Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #Poissons

DSC05545

Bon allé, c'est pas un mystère les daurades sont un peu de retour de partout. Ces bestioles ne sont manifestement pas facile à trouver car selon le temps elles virevoltent sous les eaux et elles peuvent diparaître aussi vite qu'elles sont arrivées vous laissant là avec une montagne de questions. La semaine passé je me suis laissé tenté par un Mistral à cent à l'heure pour essayer de surprendre le destin dans ses certitudes, j'ai méticuleusement passé en revue un peu toutes les techniques que je connais pour trouver mon bonheur mais bon, rien n'y a fait c'est presque le bredouille, pas un beau poisson en vue. Au délà du fait que la daurade n'est pas mon poisson favori, je doit bien avouer que cette satanée demoiselle dorée est agréable à traquer tant elle est versatile et c'est tout son interêt car au niveau combat c'est pas du tout un poisson sportif. Elle est cependant très maline et d'humeur très changeante sur le choix de son alimentation, elle va se jetter sur un mouron le Lundi et le refuser aussi sec quelques heures plus tard sans aucune raison, bon y'en a sûrement une mais cela reste un mystère pour tous. Elle est tellement cruelle avec nos nerfs que certains ont dévoué leur vie à essayer de comprendre sa façon de vivre ou de se déplacer, sa façon de mordre à différents appâts et cela est à lui seul tout un poème. Heureusement pour nous, son intelligence subtil prends facilement le pas sur son instinct délicat et cela qui la conduit à faire des folies, car comment expliquer qu'elle se nourrisse de bibis d'espagne ou de sète alors qu'elle n'en a sûrement jamais vu ? En creusant un peu on peut admettre qu'en présentant un ver beau juteux de façon naturelle sur de bonne distances au bon moment elle se laissera prendre au piège par gourmandise un peu comme nous le ferions nous humains. Remarque celui qui sait ce que vit sous les eaux n'est pas encore né, celui qui connait avec certitude les tréfonds des eaux profondes c'est sûrement le créateur en personne, les autres...

DSC05850.jpg

Le ver de Rimini et le bibi, voilà un vrai menu de base.

Notre belle équipe de bras cassés sommes plutôt opportunistes dans nos déplacements bercés par la météo instable, nous avons remarqué ou on nous a montré preuve à l'appui qu'à certains moments avec certains appâts on pouvais tirer à peu près son épingle du jeu sans pour autant tout comprendre. Mais le plus essentiel dans notre contexte c'est que nous réussissons à ne pas rentrer bredouille à tout les coups ce qui en ce mois de Juin relève du quasi miracle, nous vous faisons humblement vivre nos aventures pour garder un lien avec la réalité car, en ne faisant que parcourir les vidéos du net on fini par tout savoir et ne plus rien comprendre. Nous aussi sommes pendu aux rares vidéos nouvelles qui pourraient nous faire avancer un peu plus sur la connaissance de notre activité, certains même y montrent des trucs qui relèvent du fantasme tant on comprends que c'est plus pour se montrer sur youtube qu'autre chose. Mais la chose la plus essentielle c'est que pour prendre du poisson il faut commencer par comprendre la relation en l'animal et l'humain, ne faire confiance qu'à son matériel est voué à l'échec. Nous ne nous lasserons pas de vous démontrer que le matos est là pour se faire plaisir ou pour obtenir le prolongement de ce que le pêcheur attends, en aucun cas il n'est la recette miracle pour trouver le poisson mais attention... Celui qui est sûr que d'achetter du matériel de pointe ne sert à rien ne sait pas de quoi il parle et celui qui méprise le matos de monsieur tout le monde à oublié de se réveiller de son adolescence. les deux clans font une sorte de grand archipel de la connerie en perpetuelle augmentation.

Côté matos alors là il y a la super bagarre. Mais  il faut comprendre  que les pêcheurs qui travaillent pour une marque n'ont pas le même matériel que nous car les places d'honneur de l'enseigne est en jeu. Il y a pas mal de marques qui ont su faire le petit "plus" pour faire la différence et ainsi convoiter le titre, mais nous à notre niveau il est difficile de faire la part des choses car c'est pas du tout le même monde. Pourtant nous sommes dans un contexte de découlement de la compétition à l'usage courant comme pour les autres sports. En formule 1 tout est presque permi pour reporter le titre, il en résulte des inovations techniques  pointilleuses pour les formules moins prestigieuses, par effet technique les autres formules de promotion bénéficient de retombées qui donneront à leur tour des inovations pour un large public dans la grande distribution. Pour la pêche c'est exactement pareil. Les gars qui sont au sommet de la compétition ont souvent du matos expérimental ou fortement évolué qui oeuvrent pour que le produit aboutisse sans cesses via la grande distribution. Ces inovations sont ajustées aux réalités financières du marché mais globalement rien n'est figé et nous l'avons tous remarqué. Depuis quelques années la marque 4X4 vend un fil qui est vendu 2€ les trois cent mètres peu importe le diamètre, voilà une prouesse qui était interdite il y a peu de temps, bon, c'est de la merde mais cela permet au moins aux occasionnels de pêcher correctement sans se ruiner.

DSC05846

En avancant un peu plus dans le domaine il y a beaucoup de choses qui deviennent essentielles, les aspects techniques, les carbones, les fils et les moulinets font que nous ne pouvons plus revenir en arrière. C'est une peu comme si pour partir en vacance d'été on te remplace ta bagnole confortable par une 4 L et que tu doit aller en Bretagne par la route. Bon voyage les gars... Il y a vingt cinq ans il n'y avait que les voitures sportives qui pouvaient se vanter de dépasser les 250 km/h, dix ans plus tard une bonne familiale Allemande est bridée à 250 et coûte dix fois moins cher tout en offrant à son proprio de très fortes sensations. Hé ben c'est aussi le cas pour nous pêcheurs, le matos de pointe de ma jeunesse était totalement inaccessible pour mon portefeuille, quinze ans plus tard une canne avait perdu les trois quart de son prix et de son poids et pouvait enfin s'achetter n'importe où. Les vieux Mitchell ou Daiwa BG  se voient depuis longtemps supplentés par d'autres produits Japonais ou Italien ( maintenant Espagnol) qui proposent beaucoup mieux et surtout pour beaucoup moins cher. On peut considérer que tout le monde sait faire du matos indestructible, selon le pays d'origine il peut avoir une forme ou une conception différente voire même des coloris en rapport avec l'esprit national. Ce même produit est décliné en plusieurs versions pour qu'il soit accessible financièrement, les aspects techniques sont revus à la hausse ou à la baisse selon les fluctuations ou les modes. Le maketing est à l'écoute des clients car il va proposer différentes campagnes de sensibilisations auprès des marchands pour savoir si il est dans le bon créneau de prix, car si les ventes grimpent c'est bon mais si elles s'effondrent c'est pas bon et tout est revu. Mais depuis quelques années la donne a un peu changé, nous avons vu émerger des marques quasi inconnues vendre pour leur propre compte des articles que nous achettons tout les jours. 

Mais aujourd'hui la nouvelle référence des fabricants de matériel c'est Cinnetic, c'est un peu mieux et un peu moins cher, mais, dans le haut de gamme.

DSC05843Ci dessus c'est le modèle que j'ai choisi et dessous c'est celles de Bruno.

DSC05842

DSC05840

On ne pouvais pas immaginer de telles prestations pour ce prix il y a quelques mois seulement. D'ailleurs tout les sites de pêche en parlent ou veulent en vendre car c'est un vrai truc de dingue, malheureusement, une telle artillerie à ce prix va forcement créer des inégalités dans les magasins. C'est la raison pour laquelle dans l'équipe nous avons fait le plein de matos pour pouvoir nous aussi en parler, nous aussi on veut des anneaux et porte moulinet FUJI sur nos cannes car cela permet d'avoir plus de confort lors de la prise en main et de pouvoir se concentrer rapidement sur la remontée du poisson et ça, c'est pas un détail.

DSC05836

DSC05839

 

Mercredi soit c'est à nouveau la sortie, ce soir je suis en compagnie de Stef. Il me reste encore quelques bibis bien conservés pour leur âge, nous irons à Callelongue tenter de prendre la température à défaut de poissons. Stef connait bien les fonds et les postes qui sont à prospecter, ceci n'est pas une science exacte mais parfois ça marche pas trop mal, moi je me dit qu'il est le personnage adéquat pour trouver le poisson et vous allez voir qu'il faut vraiment bien connaitre le coin. Les cannes sont rapidement montées, moi je me rends compte que je ne suis pas à la page dans ce genre de conditions. 

DSC05810

La mer est adéquat pour envoyer du lourd car ici la distance est vitale, malheureusement mes cannes sont trounées un peu trop vers la roche ce qui ne me permet pas de suivre à la lettre les conseils de mon copain qui bombarde comme un fada. Immédiatement sa connaissance paye, il va essuyer la première vague de touches...

DSC05811

Ce qui est étonnant c'est que pour une fois les touches arrivent en plein jour, de mémoire il ne souvient pas avoir pris du poisson à cette heure, moi non plus d'ailleurs même sur d'autres postes plus loin.

DSC05817

C'est la première belle blanquette qui est prise pourtant il fait bien jour. Au cours des minutes la présence des blanquettes se fait plus évidente, seulement voilà, elles sont callées aux alentours des 90 mètres et tout ce qui est avant ne touche rien. Ce soir nous pensons qu'elles ne s'alimentent pas, elles jouent avec les appâts car il faut attendre une bonne dizaine de tirées franches pour la sentir pressante sur le fil, le ferrage doit intervenir au bon moment, c'est dur pour les nerfs.

DSC05818

Avec la nuit qui tombe tout redevient calme, nous ne trouvons plus le nid où elles se sont callées, le vent disparaît complètement et le courant de surface fait son appartion. Pourtant il nous sera possible de refaire quelques poissons un peu plus tard à la faveur d'une étincelle de chance.

DSC05824

DSC05826

Ce sera la fin des touches une fois la nuit tombée...

DSC05835


 

 

Commenter cet article

alainpaddy 09/06/2013 23:08


Toujours de belles images ! et quelques poissons nobles ! ça vient doucement ! l'espoir fait vivre ! 

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 10/06/2013 08:11



Salut Pad,


ouai ouai ça vient doucement c'est sûr mais le plus difficile en ce moment c'est de trouver un coin où il n'y a pas de filets et de palangres au bord, d'ailleurs c'est un bon moyen de savoir où
est le poisson.


Je t'embrasse mon Pad !



Articles récents

Hébergé par Overblog