Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 09:03

 

 Ce samedi après-midi je suis en compagnie de mes enfants et de Maxime à Cassis, malgré le fort Mistral froid qui souffle bruyamment entre les branches des grands pins tordu, nous allons tenter de nous rendre plus loin sur un poste qui sera sûrement plus à l'abri et trouver quelques heures de repos au bord de l'eau. Notre semaine à été particulièrement chargée en rebondissement et mes petits loupiots ont immédiatement besoin de se dépenser un peu, je vais profiter de cette sortie nocturne pour qu'ils lâchent franchement la pression et qu'il fassent les conneries qu'ils ne peuvent absolument pas faire à la maison. Parce qu'ici il n'est pas interdit de crier ou de balancer des cailloux, de manger toute les cinq minutes en laissant les miettes de pain joncher le sol, d'ailleurs mon fils plus loin s'exerce à écrire son prénom en pissant contre une paroie abrupte de roche blanche...les mains sur les hanches...tout un programme...

Notre coin est bien plat, cela ressemble à une grande dalle de granit de plusieurs dizaine de mètres de long qui s'enfonce dans la mer, je fais installer mes enfants côte à côte entre roches et broussailles presque au bord de l'eau canne légère à la main, moi je surveille en fumant assis derrière eux pour que tout se passe bien et pour changer leurs appâts aussi. Rapidement les scions s'agitent et les premières prises remontent à la surface, les cris de joie fusent, les poissons tombent dans le bac transparent ce qui lui donne un air d'aquarium de fortune. Je me souvient de ce genre d'aventure lointaine où moi aussi à leur age je voyais ces poissons de roche comme des trésors de couleurs, un moment sacré chargé d'émotions profondes qui ont marqué ma vie à tout jamais...

DSC04173 

Les choses vont lentement se tarir avec la nuit qui arrive, le cap canaille se teinte d'un orangé typique d'un jour de vent froid, ses couleurs intenses qui contrastent avec rage font oublier que par le passé bien des drames se sont joués ici. Bon allé j'installe mes deux "bouts" contre un pan de roches à l'abri du vent à grignoter les friandises rangées dans les sacs à dos pendant que fébrile je m'affaire aux fameux montages calmar. Ce soir tous les espoirs sont permis, la surface de l'eau est assez froide à défaut de la trouver vraiment froide, la lune pleine prends le relais sur un soleil qui a totalement disparu. Mes enfant, le ventre rebondi, n'en on subitement plus rien à cirer de la pêche, ils vadrouillent comme des fantômes avec leurs frontales dans les profondes failles qui serpentent de partout ici en riant comme des fadas...

DSC04191

Maxime et moi nous sommes assis côte à côte on est un peu inquiet car il faut bien le dire, mis part le petit sujet pris il y a quelques instants il n'y a pas de touches visibles sur les bouchons lumineux. Les bourrasques tournent un peu au Nord par moment ce qui nous exposent beaucoup trop, cela fait de drôles de virgules sombres sur l'eau qui font comme un bal qui rend le dessus des eaux presque vivant . Ce qui n'est pas explicable c'est l'absence des calmars, l'absente des bogues, l'absence de poissons tout court et dans ce contexte il n'est pas nécessaire de se concentrer exclusivement aux calmars d'autant plus que les loups mordent régulièrement aux vifs et les daurades n'ont apparemment pas encore terminé la saison. Non en fait c'est plus pour se rendre au bord de l'eau que nous sommes ici ce soir que pour faire la pêche tant attendue.

A neuf heure du soir je relève un peu le montage calmar qui n'a pas bougé d'un brin, enfin je dis "d'un brin" mais qui dérive pas mal quand même vu le courant important, mais pourtant, il y a une résistance au bout qui s'amplifie fortement, pour sûr, j'ai un petit plaisantin qui a pris le bogue et a commencé à la dévorer sur place. Pour arranger mon affaire je me suis croisé les fils avec la canne anémique que j'ai positionné au toc à côté, l'écureuil rouge vif que m'a fabriqué Robert monte quand je tire et descend quand je relâche. Non mais c'est tout moi ça ! Mais il faut réagir vite car les gros calmars ne supporte pas bien longtemps les frasques d'un pêcheur d'opérette comme moi. Par chance il est bien piqué il va essayer de se libérer des hameçons en m'envoyant de très sympathiques poussées dans le scion, mais comme presque toujours dans ce cas il ne trouvera pas l'astuce à mon piège bien aiguisé, il rejoindra le bord dans de puissantes gerbes d'eau réjouissante pour mon égaux...Le premier "tube" de la soirée ça se fête, on pose, on admire l'engin et on rembobine toute l'histoire jusqu'à la touche pour refaire "déjà" quelques retouches au scénario.

DSC04194

Mais à peine le bouchon reparti au loin c'est à nouveau la touche, le bouchon plonge enfin avec le montage, la chance veut que nous avons ramené un banc de calmar pas très content de se faire subtiliser son repas. Mes enfants debout contre moi ne perdent pas une miette du fabuleux spectacle car un céphalopode qui attaque une bogue à la surface même avec toutes les frontales braquées sur lui déclenche une vague de cris qui de joie aiguë qui résonnent jusqu'aux fin fond des calanques.

Voilà c'est ça que je suis venu chercher ici ce soir, faire voir à mes gosses ce spectacle incroyable qu'est le bal de la mer et par passages nous en sortirons quatre à la suite.

D'un coup ils vont jouer de leurs lumières dans le bac pour voir les nageoires qui ondulent dans l'eau et quand je dis que cela ressemble à un aquarium visez plutôt...

DSC04211

Super la soirée commence à donner vers 11 heures et demi mais nous allons rentrer car mes deux loustics finissent par me demander toute les cinq minutes à quelle heure on rentre. Vous avez déjà peut être vécu cela en voiture:

-"Papa on est presque arrivé ?"

Ben là c'est:

-"quand est ce qu'on rentre papa ?"

Et c'est ce que nous avons fait...Bien obligé.

Ci dessous un des écureuils de Robert qui est un bricoleur de génie, une arme fatale pour voir la touche de très loin.

DSC04177

DSC04178

DSC04202

Max quand à lui fera deux prises qui balayeront définitivement pour ce soir la peur immense du bredouille, mais pour l'instant nous en sommes à faire les comptes et nous sommes tout les deux quand même très loin du record. C'est connu, Cassis est un lieux de passage pour les poissons, le courant, la forte présence humaine, la pollution omniprésente de la pointe du Lombard ne favorise pas des masses au sédentarisme des espèces aquatiques. La saison qui offre le plus de chance de trouver de belles espèces ici c'est l'automne, mais dès l'hiver il s'installe une sorte de désertification qui n'appelle pas réellement à la pêche. D'ailleurs il n'y a presque plus personne au bord de l'eau, fini le bal des frontales qui scintillent comme des lucioles dans le noir de septembre , fini aussi tous les espoirs de rentrer chargés de calmars. Nous subissons une sorte de changement climatique qui fait parler à juste titre beaucoup de monde, vous avez sûrement remarqué que les saisons se décalent un peu...Il fait relativement assez froid même les soirs d'été car nous avons souvent mis les vestes sur le dos la nuit venue et contrairement nous avons souvent pêché en sweet-shirt une bonne partie de la nuit cet hiver...

DSC04213

Voilà encore une sorte de déconvenue qui appelle à la réflexion, il faut sûrement commencer à penser à une autre pêche. Ceux qui prendront le train en marche réussiront régulièrement, les autres....


Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans calmar
commenter cet article

commentaires

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories