Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 06:54
Comme promis toutes photos sont mis en ligne.


Avec le mauvais temps qui se profile toute la petite troupe de nos connaissances est en ébullition, mais pourquoi ? les soldes ? l'arrivée de Noël ? Les jours RENAULT ? En rassemblant un peu ses esprits et en fouillant dans sa mémoire on arrive à se rappeler de quand date ses dernières belles prises. Il y en a qui ont commençé un peu au printemps, d'autres un peu moins nombreux en été, mais la majorité de nos amis font de très belles pêches en ce moment, le cheminement est complexe mais le résultat est assez simple, c'est une question d'équilibre alimentaire.


La plupart des poissons comme la dorade vont copieusement hiberner ( façon de parler) et ainsi littéralement disparaître du tableaux de pêche de la quasi totalité du pêcheur côtier avec la venue des eaux froides pour laisser la place aux loups. La plupart des poissons ne supportent pas les brusques variations de températures et ont besoin du réconfort adipeux qui forme un couche de graisse autour des hanches et des cuisses ( enfin de la cuisse car au bout  il y a une nageoire ). Dans ce contexte vu avec des yeux de poissons, les rondeurs estomacales sont évidement un signe de bonne santé, la boulimie est un art de vivre, un morceau de crabe coincé entre les dents est un appel amoureux majeur, d'ailleurs seul les plus goinfrés feront aisément le pont entre hiver et printemps.

Et puis il y a ceux qui n'arrivent en grand nombre " que " si l'eau est froide, c'est les calmars...Avec un peu de concentration il est possible d'en prendre un peu toute l'année surtout en Juillet mais il ne faut pas se focaliser dessus car il y a moyen d'en prendre pas mal en fin d'année. Pour mémoire, le nombre de calmars dépasse l'entendement, on estime que les pêcheurs amateurs arrivent à prendre aux alentour de 1 ou 2% des millions qui s'approchent des côtes. Autant dire que vous pouvez y aller sans arrière pensées même en s'y mettant à beaucoup on ne videra pas la mer. C'est juste le manque de finesse qui fait que nous n'en prenons pas énormément chaques soirs, les techniques employées par presque tous les pêcheurs est à la limite du préhistorique (si si regardez bien). Entre deux clopes regardant bien, de l'entrée de port de Cassis jusqu'à la chapelle il y a aux environs de cinquante pêcheurs qui ne prennent que quelques individus du vendredi au samedi soir, vous avez compris que par rapport au volume notre pêche est dérisoire, mais par contre autant de bouchons flottants la nuit venue c'est beau. Souvenez vous que ces calanques vont être fermées non pas à cause de la pêche, mais à cause des pêcheurs qui laissent sale.

Notre ami David sait bien que les dorades vont partir d'ici peu de temps et redouble d'efforts pour en prendre encore quelques unes avant l'extinction totale des lumières. Il semble qu'elles se rassemblent et flânent plus volontiers au bord dans la journée maintenant à cause sûrement de la température de l'eau. Notre ami, chargé comme un transporteur incas, arrive enfin sur son poste favori au Frioul. Malgré les petites pauses nécessaires pour en pas claquer d'une crise cardiaque, il est quasi cuit mais c'est tellement la joie d'être encore une fois ici. Les lourdes affaires sont déposées au sol avec les cannes à pêche, les crabes et tout le reste. Il n'y a pas un seul souffle d'air, la mer ressemble à un gigantesque miroir où glissent lentement quelques bateaux, ce coin ne nous a pas toujours acceuilli de cette façon. Machinalement, comme à chaques fois, il lance un petit coup d'oeil rapide dans l'eau juste pour voir le bord... il tombe nez à nez avec une blanquette de cinq ou six kilos qui se rempli à grand coups de dents de petites moules accrochées contre les roches, suivi par quelques unes relativement plus petites et elles ne l'ont pas vu.
La bouche ouverte, il est pétrifié, tout se passe dans le crane du bonhomme. il échafaude deux plans à la seconde et l'issue est toujours en sa faveur...il empoigne furtivement sa meilleure canne à pêche et son moulinet fétiche, montage express de l'hameçon et sans réfléchir lance  à ses pieds un crabe velu dans l'espoir de prendre le monstre qui flâne sous ses crampons. La transpiration lui sort de partout car si elle décide de lui mâchouiller ce crabe c'est la prise de l'année, il s'attend à une touche qu'il n'est pas bien sur de pouvoir gérer correctement mais, une nouvelle fois concentré jusqu'à la zone rouge et le yeux exorbités, il est prêt à envoyer son 3/0 inox dans les mâchoires de la bête qui s'éclate à trois mètres. Accroupi comme Rahan c'est soudain la petite tirée...puis un coup sec...le souffle va lui manquer si elle tarde de trop...la touche est rude, le scion plie d'un bloc et ses bras ne peuvent contenir une telle envolée vers le bas et c'est le ferrage en règle !!! Le poisson lui gagne quelques distances mais... il est impossible qu'une dorade d'un mètre abandonne si vite la partie...en fait c'est la plus petite qui s'est prise dans son piège improvisé. Quand je dis relatif à la taille c'est quand même une belle blanquette de  700 grammes qui est piquée, mais elle à fait fuir ses congénères et il ne les recroisera plus... Voilà une montée d'adrénaline sympathique, mélé d'une envie immense de revenir en arrière.



la nuit venue les touches de toutes sortes l'assaillent, il y a des blanquettes de partout et tout les appâts vont morfler, les décrochages sont monnaie courante et il n'est pas rare d'être obligé de relâcher certaines d'entre elles car la plupart ne font pas le demi kilo. IL y en a tellement qu'au cours d'un ferrage il en prends une par la queue ! Je ne vous raconte pas le rodéo au bout de la canne à pêche !!! Le problème c'est le stock d'appât qui diminue à vue d'oeil, les crabes ne sont pas très courants dans ce coin et il va falloir alterner crevettes, bibis et crabes pour ne pas trop épuiser son réservoir nomade. Malgré tout les prises deviennent bien plus importantes, les sars jouent troubles fêtes ( c'est un comble ) les dorades n'ont tout simplement pas le temps de se régaler qu'un petit sar est déjà sur l'affaire !


Une grande partie de la nuit va être comme ceci, sauter de roches en roches pour prendre en main la canne qui se plie le plus, la sélection se fait en fonction de la touche, on remonte celle qui ne peut plus attendre voilà ...Dans ces conditions l'arrivée du jour fait baisser la pression sous marine, David peut enfin faire quelques pauses bien méritées, il est six heures c'est ici que l'on range tout.

 



Du haut de cette colline la fraîcheur du matin mélé au léger mistral qui s'éveille, les pieds dans les herbes gorgées de rosée, les mollets dans les tiges d'ail sauvage, il contemple toute la baie de Marseille habitée par les mouettes qui s'agitent à peine. Les petits nuages orangés quelque peu éparpillés sont jetés comme des dés dans le ciel en attente de se mouvoir. Ses yeux cherchent encore entre les minces vagues une belle chasse, la machine à revenir encore ici lui rappelle que la nuit est finie et tout ça n'est plus qu'un souvenir. Heureusement les quelques photos prises immortaliseront à tout jamais la vie de ces poissons, rappelant qu'un jour nous aussi ici, nous avions été de jeunes gens prêt à tout pour assouvir une passion, que le temps nous enlève comme une image d'un immense puzzle ou une pièce disparaît chaque jour...





Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par Roland & David - dans Poissons
commenter cet article

commentaires

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories