Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #Poissons

  j0178219on copain Greg à quelques longues heures pour aller à la pêche, les coins habituels sont vus, revus, rerevus, rien de bien excitant en somme mais. Une idée lumineuse lui vint à l'esprit et éclate comme une bulle de savon dans sa caboche, cela fait bien longtemps qu'il n'est pas allé au Frioul traîner ses grosses chaussures, pourquoi pas ce Mercredi soir ? Rapide passage pour quelques gros bibis de chez Orlando, quelques cordelles, du chalut baveux et le tour est joué question appâts.

DSC05645

Mais parfois le destin réserve de bien curieuses surprises à un individu en proie à la démence* passagère, le destin a la manière pour rendre une soirée qui s'annonce pourtant toute simple en véritable bordel sans nom. Pourtant au départ tout à l'air de bien se dérouler, il est en compagnie de son copain de travail, ils sont bien installés sur les sièges bleu côté mer de la navette et ne perdent rien du spectacle majestueux de la mer en petite tenue. Les affaires de pêche sont installées langoureusement contre un siège tout près de l'eau quand...Une vague prise en travers de la coque à mi parcours va faire glisser plus bas le fourreau où se trouve toutes les précieuses cannes, il tombe au sol mouillé puis tout en glissant au ralenti passe à travers la trappe qui est ouverte à la mer...et plouffffff ! Le fourreau flotte quelques secondes sous les yeux de Greg médusé et il disparaît par cent mètres de fond, en un seul coup il vient de réaliser qu'il n'a plus qu'une seule canne potable pour pêcher, si ça c'est pas une embrouille de premier ordre....Par chance son copain en a une autre dont il ne sert pas et il va lui confier pour la nuit le ramenant du coup à la dure réalité du matériel. Hé oui, son ami n'a pas de matos tout droit sorti de chez Orlando, il utilise plutôt du matériel léger tout droit sortis de Décath. On ne va pas tirer à boulets rouges sur un magasin qui a été mon deuxième chez moi pendant des années grâce à mes maigres moyens mais, on ne peut pas comparer une canne mixte rivière/mer avec une Maver Jurassic ou du fil 4x4 avec le Massimo de chez YUKI ça serait très osé. Heureusement il reste les moulinets avec le fil, les appâts merveilleux, on ne sait pas au juste si cela pourra combler le vide que laisse la perte de ses cannes et si d'aventure une grosse daurade se prends au piège cela risque de devenir une très grosse embrouille. 

j0178213     j0178224    j0178211   j0178213                              j0433807

DSC00559

Le premier poisson pris ne bouscule pas la chronique de silver mais pourtant il donne de précieux renseignement sur la vie qui grouille ici. Quelques blanquettes, quelques marbrés, quelques sars sont les bienvenus pour cicatriser la perte définitive du précieux matos.

FRIOUL 06.06.2012 010

 

FRIOUL 06.06.2012 018

 

Soudain voilà, dans la nuit c'est ce que Greg redoutait un peu, c'est la grosse touche, pas une demi touche timide, un bon départ bien dans les règles. Il se cale comme il peut sur ces roches instables pour contrer au mieux la jolie bestiole qui s'ébroue au bout de sa maigre ligne annelée toute droit sortie d'un film de cape et d'épées. Elle vient certes, mais elle ne le fait pas de la meilleure manière qu'il soit, elle lui inflige une danse spéciale qui n'est pas habituelle, elle plonge, elle remonte, part sur le côté facilement. Elle finira quand même dans les mailles du salabre au prix d'un combat mémorable entre les roches coupantes qui pouvaient mettre nos deux confrères dans biaù*.

FRIOUL 06.06.2012 008

Hé puis tout s'enchaîne rapidement, on sent bien que les poissons passent à table et c'est l'heure où il faut rester attentif.

FRIOUL 06.06.2012 004

La nuit va passer comme ceci, une étrange alternance de touches et de calmes qui font passer le temps et les heures jusqu'à l'arrivée de la fameuse navette pour rejoindre les siens.

Le jour se lève déjà, c'est l'heure de plier la baraque à frites, le décor qui s'illumine change une peu, les odeurs renaissent comme par miracle entre les plantes multicolores et la fameuse fatigue matinale prends ici tout son sens. Comme des zombis lourdement chargés ils vont aller se traîner jusqu'au quai d'embarquement en reprenant le cour de la mésaventure de l'aller.

Ha ça y est le bateau arrive dans la passe du port, l'aventure est finie...

 

(* J'ai parlé de démence car quand Greg à une idée en tête plus rien ne peut le faire changer d'avis...)

(* Dans le trou) il faut prononcer biaou.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog