Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 20:45

DSC00652

Ca y est on y est enfin la saison des calmars a démarré, nous abandonnons provisoirement nos postes à poissons pour se concentrer franchement à nos proies favorites car comme vous le savez, c'est cette saisons qui nous motive au plus haut point.

En faisant une petite rétrospective de nos dernières sorties il s'en fallu de peu pour que nous passions à côté de ces très beaux loups pris sous un Mistral épouventable. C'est justement par manque de calmars que nous sommes allés un peu au hasard traîner nos fesses dans les calanques avec un peu de tout comme appâts, si il y avait eu ne serais-ce que quelques céphalopodes nous aurions pris déjà depuis un mois nos quartiers d'hiver. Mais là y'a plus de doutes, avec quelques sardines décomposées et tout une série de trucs qui t'empêchent de pêcher au bouchon, Max nous a prouvé qu'en fait, des calmars, y en avait de partout.

Le calmar est une bestiole bien étrange et passionnante quand on y réfléchi, comme tous les grands prédateurs il se déplace beaucoup, il vit souvent en groupe ce qui lui permet de vivre de sa chasse. Il est agressif et impitoyable quand il chasse car il peut se ruer plusieurs fois sur une proie même si elle n'est pas vraiment naturelle jusqu'à la couper deux, il ne se laisse capturer que sous certaines conditions mais apparemment la curiosité est un facteur important qui fait preuve de son intelligence. Il apprends vite car les montages grossiers ou pas tout à fait discrets ne font plus fortune avec eux. Il est possible qu'il faille changer régulièrement de technique pour réussir à en piéger quelque uns en toute sérénité. Sur ce point les leurres sont tout désignés et imbattables car ils jouent sur beaucoup de niveaux dans l'oeil d'un prédateur, il joue dans des registres qui ne nous sont pas familiers, ceux qui prétendent savoir ce qui marche alors que le leurre est dans l'emballage sont soit les plus forts du monde, soit les plus cons du monde... Sachez qu'un leurre est conçu tout d'abord pour qu'il rapporte des sous, si il ne brille pas avant tout dans l'oeil du pêcheur il ne verra jamais l'eau, il faut qu'il soit accessible financièrement et si en plus il prends des calmars( ou des seiches) ce ne sera pas de partout. Ici les concepteurs vont jouer sur une palette de couleurs et de nage qui à un moment donné vont éveiller des stimulis bien précis chez le pêcheur et la proie, qu'ils soient alimentaires ou purement agressifs, le but est de déclencher une action qui mène à la prise du bout de plastique du magasin jusque dans l'eau. Les tissus qui recouvrent les leurres a une importance capitale car le calmar à un sens du toucher très développé ( vous aussi), les ventouses ne doivent en aucun cas adhérer mais plutôt glisser sur le leurre tout en donnant une sensation correcte jusqu'au moment où les hameçons en bout vont jouer un rôle. Quelle joie d'avoir un leurre où les hameçons ne rouille pas dès la deuxième sortie, sur un leurre armé de triples c'est un compte car ils peuvent se changer pour d'autres, mais pour les leurres à calmars c'est pas possible, mal armés ils resterons sur l'étagère à rouiller en attente de plonger dans la poubelle un jour ou l'autre.

Si vous le voulez bien, la pêche au calmar est une vrai épreuve technique, vous pourrez enfin vous vanter d'avoir piégé votre bestiole par vos prouesses de fabrication car il faut bien le dire, ce qui nous est proposé est franchement pourri. Les bouchons fuji ne tiennent pas la vague car trop lourds, les autres marques sont quand à eux hors sujet car plutôt destinés à l'eau douce. Les calamarettes vendues en supermarché du sport sont pratiques mais ont une fâcheuse tendance à décrocher le calmar quand la houle vient vers vous, seuls quelques marques comme CAMOR se sont penché sérieusement sur l'affaire mais les paniers sont ciblés bateau ce qui les rends peu discrets du bord. Vous avez compris, il va falloir jouer de la pâte à malaxer et des hameçons inox pour être compétitifs, il va falloir user de tout plein d'astuces pour pratiquer honorablement une pêche qui ne vous fera pas de cadeaux si vous n'êtes pas dans les clous. Déjà qu'en s'arrachant les cou....pour fabriquer tout ce beau matos le résultat est juste correct, j'imagine sans. Bon, après c'est à vous de voir...La discrétion est une facteur essentiel dans la pêche au calmar, on pense souvent que ce petit bout de muscle est un imbécile car il attaque avec violence un appât et quand il se trouve en compagnie il perd franchement se sens des réalités et peut même s'attaquer avec rage à celui qui lui a volé la proie. Ne voyez vous pas une étrange ressemblance avec le comportement humain ? Un idividu seul se résonne logiquement face à une situation courante mais l'effet de groupe peut transformer un cerveau normalement constitué en véritable réservoir à conneries. Le calmar est dans cette lignée...IL chipote comme une véritable malade quand il est seul et il devient un vrai fou quand il a de la concurrence à portée des tentacules. Quand on passe devant le rayon du sucre dans le super marché, on regarde,  on chipote, on compare les prix, on essaye de savoir si le sucre est bio et on le relâche aussitôt après l'avoir pris comme si il avait la subitement la vérole. Mais si un groupe de gens arrive et qu'il tente de dévaliser le rayon sucre car il a reçu un sms d'une éventuelle pénurie, là y'a plus de rien de solide qui tienne, on se fout sur la gueule pour le dernier grain de sucre, on va jouer du point droit pour défendre son chariot la bave aux lèvres.

A n'en pas douter le prendre pour un con avec des appâts ou leurres grossiers quand il chasse en solitaire c'est l'assurance de ne prendre que les moins aguerris ou les fadas. Nous avons fait l'expérience très récemment d'envoyer un poisson vivant attaché par la dorsale au milieu de bouchons montés sardine anémiques depuis le début de la soirée. Le résultat est sans appel, alors que nous nous posions la question sur leur présence le vif a trouvé par cinq fois un client seulement voilà... Trouver des vifs est parfois un vrai casse tête car quand les cocos chassent dans les parages, les bogues ou les oblades ne tiennent pas des masses à se retrouver entre les tentacules de nos petits chéris, elles ne mordent presque plus.

DSC00625

Pour résumer un peu, le bouchon est contraignant car nous sommes soumis à la météo et les courants qui peuvent l'entraîner hors de portée ou carrément où vous ne voulez pas l'ensemble de la ligne. Le montage trident calé au fond ne permet pas de sélectionner uniquement le calmar car congres ou murènes sont aussi des acteurs importants au fond de l'eau. Le bouchon oblige un montage qui n'est pas très discret à moins de se fabriquer sois même ce qu'il faut et caler au fond ne garanti pas que l'appât soit visible si il glisse dans une faille. Voilà une pêche qui ressemble à un casse tête selon les conditions et vouloir s'entêter dans une seule et unique technique peut vous entraîner dans la solitude par manque de proie qui accepte de céder à un montage vu, revu, rerevu et rererevu. Sur ce point les leurres imbattables car ils sont attractifs quelque soit les conditions, une seul achat et vous êtes immédiatement en conditions de pêche, de plus vous n'aurez pas à trimbaler tout un armada de possibilités ou de montages qui ne correspondent pas toujours exactement à la chasse du moment.

Je vais vous raconter une petite histoire qui m'a beaucoup apris alors que je n'était pas très aguerri à la pêche de nuit au calmar. J'arrive avec petit mon attirail au Bestouan par une nuit très calme de Novembre sous les lumières bleutées des commerces qui font ripaille d'amoureux au bancs des terrasses. J'installe rapidement deux bouchons au loin armés de sardines fraîches, la houle est inexistante ce qui me permet de voir de très loin les deux flotteurs qui hochent nonchalamment du stalight, j'entame un montage au leurre quand un mec arrive bruyamment et me salue de loin. A première vue le coco est encore moins fourni que moi en montages et pour tout dire il déballe une maigre canne de chez Décath', une vieux moulinet à peine garni de fil. On parle de calmars et un peu de technique car je n'ose pas lui raconter mon histoire vu son matos et ses fringues il a l'air de sortir d'un autre temps. Il balance une sardine à vingt mètres acrochée par la queue sans hameçons et prépare une roumagnole et s'assoie...Moi j'ai la tête qui tourne car il ressemble au vieil homme et la mer et je ne voit pas comment avec ce si maigre attirail il pourrait voir le bout d'une tentacule j'en ai presque de la peine pour lui. Je le voit de loin avec son vieux bonnet rouge mal vissé sur tête, une veste de l'armée qui a dû voir la première guerre mondiale recousue de toute part et un pantalon jaune qui ressemble à un ciré de pêcheur. Alors que je m'attends à faire mes premières prises rapidement, le gars se lève d'un coup, il allume une vieille lampe qu'il a pendu autour du cou avec une ficelle, il remonte à la main le fil qu'il a lancé avec sa canne, il prépare son espèce de guinche qui est des plus rustique. Par curiosité je m'approche de lui, en fait je vais essayer d'éclairer un peu avec ma frontale car soyons clair je ne voit pas ce qu'il arrive à voir avec une lampe de poche entourée autour du cou. Ma foi, un beau calmar arrive, il n'est bien évidement pas piqué car sa sardine n'a pas d'hameçons, au bord il lui passe la roumagnole sous le ventre et tire d'un coup sec. Au passage le calmar m'arrose d'encre le bas des frusques neuves c'est bien fait pour moi. Rapidement c'est le deuxième, le troisième, le quatrième...Je suis inquiet car moi par contre je n'ai rien pris. Les questions se bousculent dans mon cerveau car pourquoi il prends les calmars à la suite et moi rien ? Le gars va remplir un bac de jardin de dix litres en quatre heures, soit environ quinze ou seize calmars avant que je puisse en prendre un seul, ma technique qui me semblait imparable c'est avérée complètement dépassée par une autre bien plus simple voire préhistorique. Au fond je me dit qu'avec mes belles turluttes toutes sorties de chez Décath je vais pouvoir enfin prendre mon premier calmar quand le gars m'appelle avec insistance...Il remonte à la main lentement le fil qui se tend par moments, il m'explique le bien fondé de sa pêche et quelques exploits tout en remontant très lentement. Ho putain à la surface arrive une seiche énorme, elle est si grosse que la pauvre sardine à disparu dans ses énormes tentacules robustes. Par chance la mer est inexistante ce qui nous permet de pouvoir calibrer en toute franchise  la façon de la guincher mais ce n'est pas tout. Une autre à peine moins grosse suit derrière, il plonge le guinche sur celle qui suit et d'un coup sec l'embroche sur les puissants hameçons, il passe rapidement à l'autre qui l'attends miraculeusement comme une conne.

Moi j'ai beau  insister avec mes beaux bouchons tout neuf mais rien n'y fait, pourtant même après le départ du gars je vais rester là à regarder briller les lumières de mes flotteurs qui tanguent du chef comme des chaloupes dans la houle à espérer qu'il se couchent sur la pellicule comme dans mes rêves.

Voilà une leçon que j'ai bien retenue depuis, je ne part jamais à la pêche au calmar sans faire plusieurs montages. Pourtant je suis encore persuadé qu'avec des moyens modernes il est plus facile d'obtenir ses précieux renseignements de leur présence, en se référant à ses fabuleux souvenirs qui m'ont largement ouvert les yeux, ma pêche a pris une sorte de dimension où rien ou presque ne doit être interdit sauf l'entêtement.

Pour la petite histoire c'est Greg et Max qui vont en vadrouille dans les calanques pour voir si une fois de plus les calmars sont présents en attendant que mon tour vienne. A seize heure trente ils sont en poste sur nos nouveau coins qui offrent les belles promesses d'une soirée bien réussie. En réalité il n'est pas utile de se presser pour s'y rendre, le maigre parking est toujours aussi désert en hiver, le chemin est assez accueillant seul les derniers mètres sont hors de portée du claque dents. Les belles roches froides qui frottent contre le sac en contrebas de la falaise te préviennent que si tu n'est pas respectueux du lieux tu finiras dans une boite en sapin, c'est notre pêche, on accepte ça...

320987 10151326067754764 596809334 n

Mais cette soirée est spéciale car ce soir c'est le grand rassemblement des calmars dans ce coin reculé, les six bouchons vont trouver un client dès la nuit venue. Quelque passages à vide qui ne durent pas pour reprendre de plus belle du fond à la surface, de 18 heures à minuit entrecoupé de brèves accalmies. Dès le début c'est l'explosion, malgré tout les bouchons lumineux qui flottaient il y a quelques minutes, il n'y en a plus aucun à la surface, greg est obligé de remonter ses prises en poids car Max n'est pas dispo pour les mêmes raisons. Y'en a de partout, des gros, des petits, au fonds, à la surface et en quelques minutes toute la pêche va se faire, faut pas molir car si tu perds le fil ou tu es mou du décrochage cela te coûte le nombre de prises que tu vas faire. En moins d'une heure tout redevient calme, un par ici, un par là pour finir à onze à minuit...

538053 10151326068439764 1919723859 n

Mes amis m'ont mis les nerfs à vifs car j'ai suivi la cours de la soirée en direct au téléphone, ma pression artérielle est montée en flèche au fur et à mesure de leurs prises ce qui, au passage, signe d'un trait la direction que je vais prendre ve vendredi armé de belles sardines...

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans calmar
commenter cet article

commentaires

christophe 13/01/2013 10:17


bonjour à vous et félicitations pour cette magnifique pêche. au plaisir

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 13/01/2013 12:10



Merci aux deux p'tits pêcheurs de nous rendre visite sur ce blog et au plaisir de te rencontrer un jour !!!


Bizz roro



ange 13/01/2013 02:48


et oui roro tu a tout dit dans cette histoire,le type dont tu parle  ressemble trait pour trait a un ami a nous qui pechait le calamar comme ça et nous aussi on pechait comme ça il y a une
quinzaine d'années,mais il faut se rendre a l'evidence les calamars ne se sont plus aussi nombreux qu'avant et celui qui peche toujours avec la meme technique il a rien compris,il faut savoir
evolué , innover sans arret,et essayer tous ce qui te passe par la tete,meme si ça te semble pourri,et le montage le plus simple est souvent le plus efficace.là j'arrive de la peche ,il est
presque trois heure du mat,j'ai eu trois ,pris trois calamars,chacun avec un montage differrent,biz a++

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 13/01/2013 08:14



Oui tu as raison, l'année dernière j'ai pris presque tout mes calmars en lançant la calamarette et en ramenant mon poisson comme si c'était un leurre, les bouchons n'ont rien donné seul les
montages posés au fond on sorti quelques bestioles. Faut inover et ne pas se limiter, mais en fait pour ceux qui aime ça on appelle ça se faire plaisir. 


Bises Ange


Ps je me suis régalé avec la vidéo même si on prends un peu la fessée !!!


r.o.r.o



greg 12/01/2013 22:26


Quelle soirée!


Un passage mémorable ou toutes nos cannes ont trouve preneur...


Avec la température qui va baisser ça risque de faire très mal pour nos amis les céphalopodes pour les prochaines sorties!

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 13/01/2013 08:20



J'espère quoique c'est déjà pas mal...


Bises mon canard



Max 12/01/2013 22:01


Super article j'adore ta ptite histoire aussi avec le vieil homme comme quoi faut vraiment tout essayer c'est vri que ce soir la cetait plutot bon pi ta pas parler d'hier ensemble qu'on en a fait
7


 


a bientot pour des dizaines de calamars mon roro

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 13/01/2013 08:17



Le montage au fond avec la calamarette planquée dans le poisson est une technique qui est directement issue de ce monsieur. Le fait d'enlever la tête du poisson et de faire disparître les
piquants attire les gros calmars et certains soir ils ne prennent que ça...


Biz M.a.x



alainpaddy 12/01/2013 22:00


Hi Roro 


tu t'es vengé sur l'écriture !! ou tu ne payes pas l'encre !!   


j'ai adoré l'histoire du vieux pêcheur !! As tu déja essayé la sardine dans un morceau de bas ou de collant ? 


 

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 13/01/2013 08:06



Non je n'ai pas essayé et il faudra qye tu m'explique tout ça. Tu sais l'histoire avec le vieux gars c'est  déroulée il y a quelques années, nous nous sommes rencontré quelques fois au
hasard par la suite. J'avais bien pris note de ses observations et lui il avait achetté une canne plus longue et neuve, Mais par peur de la raclée je n'avais pas voulu rester à côté de lui, par
la suite je n'ai plus pêché aux mêmes endroits. Je me souvient encore de lui et sans le savoir il a motivé ma passion pour le calmar..


Bises Pad.



  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories