Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 19:42

j0432544 vec ce mois de Mars épouvantablement venteux normal en cette saison il est nécessaire de prendre un peu de recul sur toutes les pêches qui se sont faites il y a quelques mois pour avoir une idée plus ou moins claire sur le déroulement de la saison. En premier lieux on peut constater que le poisson et plus particulièrement les daurades ne s'est pas beaucoup éloigné des côtes cet hiver, il suffit de trouver un poste à mi chemin entre le large et la côte  pour s'en convaincre. Bien sûr, ne parlons pas de grande concentrations de poissons printanières mais je pense que d'ici quelques semaines il sera possible de faire le lien entre les saisons et de constater qu'en se déplaçant un peu nous oublierons définitivement ce qui à été compliqué à comprendre. De toute façon l'hiver a toujours été complexe à analyser, ce n'est pas une saison qui incite à faire de l'exploration ou de tester de nouveaux coins car la météo ne le permet souvent pas, aller se geler en plein vent glacial la nuit ne permet pas de faire de gros pronostics et on espère voir simplement une touche ou deux dans la nuit. Mais là on est dans un autre contexte, depuis un bon mois déjà il semble que les poissons sont rentrés près des côtes là où il y a pas mal de fonds sans trop, il semble que ces fameux grands plateaux intermédiaires finissent pas être définitivement habités de jour pour l'instant. Mais force de constater qu'au final même dans le courant de la nuit les poissons continuent à s'alimenter de façon plus ou moins facilement avec des aliments qui s'utilisaient exclusivement l'été comme le ver Américain. Oui, évidement on va toujours trouver des pêcheurs qui l'utilise toute l'année et qui en sont très content mais ce ver rose à une biologie particulière qui ne se prête pas aux saisons froides contrairement au mouron ou le bibi. En effet il est largement prouvé que certains vers ont une tendance à briller infimement dans le noir et c'est en partie la réussite d'un ver. Mais pour cela il faut des conditions particulières, un mouron ne s'allume pas comme une ampoule dans la nuit, il faut que les eaux offrent des conditions particulières cela dépend du ver, il émet une phosphorescence infime que le poisson capte à un moment ou à un autre. D'ailleurs pour s'en convaincre il suffit de faire le test à plusieurs mois d'intervalle au même poste dans le même contexte, IL suffit de prendre un Américain, un mouron et un bibi. Le bibi fonctionne presque toujours dans toutes les situations hivernales et un peu sur tous les poissons et toute l'année, mais le point d'orgue de ce ver juteux c'est vraisemblablement l'automne. Le mouron est particulièrement performant en entrée de saison et en fin de saison sur le poissons (noble) sur l'ensemble des espèces, c'est un ver absolument incontournable pour la roche l'hiver et l'été qui dépasse de très loin la dure ou le jumbo. Par contre le ver Américain est presque l'arme absolue l'été sur les bancs de sable, on ne compte plus les daurades pris avec ce type de vers et contrairement à la cordelle qui sélectionne les poissons qui farfouillent un petit truc à se mettre sous la dent, mais le ver Américain ne fait pas l'unanimité l'hiver loin delà. Pour compléter le tableau de ce que nous utilisons en matière de vers, nous y inclurons le ver de Rimini sur une population de marbrés qui arrivent normalement fin Avril.

animaux-bleu-poisson-icone-4285-128

Cette année est une année complètement différente des autres, il y a quelque chose sous les eaux qui fait que le poissons ne s'est pas beaucoup éloigné des côtes cette saison. De mémoire je n'avais jamais pris autant de daurades en plein hiver dans les calanques, les bibis sont de meilleure qualité certes, mais prendre ce genre de beaux sparidés avec des mourons la nuit il y a un pas. Un pas qui a été franchi mais là par contre je n'ai pas d'explications car à météo égale tout est différent. Je me souvient de ces longues soirées de solitude où l'attente de la touche pouvait durer de longues heures, bien souvent même c'était le désert complet et même avec les meilleurs appâts. La moindre vaguelette poussée par le vent du large faisait fuir le poisson à des kilomètres laissant mes neurones s'entrechoquer contre la boite crânienne en mal de comprendre. Aujourd'hui c'est tout l'inverse, le poisson s'alimente le jour et la nuit à toutes les heures, pourtant la météo de ce mois de Mars qui n'est pas exactement ce qui se fait de mieux en matière de vent, je dirait même qu'il faut une bonne dose de courage pour affronter les intempéries. Mais on se rend vite compte que l'on ne sort pas pour rien même si le poisson n'est pas encore très très gros, mais il suffit à nous rassurer' ET' surtout de nous promettre une saison où les freins vont se dévider copieusement.

Ce Vendredi Max et moi nous sommes encore sur le pied de guerre, Nous avons prévu d'aller assez profond dans les calanques pour trouver notre poisson, tout se fera un peu au feeling en fonction de la force du vent. Un peu moins loin de nous Steph lui aussi tente une sortie, mais il ne peut pas aller aussi loin avec nous car il travaille le lendemain de bonne heure et il passerait tout son temps à marche plutôt qu'à pêcher. Nous on part bille en tête mais au final nous devrons abandonner tous nos plans arrivé sur le parking à cause de ce maudit vent d'Est qui décolle la mer de la surface et qui nous mettrais en grand danger. Rapidement nous irons rejoindre Steph qui est déjà en poste dans un petit recoin qui est plus ou moins à l'abri mais qui au moins ne nous fait pas courir autant de risques, un coup de tel et c'est réglé, nous pêcherons ensemble...

En moins de temps qu'il ne faut pour le dire la première blanquette est sortie des eaux par notre ami Aubagnais, ce n'est pas un monstre mais vu les conditions nous pouvons nous considérer comme des chanceux. Max nous interpelle car il est direct avec un truc qui est accroché sur sa ligne, à vrai dire il ne sait ce que c'est mais nous n'allons pas tarder à le savoir.

DSC05035

C'est une piadasse qui sera remise à l'eau après la séance photo, les longs filaments violets fluos n'engagent pas à aller trifouiller sous la carapace, mais quand la piade prend la pose, c'est royal.

Avec l'heure qui avance les touches sont plus nombreuses, les poissons sont bien présents d'ailleurs Stéphane complète le tableau en prenant une blanquette nettement plus grosse. Rapidement c'est mon tour de trouver le poisson et je doit dire que vu les conditions tout cela paraît complètement incroyable.

DSC05040

Tout à tour nous aurons nos petites séries de touches, à qui prends un petit sar ou un petit pageot. La soirée est ponctuée de puissantes rafales qui sont très dure pour les cannes et les fils, malgré notre habitude certaine pour les mauvaises conditions cela n'empêche pas de rêver à une accalmie de temps en temps...

DSC05043

Il est minuit et notre petit groupe va s'en aller, malgré que nous ne travaillons pas le lendemain nous avons assez pris de vent dans la figure pour ce soir. La petite côte en éboulis est valée en quelques instants, les lourdes affaires sont fourées dans le coffre de la voiture qui préchauffe déjà, un mimi, un coup de klaxon et c'est fini pour ce soir...

DSC05045

DSC05051


Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans Poissons
commenter cet article

commentaires

ANGE 24/03/2013 23:04


he ben dit donc c'est a force de manger du calamar que max  a grandi sur la photo,ouais vent d'est pourri mais de notre coté on est plus a l'abri,mais vous avez fait du "fiche" et ouais je
parle comme les djeuns     biz

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 25/03/2013 08:31



De toute façon dès qu'il y a du vent nous ne sommes plus à l'abris dans les calanques, remarque  à force de se prendre du vent dans la gueule on fini par s'en foutre.


Bises roro.



alainpaddy 24/03/2013 22:32


" Le jour se lève "" , ce titre me fais penser à une chanson < le jour se lève et tout le monde fait l'amour ! > là ce serait  plutôt < va à la pêche ! >  


 


Je crois que votre audace et votre persévérance ont  été récompensées , Bravo !  

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 24/03/2013 23:09



Cher Pad, nous bricolons quelques poissons en ce moment mais pas n'importe quel poissons. Ce qui est important dans le fil des sorties c'est les allées et venues de nos chères daurades et tout le
fil fantasque qu'elles apportent, peut importe la taille. L'année dernières et les années qui lui ont précédées nous n'avions pas pu avoir autant de renseignements sur nos futures sorties. Oui
nous pêchons beaucoup mais rien n'est vraiment laissé au hasard car en réalité tout est analysé pour qu'au final une sortie ressemble plus ou moins à un aboutissement de connaissances. Nos
anciens nous ont beaucoup aidé sur le temps, les vents et les postes, nous continuons à apprendre sur l'autel de leurs enseignements. Mais comme l'as dit coluche, celui qui sait tout, c'est soit
un génie...soit un con et les deux ne vivent pas dans le même monde...



Renaud 24/03/2013 22:31


Très intéressant cet article, notamment ton bilan sur les appats. Je garde ça dans un coin de ma tête. Il est vrai que cette année la logique qui consiste a ce que le poisson quitte le rivage
pour rejointre le large l'hiver est totalement modifié. Ce qui prouve que les températures hivernales ne gênent pas le poisson. Jusqu'a présent seules les grosses mémères étaient assez aguerries
pour affronter les températures ne dépassant pas 13 degrés... Meme des marbrés ont étaient capturés (Maximus et les galinettes). Bref j'en perd mon latin.


La piadasse est en fait un pagure et la chose fixée sur sa carapace est une anémone, ses filament de mémoire ne sont pas urticant. Le pagure est un trés bon appat.


Bise a tous.

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 24/03/2013 22:56



Voilà pourquoi nous t'accueillons avec joie dans nos sorties, en plus d'être fin pêcheur, tu es une sacrée source de connaissances...


Bienvenue dans nos aventures Reno.



  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories