Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 16:40


Moi je suis à la maison, j'ai cassé deux anneaux de cannes la dernière fois et pour aller pêcher correctement il me faut bricoler. Pendant que Marco arrive sur son poste pour la nuit je Fouille dans mes stocks pour trouver l'anneau de rêve ou le scion adéquat qu'il faut raccourcir ou parfois même le porte moulinet qui a abdiqué. En faisant deux ou trois sorties par semaine toute l'année à la roche le matos souffre beaucoup et au vu de toutes les espèces prises dans des lieux pas croyables nous offrons des tests impossibles à réaliser en bord de plage pour un journaliste lambda. On met dans un trou, on pose, ça glisse avec le vent, des conditions parfois irréelles qui met tout à l'épreuve, d'ailleurs même les moulinets y passent aussi et si on vous dis que tel ou tel modèle tiens le choc c'est pas de la rigolade, c'est qu'il est vraiment costaud ! Les fils c'est encore pire, parfois même on exagère tout, remonter une daurade sans salabre de plusieurs mètres alors que nous sommes en 22 ou 24 centièmes qui prouve sans retour sa solidité. Peut importe si ça casse, le poisson doit avoir sa chance et  il ne faut pas perdre de vue que l'individu qui est en ligne est vivant, il ne doit pas être sacrifié pour une photo d'un mec qui sera de toute façon vite oubliée...Non notre vrai plaisir c'est quand nous avons pu sortir un poisson à l'arrachée entre les roches, que l'issue est pire qu'incertaine et que jusqu'au bout on ne connaisse pas la fin, dans la limite des résistances des scions bien sûr. Le gros pagre pris la semaine dernière à plus de trois mètres de hauteur n'avait aucune chance d'atterrir dans ma musette sans salabre, mais une blanquette d'un kilo oui, alors on fait jouer le destin 50/50, ou c'est elle ou c'est moi et quand on a réussi son coup ben là , c'est de l'or...

Pour l'heure je suis arque bouté dans ma cuisine les gouttes de sueur qui tombent sur la table avec autour de moi une partie du nécessaire pour bricoler, mes bambins me tournent autour comme des indiens qui attendent que fort Alamo abdique examinant au plus près mes manipulations. Bon ils sont relativement habitués à me voir pinailler pour trouver l'astuce, tantôt c'est mon grand garçon qui me mitraille de questions...enfantines, tantôt c'est les deux autres qui se chamaillent pour m'aider à tenir la pince.

Je me prends à rêver d'un fabriquant qui aurait prévu ce genre d'intervention, où un anneau brisé pourrait être remplacé facilement, un scion interchangeable, je sais, je sais ça existe, mais dans le monde des infortunés comme moi c'est du rêve, donc, je bricole. Par chance, il me reste quelques anneaux récupérés d'un autre canne qui vont aller armer(pour la dernière fois) mon matos actuel avec de la colle en résine et un semblant de ligature, espérons que cela tienne encore jusqu' à Noël prochain, je tremble...

Mon ami arrive de bonne heure, le soleil de plomb écrase cette mer qui se calme complètement, signe que la nuit va encore peut être lui donner son lot de plaisir.Les cannes sont déployée dans les règles, rien n'est oublié un plomb, une perle, un rolling, un long bas de ligne, un deux zéro et basta

La nuit tombe lentement, il n'y a plus de lumière ici comme si la vie avait pris fin, pourtant la vie...elle est partout autour. Dans l'eau, entre les failles, dans les airs et même ces putains de moustiques qui te pompent la moindre parcelle de peau qui est à l'air libre visage compris. il est onze heures docteur et c'est la première vrai touche au bibi. L'écureuil s'envole mais patience elle n'est pas piquée, je dis piquée par ce que c'est une daurade c'est sûr car quoi d'autre. En quelques instants "la" deviens "les" touches qui annoncent un retour en fanfare de nos demoiselles en sur-poids. Mince la première prise est à la hauteur mais elle a sur le crâne une bien étrange cicatrice, une flèche de fusil harpon l'a amputée d'une partie de sa couronne, elle s'en est sorti une fois, mais là c'est la fin pour elle...

3-1

Inutile de vous dire que la faim règne sous les eaux, le bibi a disparu dans la bouche à un point tel qu'on va pas chercher on coupe le fil.

Ha, les marbrés sont de retour, il n'y en a pas des masses mais alors c'est des colosses qui, eux aussi, sont prêts à tout pour manger quelques cordelles. Ces petits dépassent souvent les sept cent grammes, c'est la première année où nous pouvons en prendre autant de ce poids.

6-1

Les daurades vont défiler en rang d'oignon jusqu'aux alentours deux deux heures et demi du matin, heure où mon ami sort ses crabes pensant qu'au raz des roches traînent de beaux sars agressifs. Inutile de faire dans la dentelle, pas de plomb, pas d'éclairage il faut simuler une proie qui tombe de la roche et à ce petit jeu les sars sont de vrais bagarreurs...

5-1

Ho, put...vite la photo à l'arrachée un de ses écureuils grimpe les étages à toute allure, il ne faut pas traîner quand même...

7-1

De daurades en heures qui défilent c'est bientôt cinq heures, la musette est bien garnie de poissons de toutes sortes, il sera retourné à l'eau une flopée de petits sars, il faut faire encore quelques derniers lancés pour trouver le poisson magique du petit matin. Les lueurs commencent à pointer timidement, les yeux piquent un peu. Tout autour les affaires se sont étalées au fur et à mesure que la tension de la nuit augmentait, il temps de ranger un peu pour laisser ce coin du bout du monde aussi propre que la veille. Soudain un des témoins lumineux est pris d'une gravité soudaine, il descend nature jusqu'au sol, hi hi hi hi , c'est peut être un loup ou une gros marbré va savoir et dans le doute c'est le ferrage tout en finesse mais détermination. S'en suivra un petit combat bien sympathique qui ne mettra pas les Maver à l'agonie...

Tout en silence les affaires seront rangées, les boites fermées, le bac nettoyé, on fait le tout de tout ce qui ne doit pas être laissé, l'aventure prends fin non sans un pincement au coeur. Le soleil l'a vu arrivé, l'a vu partir et il faut se dépêcher un peu avant que ses rayons lui cuise la peau. Mais le spectacle est trop grandiose, les odeurs de terre contrastent avec les effluves des romarins qui fleurissent par touffes éparses entre les blocs de granit. Le bruit des vagues qui bourdonnent dans un bruit lointain sont autant d'angoisses de retrouver les routes chargées.

4-1

Le retour de Marco va céder la place à la prochaine sortie ( qui a déjà eu lieu en fait) c'est Marco et Roro, nous volons de surprises en surprises c'est pas croyable ce qu'il y a sous l'eau en ce moment. La sortie de Gégé et de Greg Jeudi soir, c'est encore de nouvelles aventures que toute notre équipe aime vous faire partager, c'est l'esprit de SILVERPECHE ou le blog des saisons...

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans Poissons
commenter cet article

commentaires

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories