Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 18:51

DSC03575

Ce Samedi j'ai réussi à décrocher "la" carte blanche qui me permet de partir avec mon fils, Max, Gégé et son petit fils de très bonne heure, mais où aller au juste?

La plage avec les enfants ne me plaît pas des masses car mis à part que ce c'est pas ludique en Mars pour les mômes c'est surtout le synonyme d'une longue attente qui se solde très souvent par des prises tout à fait relative en ces saisons intermédiaires. La roche,mouai, mais bon il faut trouver une espèce de mixte sous marin qui pourrai offrir quand même quelques belles prises quand même car il faut à la fois pouvoir espérer des daurades dans les taches de sable. Par chance je me souvient qu'il existe pas mal de postes qui offrent ce genre de situations de jour, les Embiez, Marseilleveyre, le Frioul, le Cap Cisié, parce que l'affaire se complique quand je suis soudainement chargé d'une mission par une armée de mangeurs de poissons de faire la bouillabaisse. Hé oui...Nous accueillons une vingtaine de personnes qui arrivent de toutes part de la France Dimanche prochain et qui sans plus attendre veulent déguster ce plat emblématiquement provençal.

Comme je l'ai dit plus haut il va me falloir copieusement de l'aide. Max à répondu immédiatement au défi, mon jeune fils va faire ce qu'il peut mais nous allons nous retrouver dans des conditions de concours là où le temps joue contre nous et là où tout représente un obstacle. Je me gratte fortement le crâne pour trouver la solution car trouver une grosse dodo sur mon poste rocheux ressemblerai fortement à une grande première mondiale...Soudain c''est la lumière qui jaillit comme une source d'un puit. Et si nous faisions deux pêches ? Trouver de beaux poissons de roche est une tâche assez aisée mais il n'est pas question de faire un score avec des tout petits sujets, le but c'est d'en prendre moins mais plus gros voilà...Par contre comme dit plus haut pour dénicher à la roche une belle daurade ou un loup qui ornera le plat, ça c'est une autre histoire... La solution c'est d'arriver de très bonne heure sur le poste, d'en partir vers quatorze heures chargés de poissons et de tracer en direction du Var dans la foulée. Bon je sait c'est un peu rocambolesque comme histoire et il va falloir que tout le monde tienne bien son rôle pour que tout aille correctement.

Le premier poste choisi est un bout de roche en pente dans les calanques de Marseille une demi heure après Podesta, Gégé partira de très bonne heure pour ne pas rester à la traîne et nous nous le rejoindrons un peu plus tard. 

le lever se fait dans la joie à quatre heure et demi du matin quand je me rend compte par hasard dans les brumes de mon cerveau que le lave vaisselle n'a pas démarré et affiche une message d'erreur: Alimentation d'eau défectueuse...les pieds dans une grosse flaque d'eau. Rapidement je détecte que le joint dans le tuyeau d'eau derrière la machine à rendu l'âme et je le change aissi sec, les affaires commencent bien...Je réveille mon fils, nous déjeunons rapidement, les affaires sur le dos nous arrivons à la voiture. Un petit détour par Cassis pour prendre Maxime et nous voilà sur le parking de Callelongue les yeux engourdi par le trajet, nous nous garons à côté de la voiture de mon Gégé et une très longue marche dans les calanques nous attends frontale vissée au dessus des sourcils. Au bas mot il y a deux heures à marche soutenue dans la caillasse mais je ne suis pas inquiet car mon garçon est rempli d'énergie à bloc, Max et un très bon sportif qui  peut marcher comme une fusée sans fatigue et moi j'ai tellement l'habitude que seul quelques "forçats" peuvent s'accrocher. Les criques défilent comme ces souvenirs qui nous font revenir encore ici, les flots, les odeurs qui naissent avec la lumière qui arrivera plus tard ornent toute cette sortie et creuse des remparts qui me réconforte lourdement, seul ceux qui ont des enfants peuvent mesurer à sa juste valeur le poids de nos actes à ne pas manquer. Comme promis nous apperçevons nos copains qui sont déjà en place depuis longtemps, nous arrivons à leur hauteur et les embrassades commencent:

-" Ho mon kikou, hé bé je suis bien content de te voir" me lance Gégé qui titube les bras ouverts sur les pics des roches abruptes.

-" Vé on est là et on s'installe plus loin ma poule "

-"Vouai on se voit plus tard mon kikou !"

En m'éloignant je me retourne pour observer le paysage qui s'ainme avec la pointe du jour et je peut voir un jeune homme de plus de 70 ans qui va à la pêche en équilibre sur les roches dans les calanques et qui a fait tout ce trajet avec son petit fils pour...être bien, tranquille, sans soucis.

Nous on est à la bourre et on s'installe comme des fadas avec des montages radicaux qui ne vont pas tarder à faire des étincelles. J'ai compris beaucoup de choses à la pêche de roche sous les conseils de copains spécialistes, on oublie les perles, les clipots et tout ce qui est visible, il faut être simple, respecter la distance du fond, en principe c'est toujours un succès. Immédiatement les girelles remontent de la surface n'ayant pas vu les montages en fluoro, mais ce qui nous interpellent c'est la taille de ces poissons, mis à part quelques petits sarrans tout le reste est vraiment beau. Ouai je sais tout est relatif mais nous nous rattraperons ce soir sur la plage avec la deuxième partie de la pêche...

DSC03557

la journée passe ainsi en plein soleil, comme prévu nous allons respecter notre programme à la lettre, nous allons nous limiter à une cinquantaine de poissons de roche et j'insiste sur la fait qu'il n'est pas nécessaire ici d'en faire à gogo car avec leur taille tout à fait réjouissante nous atteindrons les trois kilos sans encombre. Bon me voilà soulagé en partie, le fond de soupe de poissons est assuré et je suis sûr de faire plaisir à mes convives qui ne se doutent de rien en ce moment.

DSC03563

Je ne résiste pas à prendre une nouvelle fois des poissons dans la transparence de mon bac qui sert d'aquarium pour un instant....

Pour la suite tout va aller vite, 15 heures je donne le coup de sifflet final à ma troupe pour que tout le monde remballe au plus vite car il nous reste encore deux heures de marche pour le retour à la voiture est un aller-retour à côté de Fréjus. Max relance un dernier coup sa ligne et la remonte aussitôt pour bien tendre le fil, il accroche par la dorsale une très belle rascasse quasiment sous ses pieds, il n'en revient pas tellement c'est pas croyable...

DSC03569

Ouf, nous sommes sur le retour, le soleil a attiré une nuée de touristes qui sont venu faire une petite marche dans les calanques, nous devons nous frayer une chemin dans les promeneurs qui profitent du beau temps jusqu'à la voiture. Y' a pas à dire, nous sommes crevés d'avoir autant marcher gégé et moi assis au cul de la voiture nous nous regardons dans les yeux et nos regards en disent bien long...On est crevés c'est pas racontable...Nous sommes au cul de la voiture Gégé et moi et notre regard qui se croise en dit long sur la deuxième partie de la journée. Nous allons maintenant fouler les terres de Fréjus, un poste que greg à déjà rejoint juste avant, nous sommes à Marseille sur le départ et greg à les lignes dans l'eau.

Nous allons mettre plus d'une heure à traverser les territoires phocéens et se retrouver en bonne posture pour le Var, tout au long du chemin une question de pose: Quelle tronche va t'on avoir dans la soirée car nous avons subit beaucoup aujourd'hui, le sort en est jeté mais nous courons rapidement vers l'impossible...

Sur place nos montages sont rapidement envoyés dans le sable, pour la deuxième fois les cannes sont déployées, les appâts sont tout neufs car Greg est allé les chercher chez Orlando la veille, de beaux bibis de sète qui sont sensés séduire la daurade. En premier lieux c'est Max qui ouvre le bal avec de belles touches qui lui font prendre un sar à quelques dizaines de mètres du bord, suivi de Greg qui remonte une ligne anémique mais qui a trouvé une blanquette qui est sanglante et qui a préféré ne plus bouger en ayant trouvé l'hameçon. Mais l'attente est longue, les touches ne sont pas légion et nous nous demandons au juste pourquoi nous faisons autant de kilomètres pour pas grand chose.

DSC03572

Gégé s'est une peu assoupi sur le banc naturel qui l'accueille ce soir, son écureuil tout de vert vêtu monte puis descend. Ce n'est pas vraiment une touche alors il laisse faire au cas où une belle daurade s'y serait frotté car il a vécu ce genre de truc qui lui a valu de beau spécimens. De toute façon ce n'est pas un "cavaleur" dès que la touche arrive il est plutôt un partisan du "laisse faire" si cher à nos anciens pêcheurs. Pourtant au bout d'un moment la pression augmente et il faut maintenant aller voir, en quelques coups de manivelles le poisson fait surface sous les clameurs de nos stupeurs....

DSC03580

Une sole au raz des roches Voilà le résultat d'un lancé loupé qui se solde par une distance médiocre mais qui au bout du compte fait carrément mouche. D'ici j'entends les lanceurs de plombs bredouilles qui imaginent que le poisson se trouve loin, nous avons fait mille fois l'expérience, avant d'aller le chercher loin commence par le bord et c'est souvent la clé de la réussite.

Le reste tiendra dans un mouchoir de poche, j'ai les yeux qui se ferment seuls, Gégé est obligé de roupiller un peu, Max serre les fesses car c'est moi qui conduit et Greg n'a que quelques bornes à faire. Le brouillard nous a conduit jusqu' à aix en provence comme dan un écrin de coton dont nous nous serions bien passé.

Si ça c'est pas de l'aventure, moi je ne m'y connais pas car nous avons passé 26 heures à la pêche dans des lieux les plus éloignés que possible. Nous avons subit le cagnard, le froid de la nuit et globalement...

ON RECOMMENCE PAS DE DEMAIN !!!!!!!!!

  

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans Poissons
commenter cet article

commentaires

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories