Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 16:24

On l' a vu des centaines de fois, la pêche c'est le théâtre de tout les sentiments. Ceux qui peuvent prévoir à l'avance une sortie ne sont pas mieux loti que ceux qui prennent la musette au dernier moment pour se rendre au bord de l'eau, à chaque fois c'est un peu pareil on ne sait pas si le poisson va être présent. Nous scrutons tous la météo pour choisir un coin, nous sélectionnons tous nos appâts pour mettre ce qu'il reste de technique au service de la chance. Par ce que de la chance, il en faut, plus même que de la technique en vérité et d'ailleurs celui qui ne s'appuie que sur les performances de son matos va rapidement perdre courage. Nous pensons qu'il faut laisser une grande porte au hasard, soigner ses montages, bien connaître la poisson recherché et surtout ne pas essayer de faire plusieurs pêche avec le même montage. C'est pour cela que nous nous employons à déployer un arsenal de cannes avec différents montages qui sont destinés à différentes espèces de poissons. il ne faut rien négliger pour être efficace car comme nous le disions plut haut, à l'avance, on ne sait pas ce qui se promène sous les eaux...

L'année dernière nous étions parti en équipe frétillante au Frioul en plein septembre sur un poste très éloigné dans les roches afin de renouer une avec une pêche qui me tient particulièrement à coeur c'est le toc. Nous avions des gros bibis de sète, des mourons, du chalut fourni par orlando et j'avais pris en plus quelques crevettes crues congelées et un bout de calmar frais au cas où... Arrivés transpirants sur le poste complètement rincé par la marche nous nous mettons immédiatement au combat pour ne pas perdre de temps avec de beaux montages discrets et des appâts de premier choix pour ruse. Huit heures, neuf heures, dix heures...les heures défilent et nous nous regroupions de temps en temps pour discuter une peu sans que nous ne puissions prendre un seul poisson sérieux. On se fait déglinguer les précieux vers par les bogues et les oblades sans que nous ne sachions pourquoi nous ne croisions pas de beaux sars ni de pagres si présents sur ce type de coins. Puis minuit, une heure, deux heures, trois heures, là il faut réagir car le matin va pointer et sa venue va faire disparaître les poissons visés aussi vite que je m'appelle roro. Bêtement je part titubant avec ma canne au toc me balader plus loin entre les roches ultra coupantes et pour aller faire pipi aussi. Au premier lancé le montage crevette va atterrir entre deux failles à vingt mètres et entame une descente erratique dans le courant rageur. Je ferme les yeux pour sentir la pression de l'appât dans le courant quand, toc, toc dans le scion suivi d'un pliage de ligne dans les règles. Je remonte sans trop de difficultés le premier sar qui arrive, il est assez petit mais l'important n'est pas là, j'ai trouvé un nid à poissons rayés. Je relance immédiatement au même endroit après avoir remis à l'eau le premier, je refait la même chose qui va enfin payer un peu. Le premier beau poisson est en ligne, je vais le remonter rapidement pour ne pas effrayer la troupe qui broute les moules minuscules par là bas. Rapidement un autre sar va être pris, un autre et tout s'enchaîne dans une spirale où tout devient possible, où la lumière jailli comme une source de certitudes que rien ne peut brouiller. 

photos--02048.jpgSur le chemin on trouve de jolis coins, mais il faut rester ferme sur sa destination pour ne pas succomber aux charmes de ces roches qui sont des appels à la halte.

Plus loin les autres cannes sont définitivement muettes, on dirait même que les poissons n'existent pas dans ce coin profond, pourtant il est ouvert à la mer, il y a une belle écume qui fait jaillir tous les espoirs. Moi je suis parti dans un recoin pourri en équilibre sur un pic coupant à pêcher entre deux failles mortelles pour les fils ordinaires, mais en fait le poisson se tenait là, va comprendre ça toi...

DSC00052

L'histoire se termine ainsi mais m'a appris à mes dépends qu'il faut bouger les cannes et varier les montages pour trouver le poisson. Même si cela paraît incroyable,  il doit y avoir des tables de rochers ou de sable qui repoussent les poissons certains jours, bien sûr cela ne sont que des suppositions mais pour mon style de pêche ça m'a souvent sauvé du bredouille.

DSC00196

 P1000505

Pour la pêche de ce soir c'est un peu plus simple, je part avec mon fils dans les calanques de Marseille affronter un diabolique adversaire invisible qui agite les arbres et fait se lever la mer. Par chance il n'est pas un brin froid ni trop agressif, il va être juste très chiant car il pousse tout vers le large. Nous arrivons un peu avant à la tombée de la nuit avec nos d'affaires, je montre à mon loupiot du bout du doigt ce que c'est que de belles calanques, la profondeur des eaux qui font apparaître en ombres plus claires les petites tâches de sables mêlées aux turquoises innombrables. Nous installons les cannes sous la nuit qui tombe lentement,  il n'y a pas de touches franches immédiatement, les cordelles se font dépouillées, les bibis dansent sous les eaux sans trouver de client. Le coin n'est pas très large ce qui ne va pas me donner l'occase d'aller vadrouiller des masses, mais avec un peu de chance je n'en aurait pas besoin car normalement il y a du poisson de partout ici même au coeur de l'hiver.

Encore une fois c'est assez mitigé, on récupère les cordelles soit en lambeau soit ils ont disparu signe que les poissons qui vivent ici ce soir ne doivent pas être plus gros qu'un index c'est très encourageant pour la nuit... Soudain vers dix heures les petits poissons se reveillent, il y a des touches sur les cordelles immédiatement, impossible de poser la canne car le fil part et le scion ploie dès que le plomb touche le fond et puis de temps en temps une touche un peu plus marquée met à l'épreuve mon fils qui ne sait pas encore gérer cela. Il se fait rusher la canne à la main et je doit l'aider en tenant partiellement la canne, à la surface il y a un sar d'au moins deux cent grammes qui frétille férocement à la surface, mon garçon est à la limite de ses possibilités mais le destin fera qu'il va se décrocher ce qui mettra encore plus à l'épreuve son courage... D'ailleurs il va s'endormir vers minuit pris dans les filets du sommeil et le ronronnement cyclique de la mer qui meurs sur les rochers. Pour moi c'est pas mieux mais je suis bien, je déplace un peu les cannes entre deux clopes, je varie les distances, je met en place une nouvelle technique qui me semble parfaitement déloyale vis à vis du poisson. Je ne sait pas si elle va marcher en tout les cas on vous en dira plus la prochaine fois.

Tu parles qu'elle marche, en quelques minutes un des écureuils à tapé tellement fort sur la canne et tombé au sol qu'il s'est fendu et libéré la pile et la lumière qui est dedans ( pardon Bert), je prends la canne en main mais manifestement le poisson n'est pas au bout, je patiente encore en grincant  des dents. Quelques minutes plus tard c'est à nouveau la touche, moins forte. C'est assez difficile de deviner quand le poisson est piqué, beaucoup envoient un ferrage immédiat ce qui neuf fois sur dix se solde par un vent......Bon allé, à ce stade de touches c'est soit il a tiré le bibi sur toute sa longueur soit il est piqué avec le 2/0 planté au fond des entrailles. Au ferrage je sent le poisson qui bataille au bout et comme un bonheur ne peut pas arriver seul ... j'entends un mes moulinets trabucco spécial frein bruyant qui s'est dévidé une fois... je tourne la tête sur la droite et je peut voir que l'écureuil à disparu du fil, bon... Je remonte un peu plus vite le poisson en ligne pour aller m'occuper de la canne qui semble bien molle ma foi, le fil est mou et il ne doit absolument pas aller se mettre entre les roches ultra méga extra coupantes, donc je vérifie de loin qu'il est encore assez tendu. Je suis obligé d'éclairer fortement tout le coin ce qui signe d'un coup la mise en bière des abords de mon pauvre recoin, je mouline mais le fil descend dangereusement et je n'ai plus le choix il faut que je tracte en force le poisson qui est en ligne. C'est un joli sar qui va atterrir dans le bac rempli d'eau sans trasitions pour me permettre de voler de bonds en bonds vers l'autre canne pour la sauver inextremis de la casse.

DSC06314.jpg

Je ferre, c'est lourd, pas de coups de tête...on dirait un poulpe...non...mince mais c'est quoi ce truc, en plus j'ai envoyé de toutes mes forces et le montage est loin. Ha non je sent de petits coups de tête c'est pas un poulpe, là je suis dans le flou le plus total c'est la magie des calanques et elles ont l'art et la manière de vous faire comprendre que vous n'êtes qu'un joujou ici. Elle me donne un petite leçon de vie que je n'ai pas le temps de bien comprendre sur le coup car le poisson arrive ....c'est...c'est.... ? Une sole ? bon... J'avoue que je ne m'attendais pas à en prendre une ici même si il y a beaucoup de grosses tâches de sable. Le montage spécial fait mouche car j'ai mis deux montages écartés à l'eau et ils ont trouvé deux poissons alors que les deux autres cannes ne donnent rien. La prochaine fois je sait quoi faire...

DSC06274

Mon fils émerge de son sommeil et s'inquiète de l'heure et me lance d'une voix pleine de sommeil:

-" Papaaaa, papaaaaaaaaa il est quelle heure ,"

-"Il est trois heure du matin mon garçon..."

-"On va y aller j'ai très très sommeil je veut dormir dans mon lit."

-"bon allé replie les affaires dans ton sac à dos, moi je remballe les cannes et on rentre".

Une fois le remballage bien avancé mon garçon s'inquiète si nous avons avons trouvé du poisson. Je lui montre le sar et la sole et de ses yeux émerveillés il me lance d'un ton très énergique:

-Papa on peut rester encore un peu et tu mets un gros bibi sur ma canne ?

Le retour sera comme d'ordinaire car moi non plus je n'ai pas envie de rentrer....

 


En passant chez Orlando pour prendre les appâts je tombe sur la promo de l'année, il est en train de faire une grosse braderie sur les très beaux leurres ALPHA, il y en a près de cinq mille et ils seront vendu 5 euros pièces. Moi je ne pêche pas souvent aux leurres mais vu la beauté de ces bouts je décide d'en prendre plusieurs dont un magnifique qui va me servir de porte-clés ( désolé Filou) car il était temps que je remplace par un très beau leurre mon ancienne pub pour axa assurance...

SALTWATER_HOME_SOFT-BAITS_PREY.jpg SALTWATER_HOME_HARD-20BAITS_LIGHTVERTICAL.jpg

DSC00087 DSC01393

Je vais prendre de beaux bibis et des cordelles, tient, il y a 12 pour dix euros et de sont des cordelles récoltées chez nous. J'ai hâte de pouvoir essayer ces bijoux sur du vrai sable car là où je vais pêcher ce soir les beaux yeux vont s'en donner à coeur joie, bon on verra bien....

DSC05633

DSC05608

J'ai pris pour mon garçon cette belle canne, franchement ça m'arrange qu'elle vaut moins de 70 euros.

 

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans Poissons
commenter cet article

commentaires

zakari 09/08/2012 21:34


le 18 je seré a léspiguette sur plage je rej1 guy laba  pour une soiré peche en surf il paré que c
une bon spote a lou et dorad  si sa vous dit de venire nous rejoindre sa fera plesire  comme sa tu me charge les appat cher orlondo  avec c cordel en fera un masacre lolo biz amie

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 10/08/2012 14:36



Le 18 aout je ne sait pas encore  il faut que je fasse mon plannig, je te tient au courant...


Bises zak



alainpaddy 05/08/2012 14:13


Super to C R Roro !!


il doit être fier Arnaud avec son nouveau matos !!


Bravo pour cette jolie sole ! c'est qui qui va se régaler ??

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 05/08/2012 19:31



La sole et le sar sont déjà consommés, ma femme s'est chargée de ne pas perdre cette précieuse nourriture !


Mon fils n'est pas bien costaud mais il s'accroche dur, de la graine de champion, et quelle récompense pour un papa.


Bises Pad...



  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories