Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 08:11

 

P8100443

Il y a beaucoup de recoins dans le var qui sont encore sauvages, la pression de pêche n'est pas très importante du fait de la pénibilité pour s'y rendre, il faut prévoir large côté minutes car chargé comme un fada c'est souvent une épreuve qui reste gravée. Les filets sont purement interdits et la plongée sous marine sous haute surveillance. Dès que l'on interdit les filets les poissons sont nombreux, tient, cela voudrait peut être dire qu'il faut généraliser cette pratique Varoise pour revoir enfin le poisson de partout ? En farfouillant avec un masque ces lieux magiques on retrouve rapidement des images de notre enfance tant la présence d'une mutitude de poissons différents y est importante, il y a encore une certaine forme de préservation du littoral qui n'existe plus vers Marseille. En roulant en voiture j'ai remarqué qu'après Hyères le paysage change rapidement, il n'y a plus ces montagnes d'immeubles qui défigurent le paysage, la nature est presque laissée à l'abandon jusqu'aux portes du département et c'est ainsi qu'elle vit le mieux.

Pour cette sortie nocturne j'ai embarqué du renfort avec moi, il y a mon fils Nono qui a acqui ses galons dans la cours de l'école grâce à ses résultats sportifs , toto son copain d'école qui le suit d'un cheveux dans le classement, Greg et Marco mes compagnons de toujours. Voilà une équipe qui a de la suite dans les idées quand il s'agit de pêcher du poisson, en plus nous y passerons la nuit entière, voilà une belle aventure qui se dessine pour les petits. Ce qu'il y a de bien pour les enfants dans ce genre de sortie c'est qu'ils sont libres, ils mangent quand ils veulent, ils peuvent jouer à outrance et dans le cadre du raisonnable se gérer comme ils l'entendent vu l'absence de risques. Moi je vais être longuement sollicité sur les montages des lignes, il va falloir que ma banque personnelle de renseignements soit bien fournie pour tenter de répondre un peu à toutes les questions, grosse soirée en perspective pour bibi...

Comme d'habitude, nous partons d'AUBAGNE sur les chapeaux de roues, mes deux jeunes aprentis sont totalement survoltés par cette aventure qui arrive, je sent bien dans leurs rires qu'ils se sentent grimper dans l'échelle sociale où tout plein de trucs magiques sont autorisés, mais je leur réserve en plus largement de quoi épuiser toute cette énergie renouvelable sur le chemin tortueux du littoral Varois. Pendant ce temps mes amis sont déjà en poste depuis le début de l'après-midi pour faire un repérage des fonds afin de connaitre au centimètre près les lieux à prospecter dans la nuit. Il y a beaucoups de pics rocheux qui risquent de leur coûter de belles pièces, ce n'est pas l'idéal mais c'est les seuls endroits où le poisson regorge de cachettes, il y vit, il y mange et pour tout dire ça fait pétiller les yeux dans le masque. Nous on arrive en trombe sur le poste vers vingt heures transpirants de toute part rejoindre nos copains. Ils se sont installés avec leurs nombreuses cannes dans un recoin très serré, avec les enfants je vais aller un peu plus loin. Le problème c'est que je ne suis pas sûr que l'on puisse beaucoup se voir car vu le coin nous allons être obligés d'aller assez loin d'eux.

A peine les gros sacs posés au sol les petits foncent se baigner, l'eau est chaude il ne faut que quelques segondes pour passer sous la pellicule calme, ils crient leur joie qui sort des tripes comme une fontaine bouillonnante, moi je me marre car ça me rappelle quelque chose. Je peut monter les lignes de tout le monde sans me presser tout en surveillant les deux zouaves qui s'ébatent... Mes copains sur le côté commencent à faire parler la poudre, Greg et Marco ont une touche toute les cinq minutes et dans le lot il y a de très beaux spécimens. Moi je suis sous le vent, je n'arrive pas à caler les lignes correctement tellement il est fort, je voit mes deux amis qui sont bien peinards à l'abri de ses bourrasques, mince je comprends mieux. Pfffffffff, même si une baleine mord je ne verrai pas la touche d'ailleurs je suis contraint de mettre les lignes au raz de l'eau pour avoir un semblant de ligne tendue.

La nuit tombe et les enfants ne sont toujours pas sortis de l'eau, ils ont la rage de leur âge, je doit insister lourdement pour qu'ils passent à table avant de pêcher. Tu parles, il faudra que je ruse pour qu'ils daignent ne plus négocier quelques minutes supplémentaires, j'invoque le besoin urgent de crabes et de mulets vivants pour mettre au bout de la ligne, ça au moins ça marche ! Rapidement les premier crabes de sable arrivent, dans le lot il y a des velus, des mulets de toutes les tailles ce qui me permet mine de rien de pouvoir varier le menu de ce soir. Du coup, vu qu'il y a beaucoup de vent mes deux lascars préfèrent traquer les mulets que de pêcher, je remet à l'eau au fur et à mesure tout ce qui tombe dans le bac où nagent déjà une grosses quantité d'appâts. Je vais tenter de mettre sur le fil un peu tout ce qui a été récolté par les gosses, crevettes grises, crabes, piades et je peut constater que tout marche sur les sars portion en grand appétit, malheureusement ils ne sont pas tous maillés et c'est la mort dans l'âme que certains seront gardés malgré un hameçon en 3/0 fort de fer. Franchement je ne peut pas utiliser plus gros c'est pas pensable. Vers 10 heures je doit leur dire de stopper car je ne pourrai pas utiliser toute cette armée de friandises et leur demande de se sécher avant de passer à table, ouffff je vais respirer un peu. Bon je ne suis pas avec mes copains mais je peut voir que les frontales s'agitent souvent preuve que contrairement à moi, pour eux l'activité est intense et dire que je ne pourrai pas faire de photos. Soudain départ de frein, j'ai juste le temps de poser ma tasse de café sur une roche lisse pour me ruer vers la ligne qui à trouvé un beau poisson, les rushs sont vraiment fort et je ne peut m'empêcher de rêver à une belle daurade, on va voir. Ici il n'y a pas de roches coupantes cela me permet de bien travailler le poisson, quelques minutes suffisent pour voir la bestiole qui arrive dans la lumière de la frontale, c'est un gros sar et ça sera mon premier vrai poisson.

DSC00002-002-copie-1.jpg

Mes amis sont en train de se faire taner les fesses par les gros poissons, les nerfs sont mis à rude épreuve car par trois fois se jouant des puissances des blanks, les poissons ont coupé les bas de lignes contre les îlots tranchants de part et d'autre et cela se solde inévitablement par trois casses successives à quelques mètres du bord. En fait, tous les poissons légèrement au dessous du kilo arrivent dans le salabre mais passé le kilo et demi c'est cuit. J'entends de loin les lamentations des deux amis qui ont encore perdu la daurade record, pourtant personne n'y peut rien, le coin est fait ainsi, y'a des roches et les dodos le savent. Vers trois heures du matin mes amis vont remballer avec une belle brochette de poissons sous le kilo alors qu'ils ont failli faire un vrai strike avec de vrais patates mais tant pis, l'important a été fait, ils ont déniché le bon poste et ce n'est que partie remise.

DSC00001-002Ils ont nagé, traqué le mulet la moitié de la nuit, après le repas les paupières étaient lourdes, lourdes...

Moi par contre c'est beaucoup plus calme limite je me fait chier, les enfants ont sombré dans les sommeil et au fils des heures il n'y aura pas de touches visibles sur mes cannes. Je fume mes clopes et je boit le café bien chaud pour ne pas sombrer à mon tour, le vent qui ne se calme pas me fait frissoner de froid et je me surprends à rêver d'un beau départ de frein comme ont eu mes amis. Pourtant ma pêche va commencer avec le jour qui pointe lentement derrière la mer agitée, je vais subir des trucs inexplicables comme deux départs de freins violents sans que l'appât au bout ne soit touché, une touche minuscule avec une blanquette de six cent ferrée dans l'oeil, tout une série de choses que je découvre ici.

DSC00007-002Les rougets surmulet sont nombreux ici et pas farouches, dans le lot il y en avait un qui était vraiment gros (pour une rouget bien sûr). Ils ont de grosses écailles canelées, c'est d'ailleurs un des poisson qui en a le moins comme la carpe contrairement à la mustelle et la girelle qui en ont le plus.

A un moment je vais déplacer un mulet mis au vif car il n'a rien trouvé de la nuit, je vais le lancer entre les bouées pour voir. A peine posé le fil me part entre les doigts, je ferre énergiquement mais le fil ( 45 centièmes daurada siou plaît ) est déjà coupé, bon, quand ça veut pas. Les gosses émergent d'une nuit de sommeil bien mérité, le bon chocolat chaud va finir de décoller les lourdes paupières avant de faire l'inventaire des prises de la nuit. Les crabes sont partis, les mulets se sont éloignés, les crevettes bloties dans les trous, il n'y a plus rien à faire pour eux.

DSC00011

Nous rentrerons à notre tour vers huit heures après avoir remballé toutes les affaires éparpillées de partout avec de bien belles images qui vont rester gravée dans nos esprits, y'a pas à dire, le littoral Varois c'est quand même quelque chose... 

DSC00010-001

DSC05545

Le lendemain Marco repart à la pêche, au bout de la nuit le constat est formidable, il y a de tout mais là, on vous en dit plus la prochaine fois...

Ci-dessous le sar avait ça dans le ventre, comme toujours on essaye d'examiner au mieux. Ca ressemble à un crabe ou une piade, mais la couleur par contre...

DSC00008-003

DSC00003-003

DSC00008-003

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans Poissons
commenter cet article

commentaires

Renaud 13/08/2013 15:19


J'ai beaucoup aimé cet article, on pouvait sentir la joie d'etre avec ton pitchoun a travers tes mots.


JE VEUX ALLER PECHER LA BAS !!!


Bon va falloir pecher en 80 / 100e si cela continu.


PS: un article qui ns plonge encore plus ds le doute concernant la pollution de nos cotes.


http://www.laprovence.com/article/edition-marseille/2483267/un-ete-en-eaux-troubles.html


 


Bises à tous.

zakari 12/08/2013 19:01


prepar toi dé que jé un wik de libre jariv mon roro bravo pour  c poiscay faux sortir 7belle dodo 7 ané biz

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories