Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 16:01

 Depuis toujours ce qui préoccupe le plus le pêcheur à la ligne c'est le temps qu'il va faire. Du professionnel au plus petit débutant le temps ou les vents est un facteur qui s'impose le plus à la perception d'une journée, il considéré à mi chemin entre le réel et le divin et ceci depuis l'aube de nos jours. La météo est si importante sur nos têtes qu'il est même devenu un métier très prisé pourtant  pas très rentable quitte à prévoir tout et un peu n'importe quoi, d'ailleurs plus ou moins, que l'on soit grand ou petit, homme ou femme, président ou sans domicile fixe la principale préoccupation de l'humain à son réveil , c'est le temps.

Voilà un créneau qui coûte au contribuable la bagatelle de 370 millions d'euros par ans, oui oui vous avez bien lu, la météo n'est pas indirectement gratuite pour la voir à TF1 sur le poste de télévision, sans le savoir les 65,8 millions de français mettent la main à la poche pour payer ce service. Je ne veut pas être méchant avec ceux qui décident de tout mais si je divise les deux chiffres ça donne un peu plus de cinq euros par habitants, mais vu que, tout les résidants qui sont sur le territoire ne contribuent pas à l'impôt le note grimpe furieusement. Je ne saurais trop conseiller à notre cher président de revoir sa copie car en économisant cette somme et en la reversant pour la santé ou les naissances, il ferait quelques chose concret par ce que là, on donne des millions pour un truc qui ne peut pas être fiable et qui ne le sera jamais.

Tout ce cordon de profondes pensées nous conduit directement à la sortie d'aujourd'hui, nous sommes Mardi soir et je part très tard de chez moi. Je vais sournoisement profiter d'une petite vague de Gastro à la maison pour investir à l'arrachée un petit recoin de mes postes marseillais habituels. Je n'ai qu'un seul gros bibi qui me reste de Samedi et deux boites de mourons qui nous à été donnée par Stef, ils sont assez correct et je devrait normalement pouvoir tirer quelques vers bien vivant de ces deux boites. Les premières lignes sont envoyées vers vingt heures sous un petit vent d'Est tout à fait agréable en premier lieux. Je suis assez confiant car normalement il ne devrait pas beaucoup forcir avec la nuit et selon Météo france, ne pas dépasser les vingt cinq dans la nuit.

Voilà j'ai envoyé avec aisance un beau morceau de bibi ligaturé au plus loin devant moi, la tâche est facilitée car en fait de vent d'Est c'est du nord-Est ce qui me permet de l'avoir presque dans le dos, dans ces conditions le fil se déroule facilement et il y a moins de retenue dans le lancé. Vu que j'ai deux sortes d'appâts je vais essayer de faire une grosse calée avec les mourons par ce que comme le dit toujours Orlando:

-"Gros appât.......Gros poisson"!.

Effectivement les gros vers juteux qui ont été envoyés vont rapidement faire des étincelles dans les yeux des poissons qui baladent très loin. Immédiatement piquée je vais remonter une petite blanquette de deux cent qui va avoir beaucoup de chances d'être tombée sur moi. Il ne se passe pas quinze minutes entre les touches quand le mouron lui aussi va trouver encore une cliente dans le même style, retour à l'eau...Vers dix heures le rythme s'accélère une peu avec la venue d'un vent de travers plus soutenu qui commence à remuer le fond. Je voit bien que ça remue sous l'eau car je remonte de temps en temps des débris de végétaux qui doivent rouler sur le sable de ce coin vers le large restent accrochés sur le fil ou l'appât. Ce que je remarque aussi c'est que les poissons ont l'air d'être en confiance car ils ne chipotent pas, je doit jouer de la pince décrocheuse pour débarrasser l'hameçon des mâchoires pavées, heureusement avec ce genre d'outil on arrive à faire peu de dégâts et le poissons peut repartir correctement, semble t'il. Mais soudain c'est la vrai touche, pourtant c'était pas gagné de la voir car les écureuils volent dans tout les sens avec le vent et il faudra que le coco tire de toutes ses forces sur le fil pour que mon témoin de touche veuille bien se lever un peu. Là je suis en ligne avec un poisson enthousiasmant ça me change des six premières blanquettes qui ont été remise à l'eau avant. Celle-ci bataille bien c'est le signe d'une taille acceptable, mais j'ai un peu de mal à cerner les détails car le vent est de travers maintenant et n'en déplaise à notre chère météo il frise les cinquante au lieu des vingt cinq prévu.

Pour être franc, en venant ici ce soir et vu que je suis parti en toute hâte de chez moi, je n'ai pas pris tout le matériel que j'embarde ordinairement, car je n'ai pas de salabre et pas mon appareil photo est remplacé par l'ancien tellement persuadé que je ne prendrait rien. Voilà une leçon de plus pour moi car même dans des conditions qui commence à friser la foutaise je me rend compte que le poisson est assez présent ce soir et si une fois de plus je me retrouve face à une belle pièce il faudra la remonter à l'ancienne au risque de la perdre. Mais celle qui arrive dans le feu de la frontale semble "remontable" en poids, elle fait de son mieux pour se décrocher  et c'est non sans satisfaction que mon ensemble yuki ( jusqu'à la veste) va me permettre de sauver la mise. Elle va monter en poids comme une chaussette malgré sa belle petite taille tout à fait réjouissante.

DSC04964-copie-2.JPG

Ha oui, voilà ce je vient chercher ce soir, un beau poisson pour ravir mes papilles, dans ces poissons il y a des saveurs si extrêmes en finesse que ça me prends les tripes.

Pendant que je suis affairé à prendre en photo un poisson qui bataille entre les doigts avec un appareil bien moins performant qui ne fait exactement la mise au point, je ne fait pas attention à la canne montée au mouron un peu plus loin. De toute façon c'est toujours comme ça que nos soirées se déroulent, tu fixes les écureuils comme un fada pendant une demi heure et c'est quand tu vas pisser que toutes les cannes trouvent un poisson. Bon y'en a mare il va falloir que ça change...Difficile d'aller rapidement vers la canne car les roches ne sont pas exactement faites pour qu'un joyeux luron coure sur leurs têtes lisse un soir de grand vent assassin, en fait la moindre erreur de calcul et c'est le plongeon à plat ventre. Bon, tant bien que mal j'arrive à bout de bras à décrocher la lumière qui balance de droite et de gauche sous la pression du vent, le frein tourne...j'ai la larme à l'oeil...Comme d'habitude je ferre énergiquement mais sans violence, le poisson semble correct à première vue mais je doit quand même assurer mes pieds au sol car les bourrasques de vent sont carrément sauvages par moment, je n'ai envie de passer à l'eau car vu le coin ce serait le dernier article de silver. Finalement le poisson arrive, le vent est épouvantable et je ne peut pas dire ce que c'est ni son poids, je le remonte en force et je ne  peut le voir qu'une fois la barrière rocheuse sous mes yeux passée. Ha oui c'est un pageot de belle taille, bon c'est pas la patate de l'autre jour mais à vu de nez il est aux alentours de cinq cent, c'est pile ce que je cherche.

DSC04968

La suite va être d'un autre monde, la pluie arrive, le vent se renforce encore un peu et le mer se lève. Voilà un contexte qui va beaucoup plaire aux petits poissons car en l'affaire d'une demi heure je prends à la suite deux grisets, trois sars et un beaux yeux, malheureusement dans le lot il y a un sar de deux cent grammes qui n'a pas supporté la remontée vers le rivage et je vais le garder à contre coeur... En fait il faut que je me grouille un peu car je n'avais pas vu l'heure tourner avec toute cette animation sur la fin, il me faut remballer rapidement pour ne pas que tout soit trempé ( deux fois dessuite c'est trop) et surtout pour que les roches du chemin beaucoup plus haut ne se transforme pas en patinoire.

Une fois dans la voiture je peut souffler un peu, j'ai beaucoup forcé le pas pour rejoindre la voiture et j'ai les guiboles qui vont me le faire payer. Un tour de clé, le moteur s'ébroue, je descend la vitre, je me roule une clope, l'aventure de ce soir est finie... 



Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans Poissons
commenter cet article

commentaires

Bruno 23/03/2013 22:59


Bonsoir mon Roro.


Tjs aussi passionnant tes articles,surtout quant tu froles la mort entre les rochets(Ca me rappel des souvenirs tu vois ou je veux dire...)


A bientot mon poulet

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 24/03/2013 17:28



Oui je voit parfaitement, que de souvenirs et que d'aventures...


Bises Bruno.



babder 23/03/2013 16:39


bonjour rolland,


encore un tres beau recit comme d habitude..concernant lecureil qui commence a bouger des qu on a la tete tourné, je pense qu'il faut regarder du coté des theorie quantiques, cette derniere
prevoit en effet que la probabilité d'occurence d un evenement depend du fait qu on lobserve ou pas.. allez jarrete de divaguer...revenons a des choses plus terre a terre, je vien denmenagé au
cabot a marseille, je pense donc changer de coin de peche et commencer a prospecter du coté de la ciotat..ce serai un grand honneur pour moi de partager une partie de peche avec toi..jai
enormement a apprendre et je sait ma faire petit..donc si ca te dit, je suis a ta disposition..

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 24/03/2013 17:28



Vher ami,


tout d'abord nous sommes heureux de vous compter parmis les lecteurs de silverpeche, comme vous le savez nous invitons régulièrement un lecteur à nous rejoindre afin de faire plus ample
connaissance et de tisser des liens qui permet à tous de profiter de bons moments. A ce propos nous allons d 'ici peu déterminer une date d'une petite rencontre entre nous dès que la météo
s'améliore et si vous le souhaitez vous y serez invité. Nous en profiterons pour faire le point sur le postes de pêche et selon la saison cela nous permettra de nous y croiser régulièrement.


En attendant restez en contact, roro, silverpeche.com.


 



zakari 22/03/2013 15:52


bravo roro joli reci et beaux poiscay les beaux jour arive avec c belle dodo jespaire ke an poura faire une belle soiré
avec du poiscay a gogo

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 23/03/2013 08:35



La prochaine fois que tu viens essaye de venir à la bonne saison et regarde


Bises Zakla météo aussi car je n'ai pas pu te montrer depuis un coin valable depuis tout ce temps et on a pas pros un beau poisson ensemble, faut que ça change !!!!



alainpaddy 20/03/2013 17:22


Pas étonnant que tu sois éssouflé ! à peine remis d''une sortie que tu enchaines une autre ! et avec cette météo qui t'oblige à courir !! et la première chose que tu fais arrivé à la bagnole
c'est d'allumer une clope !! lol !! 


Pas si mal cette sortie improvisée à l'arrache !! un peu de poisson quand même ! 

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 20/03/2013 18:22



Ha quand on a un blog qui bombarde il faut se sacrifier un peu pour ses lecteurs...Mais alors côté météo c'est vraiment pas marrant du tout, mais bon, y'a un peu de poisson et vu qu'on vient pour
lui ça compense un peu.


Bises Pad.



  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories