Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 00:07

logo

logo

Le calmar est une espèce à part dans le milieu marin, il y a peu de catégories qui peuvent se venter d'avoir un corps, une tête, des bras tout en ayant la possibilité de se mouvoir rapidement. Ces caractéristiques physiques offrent la possibilité au calmar de pouvoir voyager loin et de pouvoir en quelque sorte coloniser les mers immenses de la planète. Ils arrivent chez nous dans le Sud dès les premiers jours de Septembre, il semble qu'au fil des années les petits sujets arrivent à s'accommodent des eaux moins froides du rivage, la survie est une obligation et l'instinct est très fort...

Ce Vendredi nous partons à la dernière minute pour la pêche aux alentours  de dix neuf heures, il n'y a pas un gramme de vent, il a fait très chaud dans la journée ce qui normalement n'est pas très propice aux calmars, mais bon nous verrons bien. A ce stade nous partons pour prendre l'air et toute idée de prises massives ne nous a même pas effleurés car ce soir il faut bien le dire nous serions surpris d'en prendre même juste un.

Sur place il fait encore un peu jour, j'ai avec moi de bien belles sardines toutes fraîches achetées au centre commercial il y a quelques heures, des crevettes crues pour traquer la bogue et le tour semble joué. La petite subtilité c'est le broumé que j'ai dans un Tup, composé de tête de sardines, du fromage en poudre, de la semoule et arrosé d'un peu d'eau. Avec ce subterfuge il est possible d'attirer de nombreuses espèces d'ailleurs, nos cousins qui pêchent en rivière ne s'aventurent pas au bord de l'eau sans ces précieux attractants. Avec un peu d'habitude il est possible de créer sous la mer une véritable compétition qui est profitable pour le pêcheur, je vais m'y employer même pour les calmars...

DSC03448

Le bouchon qui viens d'être envoyé remonte courant c'est tout sauf normal pourtant il n' a ni coulé, ni ne s'est mis à plat sur l'eau malgré tout un des cocos est pendu sur la sardine. Dans la lumière de la frontale je peut voir le premier calmar de ce soir pris par une tentacule sur un hameçon en inox. Un peu plus tard j'installe une canne au toc, une autre plombée pour faire un stock de bogue et d'oblades fraîches car il faut commencer à préparer la saison,  je n'ai pas envie des masses de me retrouver comme l'année dernière avec une pénurie ou grève des sardiniers...


logo DSC03445

Le deuxième bouchon va m'apporter sur un plateau le second bébé, pour lui c'est pas difficile il a tout emporté, la bogue, le fil, le bouchon et là du coup la touche est évidente pour une fois car la lumière du starlight s'enfonce dans les eaux noires créant un halo de lumière qui s'éteint avec la profondeur. Chouette, moi qui ne pensait pas en prendre un du coup j'en ai deux et je pense que ça va pas être le dernier. Le dernier non mais dis donc, j'ai trouvé l'astuce pour les dénicher et c'est pas du tout cuit cette affaire !!! Il faut se préparer une canne armée avec une bogue qui pendouille un mètre au dessous de la surface, se mettre au toc avec une belle bouchée de sardine et pêcher presque à ses pieds. Pardi le broumé a remué les esprits de nos petits mangeurs masqués et maintenant c'est la confusion sous l'eau. Tu restes canne tendue et dès qu'une lourdeur se produit sur le scion il faut remonter très lentement jusqu'à ta bogue à la surface, tu fais disparaître la sardine et presque immédiatement le calmar saute sur ta bogue. Avec ce piège j'ai pu en prendre deux autres, d'ailleurs je pense qu'il faut chasser un peu comme cela car même si apparemment rien ne bouge cela ne veut pas dire que la mer est vide, on change de technique, on bidouille un truc et parfois ça donne une nouvelle dimension à la pêche. Au ferrage je remonte un calmar "Pin's" que je vais garder pour ma prochaine pêche.

DSC03452

ans la course à la sardine je n'avais pas entendu le frein du moulinet qui se dévide par saccades, mais ma canne qui est éclairée ploie soudain comme le ferait un rappeur avec un bras ou un mec bourré qui essaye de taper son code de carte bleu avec l'index sur un distributeur et qui s'énerve. Bon là il faut que je me grouille un peu car qui dit sar dit un trou dans lequel il va aller se fourrer dans trois secondes...

DSC03457

Dans la foulée les sars se déchaînent, ils tapent sur les appâts avec rage et j'ai passé une quinzaine de crevettes crues en une demi heure, voilà le seul que j'ai gardé, tout les autres nagent encore...

DSC03453

Par moments il y a de belles ombres qui passent furtivement dans l'eau, c'est un peu trop gros pour des calmars, je ne voit pas bien ce que ça peut être et puis...Le poisson vient prendre un déchet à la surface dans la lumière de la frontale, ciel un barracuda ! D'ici ça ressemble à un bordel sans nom sous l'eau, dès que la lumière fond sur l'eau il y a des boules de lumières qui virevoltent de partout, pour sûr, c'est pas une soirée disco pour tous les monde et au hasard un beau saurel s'est lourdement piqué car il s'est jetté avec rage sur la crevette au toc.

DSC03374

DSC03447

IL est quatre heures et tout redevient calme, la mer à complètement repris son âme au diable, quelques clapotis léger nous signalent que les résidus de mon broumé ont trouvé encore preneur par ici ou par là. Les pierres millénaires sont encore chaudes de la journée, je m'adosse contre unes d'elles pour discuter un peu avec Gégé qui pique un peu du nez. Je passe machinalement les mains sur mon visage comme pour me réveiller un peu mais rien n'y fait vraiment, les paupières sont lourdes et nous savons bien que le retour va être épique mais nous sommes si bien à observer le monde de loin. Mais comme toujours nos aventures comme toutes celle du monde trouvent ici un point de rupture, il faut rentrer...Je rempli un bac d'eau de mer, je plie tout soigneusement pour la prochaine pêche au calmar fin Octobre, de rembobine soigneusement mon histoire en me lavant les mains, tout est propre ? Allé mon Gégé c'est parti...

Ci dessous un FUJI série "or", non je rigole je lui ai mi un coup de bombe pour me souvenir que c'est celui-ci qui prends l'eau.

DSC03446


logo

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans calmar
commenter cet article

commentaires

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories