ferre diaboliquement bien sous les précieux conseils de mon ami Orlando qui est encore debout derrière moi à me prodiguer virtuellement ses immenses connaissances sur les phases de capture. L'affaire est dans le sac elle est au bout et bataille de très loin, je ne brusque pas car je ne peut pas encore estimer sa taille qui me semble assez modeste quand même. Au bout de longues minutes elle fait surface complètement épuisée dans la lumière de trois très puissantes frontales braquées en sa direction, je vais même me payer le luxe de la remonter d'assez haut sans salabre au risque qu'elle se décroche mais le coin n'est pas pratique et rendu glissant par la pluie je ne veut pas risquer la vie d'un de mes amis pour un poisson aussi beau soit t'il...

DSC02594

Rapidement c'est une autre touche qui vient orner la soirée, c'est un peu le même style mais immédiatement je comprend que là c'est du chipotage dans les règles inscrites en or au cahier des charges de la daurade. Je décroche mon écureuil et je donne plusieurs mètres de fil qu'elle me reprends rapidement, à ce petit jeu qui peut durer une demi heure parfois elle prend confiance peu à peu et fini par avaler l'appât savoureux. Je lui envoie une décharge métallique qui va planter près de la bouche, je bataille un peu moins avec celle là, bon. La pluie tombe soudain avec rage je n'ose pas m'approcher des roches de peur de glisser pourtant, mon poisson accentue la pression, il y a des éclairs qui tonnent violemment derrière la montagne et des cordons d'énergie électrique pointent sur la ciotat faisant dans la nuit un bref instant de jour. Elle sera remontée comme sa cousine peu avant mais on commence à calculer le départ car la ça commence à sentir mauvais pour notre matricule, la pluie tombe fort il y a des éclairs de partout et on a des cannes en carbone toute bien pointées vers le ciel. D'un coup on s'active, tout est remballé en deux deux la marche commence sous un orage épouvantable orné de belles décharges électriques juste au dessus de nous, on serre les fesses, on passe la tête baissée jusqu'à la voiture...

DSC02601

C'est pas deux monstres mais au vu des conditions c'est vraiment tout ce que je pouvais faire...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog