Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #Poissons


LogoSilverNew

Une fois de plus Marco m'embraque sur ses terres, il est agile comme un félin qui viens de naître, moi je dois composer avec un genoux capricieux et j'en bave franchement pour le suivre à peu près dans les éboulis qui se déversent du haut de la montagne comme une rivière de rocaille entre le les touffes de romarin. Le poste qui nous a accueilli la dernière fois est magnifique de virginité, nous allons lui accorder un dépucelage dans les règles. Ici tout est réuni pour que le poissons s'y plaise. Il y a du fond à perdre son souffle et sûrement de quoi se remplir la pense à tous les étages pour eux. Les grosses oblades règnent y en maître, elles sont agressives et foudroient tout ce qui tombe dans l'eau en un éclair.



Si j'arrivais à en faire une pas trop grosse je pourrais la mettre un vif car je me demande si un gros pagre pourrais s'y frotter, je m'installe immédiatement au toc pour en dénicher une et là c'est super pratique car elles sont toutes sous mes pieds. Houuuchhhhh à la première touche, si ça c'est une petite oblade je veut bien manger ma casquette YUKI, elle bataille férocement voyons voir...Ha zut, à vu de nez elle dépasse les quatre cent grammes, même si certain la garderai ça fait un peu gros pour le vif, bon allé plouffff, à l'eau suivante... Ppffffff, mais quelle galère la suivante est encore plus grosse que la première, d'ailleurs c'est possible ça ? Tu vas voir que je ne vais pas pouvoir mettre un vif correct sur ma ligne pour cause d'indésirables maxi. Haaa, c'est une grosse bogue, mmmmmm pas bon pour ce que je cherche, ploufff ! Bon je vais laisser faire un peu en attendant je vais caler mes autres lignes en même temps que mon ami qui est sous haute tension nerveuse. La paroie rocheuse ici ne nous permet pas de faire de gros lancés, mais avec nos nouveaux montages avec quelques exercices de style c'est correct, additionné d'un grand fond ça devrait faire. Ici il faut passer la barrière douanière des ( gros) indésirables qui flottent à mi hauteur, je ne cherche même pas à envoyer le montage sans plomb tellement c'est infesté, il faut plomber assez léger pour percer cette couche noire pour atteindre l'étage aux sars (ding !)

DSC03195

Le vent est de Sud virant à l'Est et fait un petit clapotis sur l'eau, je boulègue sur ma droite assez loin pour balayer la zone profonde sous mes pieds et...je prends ma énième grosse oblade, elles ont colonisé tous les étages comme si il y en avait de partout à la fois. La sardine posée il y a environ trois minutes est partie en fumée, la tête de calmar il ne reste que l'os de boite crânienne...je suis très inquiet car comment prendre un beau poisson si l'appât ne tiens pas plus de deux minutes. Je calcule...ben nous allons tout mettre au vif !!! il y en a de partout, bon, ils sont un peu gros mais pourquoi pas ? La phrase finie c'est la touche avec un bout de mouron, le frein par en trombe plusieurs fois c'est un beau !!! Je cavale dans les failles, ouvre le salabre sous les cris de Marco vraiment emballé:

- C'est un beau!!! C'est un beau !!!! En équilibre sur un pic pointu tout prêt à se casser la figure il exulte. Hou là là Pas facile de salabrer ici je dois m'allonger sur une roche et bien tendre les bras pour à peine effleurer l'eau mais ça suffira peut être. Il arrive dans l'éclairage une masse brillante qui virevolte par saccades, puis vint se débattre à la surface pour se coucher à plat. C'est là que j'entre en action et l'enfourne dans les mailles du filet par miracle.

DSC03194

Bon allé, on met tout au vif, les sars sont aussi gros que des boites de pâté, les oblades et les bogues ne respectent pas mes prières d'aller plus loin voir si j'y suis, comme ça nous aurons peut être la chance de croiser un poisson record.

Pendant que les moustiques nous dévorent les bras on casse la croute, mon sandwich pâté/moustiques est bon pour me faire patienter, du coup les touches ce sont calmées nous pouvons enfin parler un peu et profiter du spectacle nocturne. D'ailleurs nous parlons tellement que le bruit de la clochette de Marco ne l'interpelle pas, nous voyons juste une lumière qui passe dans les airs et qui tombe dans l'eau ....Signe qu'une énorme touche viens de produire, mince, il cavale jusqu'à sa canne mais c'est trop tard et malgré le quarante centièmes plus le frein du moulinet bien réglé, le montage à disparu, cassé.

DSC03192

Moi je me suis éloigné un peu trop de mes cannes pour compatir du sort qui vient de toucher Marco, quand je remonte sur mon perchoir je voit mon écureuil tout embrouillé autour de la canne et vu que nous sommes seuls ça ne peut être qu'une touche...dommage pour moi mais tout est cassé aussi. Pour faire quelques touches dans ce genre il a fallu que ces poissons soient de belle taille car pour qu'ils puissent avaler une grosse oblade et ne rien laisser, on imagine la photo.

Dans la soirée nous remettrons quelques morceaux de calmar ou de mouron pour voir si les indésirables sont partis, moi je vais tomber sur un nid de petits sars qui vont tour à tour reprendre le chemin de la mer grâce aux gros hameçons qui sortent plus facilement, mais le seul hic c'est que c'est presque pas pêchâble tellement il y en a et je dois dire que je me suis un peu découragé. Ces petits salauds ont bousillé la partie de pêche, ils ne savent pas à quel point c'est dur de venir ici et pour couronner le tout ma sardine à été visitée par un congre( touche molle et pliage de canne sans stop), la surprise c'est que je peut pas le contrer il part sans que je puisse le retenir dans le style je part à l'eau si j'insite( avec des Maver siou plait), aë aïe !!! Mais heureusement il va vite trouver son trou pour s'y cacher et moi de tout casser (du 40 centièmes Dorada) je ne vous dis pas le drame. Marco va encaisser trois fois les départs de très très gros congres sans pouvoir lui prendre un mètre de terrain et casser le montage tellement la pression du poisson est gigantesque. Par le passé j'ai pu prendre quelques congres qui ont dépassé les 15 kilos, ils sont tous montés tant bien que mal et relâchés car pas dans le cadre de ma pêche. Pourtant dans le cercle de mes précieux amis il y a Miche, Cédric (congre overblog) ou David( pêche et nature) qui se régalent de sa chair. Mais pour moi c'est un sujet sensible qui me bousille mes lignes et qui pour rien au monde ne me plait. Mais là on est dans la troisième dimension le poisson doit friser les tailles maxi car comme expliquer qu'il se barre sans pouvoir simplement le contrer ou  le faire dévier de sa route? Cédric, Miche et David vous voulez tenter l'aventure ? 

Nous n'aurons plus le courage de subir le harcèlement des congres qui n'ont jamais été pêché ici, des indésirables qui ne dorment jamais et pour une fois nous plirons boutique vers cinq heures découragés par la trop forte présence des poissons. D'habitude c'est bien quand il y a beaucoup de vie mais là c'est pas les bons et il y en a de trop de partout. Je note que même les bogues qui sont les première victimes des pêcheurs ont des tailles pas communes ce qui induit l'idée qu'il ne viens pas grand monde ici. En plus le chemin du retour est particulièrement pénible, il n'y a pas un seul moment de répit pour les jambes et le souffle, nous allons progresser tout en faisant le bilan de ces deux dernières semaines et de ce qui reste à venir. Arrivés à la voiture au jour, nos lourds sacs à dos mis au sol on se lave rapidement les mains pour tenter de diluer ou de masquer un peu l'odeur tenace de la sardine et du calmar qui donne un parfum au doigts limite supportable, la prochaine pêche c'est Gégé et Greg. Du boulot encore pour moi tout ça..

DSC03186

Au final quelques beaux poissons, quelques sars perdu mais on est loin des denières pêches, cela va t'il se confirmer ?

DSC03190

Un montage rigolo, une tête de calamar, un montage style palengrotte et une pierre pour plomb. C'est bien discret à souhait et de plus le blanc de la pierre tend à attirer le poisson. J'ai eu une touche que le montage n'a pas supporté, pas une touche de congre hein, une touche faite maison avec une canne qui a ripé lourdement  sauf que là, moi, j'était ailleurs, bon...je passe.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog