Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 07:12

 Cette année est peut être la meilleure année à Calmars depuis très longtemps, certains signes météorologiques ne trompent pas, les mordus de cette pêche ont déjà trouvé le fil conducteur pour prendre déjà quelques beaux spécimens.

Comme le beau temps qui s'invite au printemps, le froid arrive peu à peu chez nous en septembre, les températures chutent en dent de scie jusqu'à l'arrivée progressive de l'automne qui sera comme chaque années le point d'orgue de la saison. Ce que nous ne savons pas c'est à quel moment tout s'imbrique pour qu'enfin les plus gros spécimens de l'année soient pris sur nos lignes devenues frigides. Seuls ceux qui auront passé de longues heures près de l'eau pourrons profiter au maximum de cette arrivée aussi soudaine qu'insolite des poissons qui se nourrissent. Seulement voilà, nos aspirations ne correspondent pas toujours avec celle des poissons que nous cherchons, franchement, je préfère pêcher par très beau temps quand il fait assez chaud, tout près de la voiture avec quelques copains. J'aime bien aussi que les poisson se ruent comme des malades sur les vers et que cela dure toute la nuit sans de lâche jusqu'au matin, seulement voilà... En gros ceux qui cherchent exclusivement ce genre de conditions pour foncer vers le rivage sont régulièrement déçu car à vrai dire ce n'est pas à ces moments que les poissons intéressant sortent de leur tanière. Je dirait même que c'est quand le temps est le plus pourri ( dans la limite du raisonnable quand même) que le poisson est le plus actif et peut offrir toute la dimension que nous attendons dans nos sorties. D'ailleurs c'est bien connu, ceux qui pêchent régulièrement savent que les gros sars mordent avec frénésie quand il y a beaucoup d'écume, les loups sont en folie dès que la mer s'agite, la daurade même fouille le sable quand le fond est remué et la raison est toute simple.

Pour cette sortie du Vendredi c'est plus compliqué pour moi, je sait d'avance que ma pêche ne va pas commencer de bonne heure. Je fini de travailler très tard et je prends enfin la route des calanques aux alentours des neuf heures du soir, heureusement, mon ami Bruno a pu se charger des appâts venus tout droits de chez Orlando et il m'attends de pied ferme sur le poste depuis quelques heures déjà. Sur la route je peut m'apercevoir que ce Vendredi soir il va falloir être vigilant car il y a des comportements vraiment étranges et traverser Marseille dans ces conditions instables ne me font pas regretter mes sentiers abrupts.

DSC6597

Nos cannes à pêche sont toutes déployées amoureusement en ligne et je peut enfin fumer et m'asseoir en attendant que la première touche veuille bien arriver, le temps est tout simplement parfait pour clôturer magnifiquement une semaine très difficile riche ne rebondissements de tout poil. Il n'y a pas un seul souffle d'air qui pourrai agiter la mer et faire fuir les milliards de moustiques mais comme nous l'avons dit plus haut, en principe les poissons sont plutôt sages quand tout est calme...

C'est calme, c'est calme...Il y a une sacré agitation dans les eaux sous nos pieds dis donc, je balance l'éclairage et je peut voir qu'il y a des milliers de poissons fourrage qui vadrouillent sans quitter le coin et qui s'agitent un peu dans tous les sens. A priori c'est parce qu'un prédateur attiré par ce remue ménage tourne dans le coin, mais j'aimerais bien savoir qui est "le" prédateur au juste. Ha tient c'est la première touche sur la canne au plus loin (comme c'est bizarre) et vu le pliage du carbone tout à fait sympathique de ma ligne j'en conclu que je ne vais être bredouille ce soir. Pendant que compose déjà le menu de demain dans ma tête, le scion se plie d'un coup ce qui m'indique qu'en principe le coco est frit et qu'il va dès dimanche être à la "une" de cet article. A la remontée je comprends que nous ne mangerons pas à plusieurs dessus, malgré que ses rushs sont extrêmement sympa ils ne sont pas à la hauteur d'un poisson du kilo et d'ailleurs à la surface c'est une petite merveille de cinq cent bien portionnée qui cherche à regagner le fond.

Pendant que je me débrouille pour sortir l'hameçon planté sur le côté droit de ma belle, bruno est en ligne avec un poisson, bizarrement il n' a pas vu la touche, il ne tire pas des masses mais accuse un poids conséquent sur le fil, je laisse quelques instants ma portion dans le chiffon pour aller voir un peu ce qu'il se passe avec mon ami.

-"Té vé ! un pageot et en plus pas vilain le morceau"

Du coin de l'oeil je peut voir que tout ce bordel dans l'eau est causé par des calmars qui ont regroupé des poissons devant nous et les attaquent en petits groupes.

DSC6612

Ha oui si les choses commencent comme ceci nous allons sûrement passer une très très bonne soirée par ce qu'au fond je ne suis pas sûr que nous auront la chance de tomber plusieurs fois sur ce genre de beaux spécimens. Pfff, il y a un courant pas croyable ce soir, la ligne du fond qui est plus exposée à presque croisé la deuxième ligne je dois la remonter pour la placer encore plus à droite. Ha tient mais il y a un beau poisson dessus ? Ha, bon...Je n'ai pas vu la touche, non plus.

DSC6616

Les poissons sont calibrés à cinq cent ce soir, il y a eu un passage de pageots et de blanquettes jusqu'à deux heures quand soudain le vent léger tourne au mistral. Ce sera la fin des réjouissances car tout les autres poissons seront des indésirables, par contre, chose curieuse, ce coin est un vrai nid à bogues ravelles et il faut dire que nous n'en avons pas pris une seule même à la cordelle depuis assez longtemps. Non pas que je m'en plaigne mais il se passe des choses curieuses sous les eaux en ce moment. Par contre il y a des filets posés à moins de dix mètres du bord tout autour du plateau des chèvres, des bateaux de pêche qui passent toute les dix minutes en rasant le bord et un énorme chalutier qui est passé lentement devant les iles pour s'enfuir au loin.

Vers trois heures je suis complètement hors de la pêche, mes yeux se ferment seuls et je dois dormir un peu. La brise marine calme mes sens, je sombre lentement...

- " Roro !!! La touche !!! lance Bruno tout surpris de la violence du dévidage du frein.

Je titube comme un fada jusqu'à ma canne tout en frottant les yeux, le poisson est au bout car le scion frétille dans tous les sens jusqu'à ce que le frein reparte. Là je ferre et le poisson est au bout, je ne le sent pas trop mais bon avec les daurades... A la surface et après avoir attendu le rush d'une demoiselle imposante je me voit arriver un sar de deux cent grammes comme une fleur pris par le ventre...Vu la touche n'importe qui aurait parié pour un coco de deux kilos et bé non c'est une merde d'indésirable qui a failli me casse la canne en deux. Dans ces conditions nous plierons boutique car nous n'avons pas eu de touches depuis un bon moment et de toute façon nous sommes trop fatigué pour rester.

Nous sommes Samedi matin, le jour pointe largement, une horde de chasseurs sous marins vont passer à l'eau car ils terminent d'enfiler les combinaisons les pieds dans les restes de poubelles de la veille et certains se préparent déjà à charger les fusils. Une voiture déverse un peu plus haut un groupe de pêcheurs bruyants qui viennet faire la soupe de bonne heure pack de bierre et glacière à la main. Encore un peu plus haut la vitre d'une voiture garée sur la parking s'entre-ouvre, le conducteur jette dans la fente une capote usagée qui se vide par terre. Je lève les yeux vers le ciel pour ne voir que les roches blanchies de mes calanques qui dominent plus haut, tout ce qui vit la dessous est moche est sans respect et encore ce Samedi elles vont être le bal de bien des blessures.

DSC6618

Le prochain article va être en partie consacré à Zak qui est allé pêché à Marseillant plage et a vécu une sorte de vrai scandale de la part d'un patron pêcheur. L'article va se nommer:

" la pêche à l'explosif".

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans Poissons
commenter cet article

commentaires

zakari 11/09/2012 12:40


oui malgré tou sa ma rasuré de prandre du poiscay au debu sa ma cassé le moral de voire sa


 

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 12/09/2012 16:17



C'est sûr, allé courage mon ami....



zakari 10/09/2012 15:14


et oui mon roro je vien de rentré et jeé directe lu les 2sortie que ta fé bravo bo poiscay moi jé reussi malgré tout a
sortire un mostre et cassé la dorade de ma vie au bord je tanvoi tous sa sur ta boite mail biz

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 11/09/2012 11:55



J'ai vu les photos, bravo Zak c'est des monstres !!!!


Bizzzz



  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories