Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 10:47

Les jours viennent puis repartent, les heures dans ces jours s'éteingnent comme des bougies pour que de nouvelles puissent s'allumer sans fin. Nous sommes dans une époque comme tant d'autres avant nous, toutes finies et tant d'autres pas encore commencées. Ces milliers de gens qui passent ici sans laisser de messages, pas de traces visibles pour qu'elles vivent encore un peu dans le temps,le temps où nous étions jeunes et pleins d'espérances à user nos vies sur les roches des calanques de l'impossible, qui se souviendra de nous et de silverpeche dans vingt ans...

 

Nos marches sont souvent longues, nos espoirs aussi minces que les pages d'une bible mais qu'importe, nous n'aimons que le vent l'aventure qui soufle dans nos têtes et les roches claires vierges de pas, ce plaisir deviens comme une étincelle que l'on ne comprends que quand il s'éteint...  

Peu à peu la circulation de Marseille se dissipe dans les méandres des routes des calanques, une fois le parking dans le dos la longue marche commence...Douleurs articulaires, plaisir des yeux, retrouvailles, la sortie de ce soir est un étrange cocktail de saveurs, les brises qui viennent de partout contre les pans de roches brunes abruptes tantôt vous abritent et tantôt vous traversent. En contrebas la mer marbrée de vert au long colier d'écûme vous souri de loin, une fausse manoeuvre et c'est la fin. La nature est si belle, si profonde, si incompréhensible qu'il serais facile pour les esprits délicats d'y laisser son âme sans s'en rendre compte. Mais la nature est parfois si cruelle et si froide qu'elle peut d'un revers de la main balayer une vie comme si elle n'avait pas d'importance, comme si elle n'avait jamais existé.  

La marche rapide est implacable pour nos guiboles, le soufle court et la transpiration abondante dès les premiers sentiers encombrés, nous forçons encore le pas.

 

A mi chemin le spectacle est grandiose, au sommet du sentier torturé toute la baie de Marseilleveyre qui se prolonge jusqu'à Cassis laisse entrevoir le bec de l'aigle en transparence qui pour l'occasion se teinte en bleu du ciel. De loin, ces roches volcaniques font penser à des monstres gentils assis dans la mer d'où seules les épaules et la tête sortent nonchalamant pour nous voir.

 

Les criques défilent, nous ne faisons attention à presque rien sauf au chrono qui est ce soir notre ennemi, nous allons sûrement le payer en fatigue mais qu'importe, notre ami nous attends et nous aussi on est impatient...

DSC02162

La nuit est déjà en marche, nous arrivons juste avant la pénombre totale, notre ami Marco se tiens là debout avec un grand sourire pour nous accueillir...

Après quelques échanges de souvenirs nous commençons enfin à pêcher, c'est Greg qui ouvre rapidement le bal avec la prise de sars, ils ne sont pas monstrueux mais certain seront bien dans le cadre de notre pêche. Mais comme toujours, même en pêchant avec de gros hameçons, quelques petits vont avaler et devoir rester au sec. Les chasses importantes qui secouent la surface des eaux nous impose de caler au vif. Marco s'éloigne quelques instant comme un fantome au salabre et reviens plus tard avec quelques mulets pris dans une étranglement naturel un peu plus loin, on cale une canne chacun et on laisse faire... 

callelongue le 19 04 2011

L'exemple le plus flagrant de la diversité de ces eaux, c'est le nombre et les espèces que nous avons réussi à prendre, globalement il y a beaucoup de sars, mais il y a de tout qui promène. Par contre pas de marbrés en vue et pas de daurades pour l'instant mais ce joli petit loup qui a été séduit pas un beau bibi.

DSC02139

Nous bombardons loin nos plombs dans le sable pour essayer de trouver un gros poisson. L'attente dure entre les touches quand Marco décide vers minuit de changer un peu de pêche se mettre au toc au raz des roches coupantes, cela ui semble une bonne idée. 

DSC02149

 Les sars se trouvent près du bord, il y a des moments toutes les cannes ont une touche, alors il faut courrir d'une à l'autre rapidement car sinon c'est la mise à trou du poisson est assuré ! Marco prends un petit départ à revenir sur le vif, il saute sur sa canne qui ploie entièrement, son poissons au bout est lourd il appuie fort mais sans coups de tête, puis il lâche subitement à mi eau. A l'examen son mulet a été mangé à moitié il ne reste que la tête et le ventre, on ne sait pas ce que c'est, mais bon, on passe...

Dans  son coin Greg n'a pas trop le temps de s'assoir, a peine son postérieur a t'il touché la chaise de granit qu'il faut se relever aussitôt, voilà une situation bien plaisante qui ne nous est pas arrivé depuis bien longtemps. Dans lot la bataille fut rude pour certains d'entre nous qui se sont vu arriver  à la surface de très jolis spécimens qui méritent la photo. La daurade qui tiens Marco entre ses doigts en est l'exemple parfait car elle a été prise dans les roches à vingt mètres du bord avec un grammage minimum. C'est toujours un plaisir de prendre une belle pièce comme celle-ci car sa défense est puissante, intelligente et qui met votre matériel à l'épreuve. 

DSC02159

IL ya tellement de touches par moment que j'en oubli un peu de faire mes photos pour les publier ici, trouver un moment paisible pour réussir le bon cliché tiens du miracle. Dans la foulée j'ai oublié de photographier Greg et ses nombreux poissons...

Ma canne au vif se plie et mon écureuil monte rapidement, je ferre, le poisson par d'un coup, il me donne un gros coup dans le scion...plus rien...Je remonte et je n'ai plus de bas

 

de ligne, bon...je passe...Pfffffff !

 

Greg et moi on est côte à côte et on fume rapidement une cigarette, mon écureuil monte et tape, le frein se dévide et il fait le bruit d'un moteur électrique qui s'emballe. Quelques rushs trés appuyés font plier la canne en deux, je ne vois pas bien ce qui me tire autant sur le fil. Au ferrage je sent bien un poisson qui bataille par coups de tête sans trop de lourdeur, vu que j'ai envoyé loin le poisson est loin, il a tout le temps de se fatiguer et de nous plonger dans les pronostics. A la surface nous verons un beau pageot gros comme une bouteille d'un litre et demi piqué dans les gencives du bord des lèvres...ouchhh ça doit faire mal ça !!! 

DSC02143

 

DSC02145

Malgré les heures qui passent mes amis ont encore des touches de sars, moi debout depuis cinq heures la veille je me suis lamentablement endormi près de mes cannes. Un départ ( paraît'il ) qui a fait voler mon écureuil en l'air et dévider le frein violament n'a pas réussi à me reveiller. 

DSC02153

Quand j'ouvre les yeux une heure plus tard il fait presque jour, mes deux amis sont assis non loin de moi et ils discutent paisiblement ensemble. les touches se sont calmées avec le jour, la mer reprend un peu sa danse, les couleurs des iles sont ravivées avec le soleil qui pointe. Je reste quelques instants encore bloti contre ces roches et je me bouge lentement car mon lit de fortune m'a endolori le côté pile du corps.

Nous allons remballer lentement nos affaires, prendre nos derniers poissons, rembobiner toute cette nuit agitée et refaire le stock de rendez-vous. Le parcours du retour sera comme toujours long et magnifique à la fois, un contraste bien étrange comparé aux embouteillages du centre ville. Le reste c'est comme vous savez, un retour à la vie de tous les jours en attendant de pouvoir encore écrire une de nos nouvelles aventures...

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO. - dans Poissons
commenter cet article

commentaires

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories