Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 10:25

LogoSilverNew
 

Je suis à la bourre, il est 20 heures ce Lundi soir et je décolle à peine d'AUBAGNE, par chance il n'y a pas de circulation, la jauge de gasoil est haut plus bas, tout commence à peu près bien...Ma destination va se porter sur Marseilleveyre car il y a un hic de taille...

DSC02668-copie-1

Avec moi j'ai des crevettes et sardines sorties tout droit du congélo. ouai, je n'ai pas un euro en poche car nous sommes ( pour mon compte bancaire du moins) déjà à la fin du mois. Nous faisons beaucoup de sorties et cela se ressent sur les économies qui nous sont allouées par nos épouses tous les mois, un peu comme un argent de poche (t'as qu'a voir où nous en sommes réduits) qui flambe avant le quinze, après c'est la débrouille pour pêcher sans se ruiner.

Dans ce genre d'exercice il vaut mieux que les conditions soient clémentes car sinon tout se transforme en longue séance d'attente, un peu comme quand tu vas à la CAF et qu'il faut attendre trois heures avant de voir un truc bouger.

Bon allé, je suis en poste sur une roche que je n'ai jamais exploité et je tire des plans sur la comète pour essayer de comprendre le vent, les courants et où je dois au mieux me positionner. J'ai le vent derrière, le fort courant qui vient de droite et une sorte d'odeur d'égout me flatte les narines...En fait le courant tourne et rabat les égouts de Cortiou sur callelongue, il y a des sachets plastique qui flottent, des scandales, un cubi de vin et des débris vraiment dégueulasses, je suis aux anges...Dans ce genre de conditions je me demande ce que je fout ici car à l'escale Borelli il y a les mêmes déchets qui flottent à la surface mais l'avantage c'est que c'est beaucoup moins loin de la voiture. J'en profite pour mettre trois cannes à la sardine vu qu'il fait jour ce qui va empêcher de prendre un congre, je déploie ma canne au toc et je commence à mitrailler le coin avec un beau gros tandem crevette bien juteux. Ordinairement il y a beaucoup de touches au toc en fouillant entre les roches coupantes, il n'est pas forcement nécessaire de vadrouiller loin pour commencer à prendre du poisson et en général ce sont des sars dont la taille augmente avec la nuit. Là c'est compliqué car il n'y a rien dans l'eau pourtant il y a de l'écume, peu de vent, un cocktail infaillible normalement mais pour une raison encore inconnue à cette heure je ne trouve pas preneur, mais un peu plus loin je vais découvrir la raison de l'absence des poissons.

DSC02670

Revenons, j'ai deux cannes calées à la demi sardine et une autre à la crevette entière, une autre au crabe et je bromège avec les têtes et les tripes qui reste de mes calages. Il est dix heures et demi le vent viens de tomber littéralement , les vagues ne se calment pas pour autant mais que cela ne tienne à 20 mètres de fond cela se ressent moins. Avec le bruit des vagues qui s'écrasent bruyamment sur les roches juste derrière, l'éloignement des cannes, on n'est pas toujours au départ d'une touche et c'est d'ailleurs ce qui va arriver. Je me roule une clope super tranquille je m'assoie à côté de la dernière en haut et je regarde mon moulinet dans l'éclairage de la frontale car d'ici je peut dominer la situation...Le fil de mon moulinet et blanc ordinairement mais là il est noir. En fait le fil noir est celui que j'utilise pour faire "l'épaisseur", le blanc c'est le fil que j'ai mis par dessus...Soit, j'ai fait une lancé de 200 mètres, soit un poisson a pris du fil sur une longue distance alors je remonte rapidement. Ma sardine est broyée, je la remplace par une toute neuve et la pose à environ une trentaine de mètres dans le sable. Je fait tour de mes cannes pour examiner les appâts car la sardine est fragile et si les petits indésirables sont en poste elle ne tiendra pas bien longtemps. Bon, ça va être compliqué car il n'y a plus d'appâts sur les hameçons, je n'ai vu aucune touche même le crabe a disparu, il est minuit docteur et j'espère prendre au moins un poisson.

Minuit et demi tout change, une touche par ici une par là, un beau départ sur la crevette, le poisson est pris car il fait des tirette sans relâche, à la remontée il  bataille ferme, hhhaaaaaaa enfin un poisson !!!! La clochette qui me sert d'écureuil tape contre la canne qui est derrière moi, le frein par violemment une fois, puis encore, encore Pffffffff !! Ou tu n'as pas de touches ou c'est tout en même temps, tant pis je laisse car un vaut mieux que deux tu l'auras. Je remonte fébrilement un joli pageot dans les quatre cent grammes qui a profondément avalé, remarque grillé même de cette taille c'est vraiment un poisson très goûteux, Hummmm arrosé de jus de citron avec une pincée de sel accompagné de deux gambas sur une feuille de salade, une pomme de terre et d'un vin d'Alsace bien frais...

DSC02683

Bon où en est la canne derrière moi,........,  il n'y a plus rien dessus, le pire c'est qu'un gros départ comme ça c'est tout sauf un congre, peut être un beau denti ou un pagre, dommage.

Dans l'éclairage de la frontale qui croise rapidement dans l'eau j'ai vu comme un tron d'arbre qui est juste sous la surface. Je remet immédiatement la lumière dans un geste reflex et plus rien...Bon Roro, là c'est grave je commence à avoir des alus, mais par acquis de conscience je met la puissante lumière rouge braquée sur l'eau car on voit bien les ombres comme ceci et en quelques minutes je vois passer une troupe de barracudas qui patrouillent près du bord. Je pense que le broumé que j'ai fait y est pour beaucoup, je monte une canne vite fait avec un 7/0 et une sardine entière sans plombs ni trompettes....elle restera jusqu'à mon départ suspendue entre deux eaux sans trouver preneur, va comprendre Charles. Par contre les saurels, qui abondent ici, ont un comportement étrange. J'ai essayé au toc avec un tandem crevette, puis tandem avec des morceaux de sardine, ont presque à chaque fois trouvé une bouche affamée. Une sardine entière il ne la touche pas bizarre... J'ai même essayé de mettre un saurel au vif, mais j'ai du rapidement abandonner à cause des rushs qui fait il te dévider la bobine et te fait croire au miracle pour finir les fils croisés dans tous les sens.

DSC02676Quatre heure je n'ai plus la foi pour rester, manifestement la sardine, les crevettes font des émules mais un coup sur deux c'est un bébé congre que l'on trouve. Encore une fois j'avais espéré un loup ou un autre gros prédateur, ça a failli marcher mais bon la chance n'est pas de mon côté ce soir. Du coup en partant un question s'impose, mais où sont les poissons ?

 


Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans Poissons
commenter cet article

commentaires

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories