Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 20:26

 

DSC04475Max et moi nous ne sommes pas vraiment repus de la dernière sortie, nous sommes rentrés vendredi soir quand le froid et le neige battait le plein mais en somme, tout semble bien léger face à nos envies d'aventures incandescentes. Globalement c'est au moment où tout devient rigolo que la sécurité nous impose de jouer raisonnable car on a des femmes et des enfants, voilà une chose que je n'aurais pas pensé faire il y a vingt ans et c'est pas alainpaddy notre célèbre chti (limitrophe) qui nous dira le contraire. Pour cette sortie le froid n'est pas aussi intense que nous l'attendons et cette fois-ci pas de neige à nous mettre sous la dent et c'est bien dommage. Je vous laisse imaginer la marge de sécurité que nous prenons quand les saisons sont intermédiaires et que rien ne peut gâcher une sortie. En fait notre grand plaisir c'est les conditions extrêmes qui mettent en action une partie de nos possibilités en marche sans jeux de mots...

Nous avons choisi cette fois un poste très très très reculé dans les calanques de Sormiou, ici le problème c'est qu'il n'existe pas beaucoup de postes à investir, si il y a un pêcheur dessus c'est une longue remontée qui continue par une longue marche, pour finir éprouvés en équilibre au dessus de la mer. Quand on va dans ce genre d'embrouilles il faut " impérativement" une corde solide qui nous assure en premier lieux la descente sur le poste et un fil de survie si un de nous tombait à l'eau. Il n'y a aucun autre moyen de remonter à plusieurs centaines de mètres ce qui représente une mort certaine dans de l'eau froide, vous imaginez sans peine que les quelques flocons qui sont tombés ces derniers jours ne nous ont pas beaucoup effrayé au vu de ce que nous faisons cette fois. Il faut parfois beaucoup de sang froid pour venir ici à l'image de Marco qui m'a traîné cet été sur un poste où d'entrée de jeu  il faut sauter une faille de plus d'un mètre de large avec un vide sous les pieds vertigineux. Sans sac à dos passe encore mais avec un barda de plus de trente kilos sur le dos, les cannes à pêche, les bacs, ça change considérablement la donne et en fait tu n'atterris pas beaucoup plus loin que le nécessaire. Sur ce poste c'est presque pas mieux, il y a une descente dans les éboulis qui doit être impérativement contrôlée car si d'un coup tu te met à faire du ski dans la rocaille c'est un vol plané de plus de soixante dix mètres pour se fracasser dans l'eau en contrebas. Au matin c'est la même embrouille mais en montant, si tu cherches à éliminer tes cigarettes et te refaire une santé pulmonaire c'est le genre qu'il te faut parce que là tu élimines tout même les recoins oubliés...Quand tu pisses après la marche c'est du concentré foncé signe que le corps à  puisé du lourd. D'ailleurs je n'ai pas trouvé de gars assez téméraires pour ce genre d'exercices mis à part Marco et Max car en plus il faut savoir pêcher...

Le problème de ces coins c'est qu'en plus on a pas l'assurance de faire bonne pêche, les éléments sont trop versatiles pour assurer un résultat honorable, on a jamais fait bredouille, mais quelques fois ça pas été tout à fait ça. Il est sûr que si il y a un grosse mustelle ou un gros corb, pagre, denti, c'est plus évident qu'il se trouve ici à cause des quarantes mètres qui nous séparent du fond, mais des fois c'est pas vraiment le pied. Par contre les oblades qui vadrouillent ici sont tout simplement énormes, par passages c'est presque plus pêchâble, on ne sait plus où envoyer pour ne pas en prendre car on sait que dessous c'est les gros sars qui vivent et nous, on vient pour eux !

on arrive sur le poste dans des conditions extrêmes, le froid est si intense qu'il est difficile de sortir les mains des poches, de plus le fort mistral qui a investi pour cette soirée les couloirs de chemins rocailleux nous impose de rester prudents. On souffle en fermant les yeux l'épaisse buée qui sort des bouches pour faire des choses simples qui ne nécessitent pas en temps ordinaire une attention particulière, mais là tout se calcule avant de sortir les mains des gants. N'empêche que nous pouffons de rire en pensant à nos Galinettes chéries qui vont nous envoyer une rasade chaude, voire bouillante, de commentaires sur notre nouvelle aventure qui je l'espère ne va pas les priver de nous faire réagir. Bon on le sait, avec ce froid qui frise les - 8° en plein vent nos deux lascars sont bien au chaud chez eux, du moins je l'espère, car ces deux pêcheurs sont deux copains fragiles qui ne supportent pas de s'éloigner de la voiture bien longtemps...

Pour nous le temps est en descente libre qui fait baisser nos possibilités physiques qui fait baisser notre rendement rapidement. Le froid s'intensifie et le vent redouble de vigueur, il n'est presque plus possible de voir une touche tellement le vent balaye le coin. Les bouchons que nous avons péniblement envoyé dans l'espoir de prendre un calmar sont eux aussi formidablement mal menés par des bourrasques puissantes qui couchent les arbres, vous pensez nos bouchons... Bon moi je ne suis pas sûr de pouvoir placer une canne à sardine convenablement sans plomber lourdement, alors malgré ce coin qui est un amas de blocs je tente le coup.

Max à une belle touche qui malgré les bourrasques est bien visible. Le frein  se dévide une fois avant de remonter sous ses clameurs libératrices:

-"La touche , j'ai la touche !!!"

Crie t'il gorge déployée tout électrisé par l'inévidence du fait.

DSC04462

Mon copain est venu faire le stock de poissons susceptibles d'intéresser les calmars, sars, bogues, oblades peut importe, il prendra tout ce qui lui permettra de pêcher ses calmars chéris pourvu que le poissons puisse rentrer sur une teutonnière. Bon là c'est un petit sar et un saran ? Ha....les sarans mordent même la nuit ? Bon, on aura tout vu je crois....

DSC04463

Ho putain de merd.....le froid nous cuit les mains d'une façon pas racontable, pourtant nous n'en sommes pas à nos premières armes et Max et  un garçon qui ne recule devant rien, surtout pas devant une belle aventure si dure soit t'elle, mais là...C'est du lourd, du monumental à tous les étages.

-" Bon allé on se motive on marche on parle et on à envie de prendre du poisson...."

Je n'ai pas fini ma phrase quand la canne devant moi se plie d'un coup et fait signe de passer à l'eau sous la pression d'une touche. D'un bon ( comme d'hab') Max saute sur le salabre qu'il a positionné lui même stratégiquement pour mieux salabrer et est déjà prêt à prendre le poisson qui me fait une misère pas possible. La tâche claire qui remonte à la surface en zigzag nous fait lâcher des gloussements de joie pourtant le combat n'est pas ainsi gagné car, sournoisement, j'ai mis un petit montage crevette sur une petite empile fine dans l'espoir de prendre un stock de bogues...je serre les fesses car vu le coco c'est pas gagné, 20 centièmes en corps de ligne, 16 en bas de ligne et hameçon de 10 fin de fer....inutile de vous dire que c'est pas dans la poche et que la présence de Max avec le gros salabre ne pas être du superflu. Pour autant c'est bien passé, une accroche ou deux dans les rocailles sous marines sans incidence et le tour est joué !!!!Je remercie Max pour sa célérité à l'action dans la pêche car sans lui ce sar de 880 grammes pesé une fois mort n'aurait pas pu être mis au sec...

DSC04468

Honnêtement il nous faut de l'action pour refaire surface, le froid s'en prends à à peu près tout ainsi les sardines fraîches deviennent congelées pour la première fois et les crevettes se recongèlent. Du thé brûlant, voilà ce qu'il nous faut. Le litre et demi dans le thermos va y passer suivi de très près par trois sandwichs saucisson / Pâté qui devrait apporter un peu de carburant à la chaudière.

DSC04492

-" Max ton bouchon à coulé !"

-"Tu crois Roro ?"

-" Ho allé dépêche toi !"

Le temps de le dire le bouchon  a totalement disparu sous les eaux glacées, il ne remonte pas, Max saute de roches en roche tel un oiseau sans ailes en direction de sa canne, les quelques minutes qui vont suivre va nous couper un peu du froid. Il va remonter le seul calmar de la soirée debout en plein vent chose qu'il n'aurait pas imaginé il y a quelques instants.

DSC04479

DSC04484DSC04470

Il est minuit le temps se gâte encore, avec les minutes qui passent nous avons la sensation qu'il fait encore plus froid que tout à l'heure, maintenant se pose une question vraiment super pas marrante. Comment allons nous plier les affaires ? Il va falloir enlever les gants...et ça c'est un coup vache car nous avons pour habitude de tout ranger et de ne rien laissé monté, surtout pas les lignes et la petite histoire va durer quasi une heure. Ensuite nous partirons sans trop de regrets car nous sommes vraiment dans les limites du supportable, pourtant ces coins sont de toute beauté et sont riches en poissons de toutes les tailles presque toute l'année. Mais ce Mardi soir là nous menions une autre sorte de combat...un combat contre le froid et le vent et ça, ça fait pas partie du plaisir...

DSC04476

DSC04471

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans Poissons
commenter cet article

commentaires

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories