Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 13:33

Ceux qui n'y croyaient sont aujourd'hui devant une évidence, le parc des calanques est actif. Il n'est pas précisé quand les interdictions vont être appliquées mais dores et déjà nous pouvons prendre en compte la carte de découpage.

carte perimetres ag 27 06 2011

Pour mieux voir vous faites:

CTRL + la roulette de la souri

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 18:50

L'état vend toutes nos informations confidentielles sur les cartes grises à des commerces à des fins publicitaires. A l'approche des élections présidentielles nous portons à votre connaissance des agissement du gouvernement qui sont absolument scandaleuses à notre insu pour quelques privilégiés qui peuvent " payer" ces infos. Malgré que cela ne soit pas de la pêche cela va sûrement vous faire réfléchir.

Source, voix publique.

 



La paru­tion récente au jour­nal offi­ciel du 21 avril d’un arrêté minis­té­riel fixant le mon­tant de la rede­vance due en contre­par­tie de la mise à dis­po­si­tion des infor­ma­tions issues du sys­tème d’immatriculation des véhi­cules nous donne l’occasion de por­ter à la connais­sance de nos lec­teurs un dis­po­si­tif jusqu’à pré­sent peu connu des auto­mo­bi­listes mais qui devrait faire par­ler de lui dans les pro­chaines semaines à l’occasion de sa mise en œuvre : la vente par l’Etat à des fins com­mer­ciales des don­nées per­son­nelles figu­rant sur la carte grise.

 

 

Ce sys­tème est-il légal ?

 

Tout à fait, et ce depuis qu’une loi du 20 avril 2009 a cru bon modi­fier l’article L.330–5 du code de la route. Ce der­nier, dans sa ver­sion actuelle, dis­pose ainsi que les infor­ma­tions nomi­na­tives figu­rant dans les pièces admi­nis­tra­tives exi­gées pour la cir­cu­la­tion des véhi­cules peuvent être com­mu­ni­quées « à des tiers préa­la­ble­ment agréés par l’autorité admi­nis­tra­tive (…) à des fins d’enquêtes et de pros­pec­tions com­mer­ciales ».

Quelles sont les don­nées sus­cep­tibles d’être vendues ?

 

Toutes celles qui figurent dans le sys­tème d’immatriculation des véhi­cules (SIV) ! Et elles sont nom­breuses puisque sont par exemple ins­crites dans ce fichier :

  • Les don­nées d’identification du titu­laire du cer­ti­fi­cat d’immatriculation :
    • Pour une per­sonne phy­sique : nom, nom d’usage, pré­nom, sexe, date et lieu de nais­sance, adresse du titu­laire du cer­ti­fi­cat d’immatriculation 
    • Pour une per­sonne morale : rai­son sociale, n° SIREN et/ou n°SIRET, adresse ;
  • Les don­nées rela­tives au véhi­cule et à l’autorisation de cir­cu­ler telles que le numéro d’immatriculation, les carac­té­ris­tiques tech­niques du véhi­cule (marque, modèle, cou­leur…), la situa­tion du véhi­cule vis-à-vis du contrôle tech­nique, ce qui permet de vous envoyer un courrier pour le prochain contrôle.

A quel prix ?

 

La com­mu­ni­ca­tion de toutes ces don­nées n’est pas offerte à titre gra­cieux par l’Etat aux socié­tés com­mer­ciales qui en feraient la demande. Elle se fait en effet en contre­par­tie d’une rede­vance déter­mi­née par arrêté du ministre de l’intérieur. Jusqu’à pré­sent, la vente était auto­ri­sée par les textes mais elle n’avait pas été encore mise en œuvre faute d’un tel arrêté. La machine est désor­mais lan­cée « grâce » à un arrêté du 11 avril 2011.

Le prix des infor­ma­tions rela­tives à un dos­sier d’immatriculation est variable selon les infor­ma­tions que la société com­mer­ciale sou­haite ache­ter et selon le nombre de cer­ti­fi­cats d’immatriculation concer­nés.

Dans l’hypothèse où une entre­prise sou­hai­te­rait avoir accès à l’ensemble des infor­ma­tions du SIV, elle devra s’acquitter d’un mon­tant au maxi­mum à 0.20 euros et au mini­mum à 0.087 euros en fonction du volume d'infos demandé.

 Tout d’abord, on peut s’inquiéter de la dimen­sion que pour­rait prendre cette trans­mis­sion. Le prix de 0.087 euros indi­qué ci-dessus est en effet celui prévu lors de l’achat de plus de 10 mil­lions de dos­siers d’immatriculation ! Si un tel nombre figure dans l’arrêté ce n’est pas dû au hasard, cela montre bien que l’administration a prévu l’éventualité d’un tel volume de ventes !

 Ensuite, on peut s’interroger sur l’utilisation de ces don­nées. Leur mise à dis­po­si­tion est certes pré­cé­dée de l’octroi d’une licence (article 1er de l’arrêté du 11 avril 2011) qui fixe les condi­tions de la réuti­li­sa­tion des infor­ma­tions publiques, mais est-ce une garan­tie suf­fi­sante ? Quelles sont d’ailleurs exac­te­ment ces condi­tions ? Tout ce que l’on sait sur ces der­nières est qu’elles ne « peuvent  appor­ter de res­tric­tions à la réuti­li­sa­tion que pour des motifs d’intérêt géné­ral et de façon pro­por­tion­née et ne peuvent avoir pour objet ou pour effet de res­treindre la concur­rence » (article 16 de la loi n°78–753 du 17 juillet 1978)…bla bla bla bla bla bla........

Malheureusement ces données sont achettées (chez RENAULT, PEUGEOT,par exemple) puis re-vendues à des groupes moins compréhensifs qui utilisent usuellement le hard home-phoning. Votre téléphone sonne mais personne n'est au bout...C'est juste des robots qui compose plusieurs millions de numéros chaque jours pour savoir si aux heures des repas vous êtes chez vous ce qui induit une batterie de renseignements qui ciblent une clientelle.

Ces données tombent facilement dans les mains de gens peu scrupuleux  qui ont tout le loisir de re-fabriquer nos plaques d'immatriculation et les cartes grises pour revendre des véhicules volés / en règle...Les délits qui en suivent sont, bien sûr, à votre charge et cela arrive en force chaque jours.

Pour conclure, à chaque fois que nous donnons nos coordonnées à des services publics ou à des sites de vente en ligne, les mentions de "partenaires commerciaux" qui ornent sans pudeur les cases à cocher, font que nous entrons tous dans la machine des renseignements. Le pire c'est que ces renseignements tombent dans un cursus de vente car notre vie est fichée et mise sur un marché. Nous sommes en droit de nous demander comment gère facebook et compagnie sur nos vies que nous avons "étalées" dans des cases...

Pour vous faire une idée, tapez dans le moteur de recherche:

vente d'informations sur cartes grises.

Vous allez voir tout le monde en parle, même tf1...

 

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 07:28

 

Le parc des calanques est un petit morceau du puzzle de ce qui se prépare pour l'avenir, avec trois millions de pêcheurs dans l'hexagone et plus de deux milliards de recettes annuelles on ne peut plus dire que la pêche est un truc qui n' a plus d'importance dans le paysage financier. Cela attire forcement les convoitises gouvernementales et seules les fédérations de la mer peuvent encore créer un rempart important face aux délires des ministères de l'environnement. Les fédérations ne sont malheureusement pas aussi nombreuses que cela car il faut bien le dire certaines activités comme nous le pratiquons sont fortement attachées à  rester libres de leurs mouvements quitte à gueuler un bon coup si nécessaire. Par contre, imaginez le nombre impressionnant d'associations libres qui existe autour de la pêche et qui ne sont pas fédérés cela est une erreur à corriger de toute urgence...

 



Une fédération c'est quoi au juste ?

Grossièrement... une fédération est l'intermédiaire officiel entre le gouvernement et le public associé car une simple "assos" n'a pratiquement pas de réel pouvoir juridique et bien souvent le nombre de membres n'est pas assez significatif pour être pris au sérieux. De plus, même si globalement l'architecture générale sont les mêmes avec un président, un vice président, un trésorier, des activités à gogo etc, etc le fonctionnement d'une "fédé" est différent car il ne gère quasiment pas directement les membres il défends les droits de ses assos en tout premier lieux il est en première ligne pour absorber une nouvelle règlementation pour la transmettre et la faire appliquer lors de concours par exemple.

cats-crop

Vous avez compris maintenant que les assos et les clubs doivent adhérer à une grande fédération de proximité pour se faire entendre et pour être toujours "dans" l'information gouvernementale car celui-ci ne communique qu'avec des partenaires officiels. A ce jour, à peu près toutes les "fédé" ont voté favorablement à la création du parc des calanques avec plus ou moins de contentement sur des détails et notamment sur le recensement des pêcheurs à la ligne. Si on y réfléchi un peu il est tout à fait impossible de faire passer une information précise à des gens dont on ne connais pas l'existence, comment créer un lien entre ce qui se décide et l'utilisateur ? La réponse est forcement dans une déclaration obligatoire, mais gratuite, auprès de la préfecture et par chemins détournés, des fédérations. Le seul hic c'est que le fédération ne font pas de bénévolat, passer par eux va vous inscrire certes dans le registre mais en devenant soudainement un membre informé et qui dit membre informé dit cotisation annuelle.

Il y a un  sujet à grandes discutions entre les cinq fédérations et le comité national des pêches maritimes professionnelles qui critique fermement les contraintes toujours plus grandes sur les patrons pêcheurs venues de l'Europe mais qui dans le même temps ne cesse de proposer au ministère de l'environnement des mesures visant à faire disparaître la pêche de loisir. Voilà un beau dialogue de sourd qui retarde considérablement les propositions émises par nos fédés qui espèrent bien promouvoir la pêche de loisir comme une activité indispensable pour toute la famille. Il faut préciser que les ministères environnementaux n'ont pas les connaissances nécessaires pour avoir une idée claire du sujet car ils sont des gestionnaires que plus que desutilisateurs, donc ils se fient à ce que les acteurs leur font remonter comme informations, comme bien souvent les débats dérivent au discours politique ce qui oblige les ministères à composer avec leurs propres contraintes venues de bien plus haut.

Nous même nous avons un mal fou à donner des informations concrètes car les plans changent rapidement selon où on lis le dossier, ce qui était une réalité le lundi n'est plus d'actualité en fin de semaine nous on s'y perd un peu. Pourtant nous avons épluché dès le départ toutes les lignes officielles, celle des fédés, des assos, le journal pour s'en faire une bonne idée. Au départ souvenez vous, tout Marseillveyre était condamné à la zone de non prélèvement, puis s'est réduit le mois suivant, puis s'est à nouveau agrandi pour finir en peau de chagrin sur quelques postes du littoral qui ne nous apparaît pas comme des frayères évidentes. Prenez le cas La pointe CACAU à Cassis, il y a tellement peu d'enjeu ( comprenez peu de poissons) que du coup personne n'y revient dessus ce qui la place en tête des zones ZNP pourtant il n'y a aucune espèce qui y fraye et encore moins y reste durablement. Voilà c'est à notre sens une des conneries de ce parc qui à présent essaye de trouver une solution pour contenter tout le monde et boucler au plus vite un dossier qui engendre une révolution entre les contents et les mécontents juste avant les élections présidentielles. Par contre, le cas de planier ou de Cassidaigne à été entendu par tous le monde, pour y avoir pêché quelquefois, je pense que c'est dommage mais vraiment utile car aux heures de pointe au moment du passage du pélagique il y a plus de monde que sur la Canebière causant des ravages par les viandards. Beaucoup ont assisté aux prises scandaleuses de petits loups pris à la volée dans les frayères qui finirons à la poubelle après un long séjour au congélateur...

il est temps que tout cela prenne fin car rapidement la mer s'épuise et nous n'aurons plus rien à montrer à nos gosses. Il est temps que le gouvernement mette la main à la poche pour aider les professionnels à compenser le manque à gagner pour que la mer retrouve un souffle que les filets ont pillé jours après jours. Il est temps aussi que les revendeurs de matériel comprennent que le prix de l'équipement doit baisser considérablement, ils doivent aussi comprendre que les fabricants vivent à travers les revendeurs et dépendent uniquement d'eux pour vivre car faire baisser les prix c'est doubler ses ventes car on ne gardera plus jamais de vieux matos. D'ailleurs les fabricants comme GARBOLINO qui proposent une large gamme de produits bon marché font des scores remarquables grâce à des designs modernes à des prix tout aussi remarquables, ils se positionnent partout dans le monde seulement à cause du prix. Cela se vérifie de partout, dans tout les secteurs, l'automobile par exemple ne vit que par ses modèles d'entrée de gammme car quand on sait que le delais d'attente d'une DACIA duster est de plusieurs mois cela donne t'il pas à réfléchir ? Tout les cons peuvent faire du haut de gamme, mais seuls les malins comme les grandes enseignes vont dénicher de très bons produits qui donnent accès au plaisir immédiat pour pas cher et faire de gros bénéfices. On va bander sur une FERRARI au salon de l'auto mais on achettera une clio d'entrée de gamme parce que c'est tout ce qu'on peut se payer et dans l'absolu on prendra une Garbolino à cinquante euros chez Décathlon qu'une MAVER titanium 2012 à trois cent cinquante euros chez un détaillant par ce que ce genre de produit n'est accessible qu'à une minorité.

Mais tant qu'un gros bibi achetté 80 centimes vaudra 3 dans le bac et qu'une canne part de l'usine à 50 euros et arrive à 300 sur le présentoir, la pêche n'existera pas comme une activité démocratico/lucrative et même si beaucoup d'effort ont été fait il reste encore beaucoup de chemin à parcourir dans les esprits de toute la profession de pêche...

 

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 11:54

http://www.laprovence.com/article/france-7

Bientôt des puits de pétrole au large de Marseille ?

126 contributions
ImprimerRecommander

Publié le vendredi 16 décembre 2011 à 19H18

La zone où ont été mises en évidence des formations géologiques prometteuses sur le plan pétrolifère s'étend sur des fonds compris entre 1 600 et 2 600 m, des profondeurs que les compagnies pétrolières atteignent désormais couramment - les puits les plus

La zone où ont été mises en évidence des formations géologiques prometteuses sur le plan pétrolifère s'étend sur des fonds compris entre 1 600 et 2 600 m, des profondeurs que les compagnies pétrolières atteignent désormais couramment - les puits les plus profonds sont actuellement situés à environ -3 000 m. Le puits Macondo, qui a fui pendant 5 mois courant 2010 dans la golfe du Mexique, était à 1 500 m de fond.

Photo BEP

Pour voir le texte en plus gros faites Ctrl + roulette de la sourie en même temps....

Ceux qui ont vécu le premier choc pétrolier se souviennent sans doute de ce slogan-choc inventé par l'État pour inciter nos concitoyens à l'économie : "En France, on n'a pas de pétrole, mais on a des idées". Trente-cinq ans plus tard, on pourrait presque renverser l'ordre des propositions : "En France, on n'a plus beaucoup d'idées, mais on a - un peu - de pétrole". D'abord en Guyane, où le gouvernement vient d'autoriserl'exploitation d'un gisement d'une capacité estimée à au moins 1 milliard de barils. Ensuite en Méditerranée, où deux sociétés spécialisées, l'Anglaise Melrose Mediterranean Limited (MML) et l'Américaine Noble Energy, envisagent de forer un puits d'exploration à moins de 30 km au sud de nos côtes. C'est en tout cas ce que MML a demandé à Éric Besson, ministre de l'Industrie, et à Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Écologie, co-responsables de la délivrance des permis et autorisations en matière pétrolière.

Dans le dossier déposé en juillet 2010 - et toujours à l'instruction -, MML se montre assez optimiste. Assurant que "tous les éléments nécessaires à un système pétrolifère actif sont potentiellement présents" sur le périmètre qu'elle explore depuis bientôt 10 ans, la société britannique "sollicite une prolongation du permis pour une durée supplémentaire de 5 ans", indiquant que dans l'hypothèse où ses investigations "indiqueraient une implantation de forage techniquement et commercialement viable, un puits d'exploration serait foré", pour un coût "aux alentours de 35 millions de dollars US". A ce prix-là, on se doute que MML n'a pas l'intention de creuser pour la seule beauté du geste. D'où les craintes des associations écologistes, convaincues que le gouvernement autorisera tôt ou tard les plateformes d'extraction en Méditerranée. Jusque là, rien ne permet de leur donner tort.

Récapitulons : en novembre 2002, un "permis exclusif de recherche d'hydrocarbures liquides ou gazeux" baptisé Rhône Maritime est accordé pour 3 ans à la société TGS-Nopec. En juillet 2005, quelques semaines avant l'échéance, TGS-Nopec sollicite le transfert de ce permis à la société Melrose Mediterranean Limited et sa prolongation pour 5 années supplémentaires, sur un périmètre réduit de moitié - 12 500 km² au lieu des 25 000 accordés en 2002. Le ministre de l'Industrie, à l'époque Thierry Breton, finit par accorder à la fois le transfert et la prolongation en octobre 2006, soit plus d'un an après l'expiration du permis initial. Cette nouvelle autorisation courait jusqu'au 19 novembre 2010. Quatre mois plus tôt, MML a donc réclamé une nouvelle prolongation de 5 ans aux deux ministres concernés, sans obtenir de réponse officielle. Ce qui ne l'a guère empêchée de lancer, entre novembre 2010 et février 2011, une vaste et coûteuse étude sismo-géologique de la zone, puis de réclamer, en mars 2011, la mutation partielle du futur permis au bénéfice de la société texane Noble Energy France, avec qui elle venait de conclure une convention de partenariat. Si le permis est délivré, Noble Energy en détiendra 72,5% des droits.

Pour l'heure, aussi bien Éric Besson que Nathalie Kosciusko-Morizet restent silencieux. Contactés et relancés à plusieurs reprises, leurs services n'ont toujours pas donné suite à nos demandes d'information. Seule manifestation récente de leur part : une demande du bureau de l'exploration et de la production des hydrocarbures (BEPH) du ministère de l'Écologie, qui s'inquiétait en juillet dernier des méthodes utilisées par MML pour ses forages d'exploration. En clair, le ministère souhaitait vérifier que la technique de la fracturation hydraulique, révélée par le débat sur l'exploitation controversée des gaz de schiste, ne faisait pas partie de la panoplie habituelle de MML. Depuis ce courrier, silence radio. Même la question écrite du député-maire (PS ) d'Ajaccio, Simon Renucci à Nathalie Kosciusko-Morizet est restée sans réponse. "Je l'ai déposée le 25 octobre, confirme-t-il. Je vais donc relancer la ministre par courrier pourqu'elle me réponde." Peut-être après la présidentielle.

 

Hervé VAUDOIT

 

Marseille : les chercheurs traquent les rivières de l'ombre

ImprimerRecommander

Publié le dimanche 03 avril 2011 à 18H36

Les explorateurs veulent mieux connaître les fleuves du Bestouan et Port-Miou

1 › 2

Signes, Sainte-Baume ? Des enquêteurs recherchent la provenance des sources qui alimentent Port-Miou et le Bestouan.

Photo Cyril Sollier

 

Rhône, tu n'as qu'à bien te tenir ! Le plus grand fleuve de Provence coule secrètement depuis la Sainte-Baume et peut-être le plateau de Signes pour se jeter dans la calanque de Port-Miou. Et c'est le même réseau de l'ombre qui alimente le Bestouan, toujours à Cassis. Ce réseau mythique, cette ressource souterraine, ne cesse de fasciner les explorateurs et de mobiliser les chercheurs. 

Depuis le début de l'année, une étude dirigée par le maître de conférences en hydrogéologie, Bruno Arfib, de l'Université de Provence, avec le chercheur Thierry Lamarque, a été lancée avec des produits de "traçage" des eaux souterraines pour aller plus loin dans la connaissance de ce réseau qui draine une nappe de quelque 1 000 km², avec ces résurgences dont les eaux froides saisissent les baigneurs dans les calanques. 

La dernière exploration date de 2008

Elle doit permettre aussi de mieux savoir comment les eaux souterraines circulent dans cet immense gruyère qu'est notre sous-sol calcaire, ce que les scientifiques appellent "karst". Et comment elles sont "polluées" près de la côte par les remontées d'eau de mer. Ces recherches, qui peuvent être précieuses pour notre alimentation en eau, viennent après de nombreuses explorations par les spéléologues. 

"En octobre 2008, je suis descendu dans le puits terminal de la rivière de Port-Miou à -179 mètres en dessous du niveau de la mer, 
expliquait il y a deux ans Xavier Meniscus, ancien plongeur de la Comex, avant une nouvelle tentative avortée. Auparavant, il m'avait fallu remonter les 2,5 km de cours à l'horizontale de la rivière souterraine depuis la résurgence sous le massif des calanques à - 40 mètres." 

Un niveau beaucoup plus bas il y a 10 000 ans

Pour cela, il faut utiliser dans la rivière obscure des scooters des mers et avoir l'assistance de compagnons de plongée pour baliser le parcours avant de se retrouver dans le puits. "Comme pour l'exploration des plongeurs, notre étude s'attache aux bizarreries de ce réseau, à sa part d'inconnu, indique Bruno Arfib. À l'image de cette rivière de Port-Miou, qui peut remonter à la verticale sur plus de 200 mètres, avant de couler presque à l'horizontal vers la mer." 

Ce qui semble montrer qu'il y a des dizaines de milliers d'années, le niveau de la Méditerranée était beaucoup plus bas et que Port-Miou se jetait à 2 ou 3 km au large, dans la fosse cassidaine. Il y aurait donc des échanges entre le cours actuel et cet ancien "lit" plus profond, avec des remontées d'eau salée. Mais tout cela est hypothétique. D'où l'utilité de cette étude sur l'ensemble du réseau avant qu'il se déverse dans ce massif unique au monde. 

L'impact du changement climatique


"Après nos injections de produits, nous attendons l'arrivée des eaux 'marquées' au barrage de la Société des Eaux à Port-Miou et pour le Bestouan au forage de la Fondation Camargo." 
Les relevés, sur ces sites et sur le parcours, sont quotidiens pour alimenter un "journal de la rivière souterraine" accessible en ligne au public (1). "Ce type de recherches, même si les moyens scientifiques sont complexes, rejoint les préoccupations de chacun sur cette eau qui est un bien commun." 

Car si les techniciens se demandent encore où ils peuvent capter ce fleuve à l'incroyable débit sans qu'il soit saumâtre, les chercheurs veulent aussi savoir quel est l'impact du changement climatique sur cette ressource. "Entre 2005 et 2007, le débit de Port-Miou et du Bestouan a baissé. Il est remonté aujourd'hui mais rien de définitif." 

Les spécialistes du laboratoire de géologie des systèmes et réservoirs carbonatés de l'Université de Provence, qui mènent leurs recherches avec le soutien de l'Agence de l'Eau, des conseils généraux du Var et des Bouches-du-Rhône et la Région, travaillent pour le moyen et le long terme. Sourciers sans baguette, ils sont suivis par les pays méditerranéens qui voient leurs fleuves en surface se tarir.

(1) www.karsteau.fr

 

Philippe LARUE

 

Une association d'experts se penche sur la source souterraine

Les 5500 hectares de calanques qui s'étendent entre Marseille et Cassis, sont classés depuis 1975.

La petite cité balnéaire accueillera les projets de forage pour percer le mystère de la rivière souterraine.

© FLORIAN LAUNETTE ARCHIVES LA PROVENCE

On l'appelle la rivière mystérieuse de Cassis. Depuis l'Antiquité, on connaît l'existence de ses résurgences dans la calanque de Port Miou et sur la plage du Bestouan, apportant un courant frais et éclairant de turquoise la mer. Dans les années 70, elle a livré un peu d'elle-même à la faveur d'explorations poussées; des plongeurs ont remonté les galeries sur plusieurs kilomètres, deux barrages ont été érigés dans une cloche d'air afin de réduire le phénomène de mélange d'eau douce à la mer. 

Mais personne ne connaît son débit, pas plus son origine: "Certains parlent de la Sainte-Baume mais pourquoi pas la plaine de Cuges ou le massif de l'Étoile? On n'en sait rien" tranche Louis Potié. Lui était des premières aventures: "À l'époque, la Datar avait estimé que la population marseillaise atteindrait deux millions d'habitants en 1990 et que l'on manquerait d'eau." Le Syndicat de recherches de Port-Miou qu'il présidait, le Bureau de recherche géologique et minières, la société des eaux de Marseille et la Comex ont alors visité les galeries pour envisager l'exploitation de cette rivière. 

En vain: elle a un fort taux de salinité, les travaux pour la dessaler ou remonter à la source seraient trop onéreux. Trente-cinq ans après, la belle souterraine fait toujours parler d'elle: elle fait l'objet d'une thèse et le karstologue Eric Gilli a récemment procédé à une nouvelle exploration ("La Provence" du 25 mars). Il pense savoir désormais à quel niveau s'effectue la "contamination" de l'eau. Selon Louis Potié, "on l'a toujours su, on n'est pas plus avancé". 

Désormais retraité mais toujours piqué du virus de l'exploration, ce dernier a regroupé de grands noms de la géologie, la spéléo, l'industrie et la recherche, dont de nombreuses personnes qui furent des premières aventures, au sein de l'association "Cassis la rivière mystérieuse, groupe euroméditerranéen d'investigations sur les sources côtières". "Au monde, c'est l'une des plus grandes rivières souterraines en partie explorées. Poursuivre la recherche représente un intérêt majeur afin de mieux connaître les autres phénomènes de réseaux souterrains karstiques du bassin méditerranéen,pour lesquels l'eau est une denrée rare: on sait par exemple que sous le désert libyen coule de l'eau douce"

Comment remonter plus loin, utiliser cette eau pour la consommer et irriguer les terres: l'association "Cassis la rivière mystérieuse" entend dès cet été reprendre les recherches dont les applications sont internationales. Il n'est pas dit qu'un jour, enfin, la rivière de Cassis ne lève le voile sur ses mystères.

Par Carole Barletta ( cbarletta@laprovence-presse.fr )

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 16:56

DSC03884

Voilà c'est dis, la dernière de l'année se fait à la vieille chapelle de Cassis le vendredi 30 Décembre 2011. Cette année exceptionnelle en rebondissement de tout poils se clôturera ce soir là avec les amis qui ont été les acteurs de toutes ces aventures rocambolesques que vous avez suivi tout au long de l'année. Pour l'occasion il y a les galinettes, la pêche du Sud, le pêcheur des calanques, des amis et bien d'autres...

Mais cette année nous ouvrons nos portes à tous les lecteurs qui nous ont suivi, c'est un peu l'occasion de se rencontrer et d'échanger ses idées car ce style de rencontres est très important pour nous.

Si le coeur vous en dis, pointez vous vers les cinq heures avec de quoi grignoter, du café chaud et un coup à boire, nous on aura fait pareil...pour nous avertir de votre arrivée laissez un commentaire ici ou chez les galinettes ou la pêche du sud ou le pêcheur des calanques...

Au passage nous vous donnons les quelques photos de nos maigres sorties de ces derniers jours, allé bises et à bientôt au bord de l'eau !

DSC03877

DSC03878

DSC03896

DSC03880

Pauvre pagre le lendemain...mais quel délice !!!

DSC03902

En deux coups de couteau les filets sont dégagés, facile, pratique et presque sans arrêtes.

DSC03912


Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 18:39

      La chance et la richesse d'habiter dans notre région c'est tout ce loisir que nous avons de pouvoir observer les saisons, se poser les questions qui finissent toujours par aboutir un jour ou l'autre, d'insister dans un concept même si il n'est pas toujours parfait, car la pêche est un art de vivre qui a aussi pour but de farfouiller dans l'escarcelle de ses possibilités physiques et mentales pour y trouver un certain aboutissement. Pour nous c'est la découverte de terres nouvelles, des postes lointains qui nous mènent bien souvent dans les méandres de la folie, de nouvelles connaissances qui se joignent à nous et qui contribuent à nous ouvrir encore et encore de nouveaux horizons. Oui  la pêche c'est un art de vivre et de partage qui ne doit pas être mis en danger par les poissonnards...heu...les viandards qui ne vivent que pour vider la mer de sont sens et font la honte de notre sport favori.

Nous avons volontairement éludé l'avancement des travaux du parc des calanques pour voir si un des blogs en parlait un peu...Hé bien non tout le monde s'en fout comme de l'an quarante, pourtant ceux qui se montrent au bras d'un poisson en l'espoir que l'on les reconnaissent à AUCHAN pouvaient faire cela, nous sommes aux portes de son "ouverture". Les comptes rendus des nombreuses réunions mises bout à bout et publiées un peu de partout nous ont éclairé sur le marasme politique qui tourne autour. Globalement, tous les acteurs de la mer ont votés contre le projet du parc des calanques, car à la lecture du énième décret tout n'est pas encore clair tant l'affaire est compliquée à mettre en oeuvre. Monsieur TEISSIER est attaqué de tous les bords par ses rivaux politiques qui s'en donnent à coeur joie et trouvent dans cette démarche de restriction, une porte grande ouverte pour récupérer des électeurs fâches. Malgré tout, les travaux dans la carrière de port Miou ont commencés, une énorme tranchée qui part du parking et qui va jusqu'au futur poste de garde est à présent terminé, il ne reste plus qu'à construire le poste. Si rien ne sera interdit comme l'afirme les protecteurs des calanques alors pourquoi mettre un poste de garde pour filtrer le passage ? Comme vous l'avez déjà compris ce parc est aux portes de voir le jour, il entre en vigueur dès le mois prochain si rien ne se complique et certaines zones abandonnées car jugées inutiles se voient à nouveaux faire partie de la très très large zone de sommeil. Bon évidement ceux qui ne pêchent pas à Cassis ou dans les calanques de Marseilles n'en auront rien à foutre, mais pour la plupart des pêcheurs acharnés qui n'hésitent pas à marcher plus d'une heure dans la rocaille millénaire devront passer ailleurs.  Pour résumer un peu, dès callelongue jusqu'aux portes de Cassis, y compris Cacau (cacaou), il sera défendu de pêcher mais pas que ça. Pas de filets, pas de plongeurs, plus de visites en bateaux, la circulation terrestre ou maritime sera tout simplement interdite cetains jours et tout l'été par un décret déjà pris en 2006.

CALLELONGUE 300


Ce que je salue au passage c'est la façon dont tout ça nous a été présenté au départ, alors que nous étions les seuls à dénoncer une pratique politique vieille comme le monde qui consiste à minimiser les choses et à ne pas parler du vrai sujet, peu à peu on découvre avec horreur que l'on nous a menti en ne disant pas toute la vérité. Aujourd'hui, La ciotat à signé contre le parc des calanques pour un peu tout cela, Cassis également, Carnoux, Ceyreste et presque tous les arrondissements de Marseille concernés par le parc car au jour d'aujourd'hui l'équipe " qui pense" dans le GIP n'est pas en mesure de finaliser correctement ce projet, à n'en pas douter nous allons avoir droit à un saucissonnage ignoble des derniers décrets pour qu'il puissent passer en force. 

 http://www.marsactu.fr/2011/11/10/parc-national-des-calanques-derniere-semaine-pour-une-enquete-publique-mouvementee/.

Au début de l'article je vous disais que nous avons de la chance d'habiter dans une région libre qui ne nous impose pas de restrictions d'autant que nous respectons la nature et que nous sommes discrets sur nos anciennes traditions. He bien il faut se rendre à l'évidence les braconniers de tout poils ne se cachent même plus et vendent presque à l'étalage, on assite à des chalutages directement à la sortie des ports. Nous allons remercier tous ces gens qui ont largement contribué à faire germer le vent des interdictions sur nos calanques et sur plus de milliers d'éctares...

En partenariat avec alainpaddy , la peche du sud , surfcasting-shop et les rares sites ou blogs qui ont parlé de ce décret fraîchement né, vous allez découvrir la dernière rigolade que nous allons subir. Les contrôles ont déjà commencé dans le Var et vont s'étendre chez nous comme une maladie. Vous êtes prévenus et nous vous conseillons de lire les quelques lignes que nous avons sélectionnées pour que vous puissiez vous y reconnaître facilement.

27 mai 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 45 sur 144

. .

Décrets, arrêtés, circulaires

TEXTES GÉNÉRAUX

MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE, DE L’ALIMENTATION, DE LA PÊCHE,

DE LA RURALITÉ ET DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

Arrêté du 17 mai 2011 imposant le marquage des captures

effectuées dans le cadre de la pêche maritime de loisir

NOR : AGRM1107007A

Le ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire,

Vu le règlement (CE) no 850/98 du Conseil du 30 mars 1998 visant à la conservation des ressources de pêche par le biais de mesures techniques de protection des juvéniles d’organismes marins ;

Vu le règlement CE no 2371/2002 du Conseil du 20 décembre 2002 relatif à la conservation et à

l’exploitation durable des ressources halieutiques dans le cadre de la politique commune de la pêche ;

Vu le règlement (CE) no 1967/2006 du Conseil du 21 décembre 2006 concernant des mesures de gestion

pour l’exploitation durable des ressources halieutiques en Méditerranée et modifiant le règlement (CEE)

no 2847/93 et abrogeant le règlement (CE) no 1626/94 ;

Vu le règlement (CE) no 1224/2009 du Conseil du 20 novembre 2009 instituant un régime communautaire de

contrôle afin d’assurer le respect des règles de la politique commune de la pêche ;

Vu le règlement (CE) no 1288/2009 du Conseil du 27 novembre 2009 instituant des mesures techniques transitoires du 1er janvier 2010 au 30 juin 2011 ;

Vu le code rural et de la pêche maritime, notamment le livre IX ;

Vu le décret no 90-94 du 25 janvier 1990 modifié pris pour l’application de l’article 3 du décret du 9 janvier 1852 modifié fixant les conditions générales d’exercice de la pêche maritime dans les eaux soumises à la réglementation communautaire de conservation et de gestion ;

Vu le décret no 90-95 du 25 janvier 1990 pris pour l’application de l’article 3 du décret du 9 janvier 1852 modifié fixant les conditions générales d’exercice de la pêche maritime dans les zones de pêche non couvertes par la réglementation communautaire de conservation et de gestion ;

Vu le décret no 90-618 du 11 juillet 1990 modifié relatif à l’exercice de la pêche maritime de loisir ;

Vu l’arrêté du 15 juillet 2010 déterminant la taille minimale ou le poids minimal de capture et de débarquement des poissons et autres organismes marins ;

Considérant l’adoption de la « charte d’engagements et d’objectifs pour une pêche de loisir éco-responsable » signée le 7 juillet 2010 dont l’un des buts est la lutte contre les ventes illégales de produits de la mer,

Arrête :

Art. 1er. − Le présent arrêté s’applique à la pêche maritime de loisir exercée sous toutes ses formes à pied, du rivage, sous-marine ou embarquée.

Il s’applique dans les eaux sous souveraineté ou juridiction française.

Art. 2. − Dans la zone et pour les activités de pêche visées à l’article 1er, les spécimens des espèces pêchées dont la liste est annexée au présent arrêté doivent faire l’objet d’un marquage. Ce marquage consiste en l’ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale.

Art. 3. − Les spécimens des espèces pêchées par des plaisanciers embarqués ou des pêcheurs sous-marins pêchant à partir d’un navire sont marqués dès la mise à bord, sauf pour les spécimens qui sont conservés vivants à bord avant d’être relâchés. Le marquage s’effectue, dans tous les cas, avant le débarquement.

Pour les pêcheurs sous-marins pratiquant à partir du rivage, ce marquage doit intervenir dès qu’ils ont rejoint le rivage.

Pour les pêcheurs à la ligne pratiquant depuis le rivage, ce marquage doit intervenir dès la capture.

Art. 4. − Hormis l’opération de marquage, les spécimens pêchés doivent être conservés entiers jusqu’à leur débarquement, le marquage ne devant pas empêcher la mesure de la taille du poisson.

27 mai 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 45 sur 144

. .

Art. 5. − Tout manquement aux présentes dispositions, notamment en ce qui concerne le marquage, peut donner lieu, indépendamment des sanctions pénales susceptibles d’être prononcées, à l’application d’une sanction administrative prise conformément à l’article L. 946-1 et L. 946-4 du code rural et de la pêche maritime ou à des mesures conservatoires prises conformément à l’article L. 943-1 du même code.

Art. 6. − Le directeur des pêches maritimes et de l’aquaculture et les préfets de région concernés sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 17 mai 2011.


Pour le ministre et par délégation :

Le directeur des pêches maritimes

et de l’aquaculture,

P. MAUGUIN

 

 



 

A N N E X E

LISTE DES ESPÈCES DEVANT FAIRE L’OBJET D’UN MARQUAGE

NOM COMMUN                                                                      NOM SCIENTIFIQUE

Bar/loup                                                                             Dicentrarchus labrax

Bonite                                                                                Sarda sarda

Cabillaud                                                                            Gadus morhua

Corb                                                                                  Sciaena umbra ( bientôt protégé)

Denti                                                                                 Dentex dentex

Dorade coryphène                                                               Coryphaena hippurus

Dorade royale                                                                     Sparus aurata

Espadon                                                                            Xiphias gladius

Espadon voilier                                                                   Istiophorus platypterus

Homard                                                                             Homarus gammarus

Langouste                                                                          Palinurus elephas

Lieu jaune                                                                          Pollachius pollachius

Lieu noir                                                                            Pollachius virens

Maigre                                                                               Argyrosomus regius

Makaire bleu                                                                      Makaira nigricans

Maquereau                                                                         Scomber scombrus

Marlin bleu                                                                         Makaira mazara

Pagre                                                                                Pagrus pagrus

Rascasse rouge                                                                  Scorpaena scrofa

27 mai 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 45 sur 144

. .

NOM COMMUN                                                                    NOM SCIENTIFIQUE

Sar commun                                                                      Diplodus sargus sargus

Sole                                                                                 Solea solea

Thazard/job                                                                      Acanthocybium solandri

Thon jaune                                                                       Thunnus albacares

Voilier de l’Atlantique                                                          Istiophorus albicans

Donc attendez vous  à vous trouver confronté à un contrôle de vos prises, la taille et le marquage va être passé au peigne fin, ceux qui reviennent avec des blanquettes de deux cent grammes, des petits loups ou des sars pas maillés risque d'avoir une drôle de surprise.... A bon entendeur, salut !

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 12:39


DSC02999

Il n'y a qu' à regarder les magazines de pêche pour s'en convaincre, les pêcheurs qui leurrent les poissons sont les plus forts. Ainsi une nouvelle vague de poissons artificiels profitent des dernière avancées pour séduire des poissons las de voir du bibi de chine, des mourons en boite ou des sardines congelées. Ils ne connaissent pas encore bien tout ces leurres qui peuvent causer leur perte, d'ici quelques années ce ne sera plus le cas comme dans l'atlantique où un artificiel ne fait recette qu'un temps à vous de vous y mettre au plus vite. Le poissons apprends rapidement, très rapidement même et il est tout à fait envisageable de croire qu'il se méfie maintenant un peu des appâts que nous leur présentons.

Nous avons été séduit par toute une lignée de leurres, de faux vers bourrés d'atractans, madaï-jig, calamarettes etc etc...

DSC03028

exceptionnellement, Orlando tire un grand coup de fusil dans la foire des prix avec un achetté et l'autre à moitié prix sur l'ensemble de gammes des leurres. De plus il va vous mettre sur la bonne voie en vous expliquant les techniques d'animations en fonction du leurre et même vous faire la démonstration sur un poste. L'année dernière des groupes ont fait leur premières armes au barracudas grâce à lui, comprendre les mécanismes, anticiper voilà un beau programme de pêche et ça par contre...c'est gratuit!!!

DSC03023

DSC03020

DSC03036

DSC03029

DSC03062

DSC02997

DSC03050

 

 

Des promos et fins de série soldés...

DSC03038

DSC03037

DSC02998

DSC03059DSC03060

DSC03070Dès Vendredi le beau temps reviens pour repartir au mauvais, profitez de ce court répis pour aller roder vos scandalles près de l'eau, en tout cas nous on y sera !!!!!!!!




Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 23:02

Les appâts.

DSC03074

Les mourons de cette taille sont des appâts d'exception, combien de temps croyez vous qu'un gros poisson va résister à ça ? 10 euros la boite.

DSC03071

Des vers de chalut rouge gorgés de mucus odorant...

DSC02989

Si vous passez à côté des gravettes, inutile d'insister les daurades se les servent à l'apéro vers midi avec le RICARD...

DSC03066

Coupez en deux ces bibis xxl et les effluves vont attirer toutes les convoitises des plus gros poissons...

DSC03067

Des piades en friandises pour trouver les sparidés indécis et gavés de cacahuètes...

DSC02991

La pêche est une ensemble de choses, nous vous l'avons prouvé ces jours-ci avec la prise de nombreux marbrés timides, notre secret n'est pas compliqué à réaliser car il suffira de se procurer les bons appâts au bon endroit.

En ce moment il est possible de profiter de remises dans le magasin de notre ami ORLANDO. les fils qui vous sont présentés ci-dessous représente le "dur" des fils, impossible de vous tromper car nous les connaissons depuis longtemps et sont des bêtes de technologie, mais la nouvelle mouture arrive alors il faut faire un peu de place dans la boutique, C'est les soldes tout simplement comme pour les fringues les gars !!!

DSC03000

Les fils passe partout mais déjà très impressionnants...

DSC03002

Attention à ce fil il ne casse pas facilement même en petits diamètres, il faudra mettre la canne à l'horizontale et faire beaucoup de chemin en arrière pour rompre, par contre c'est un régal au toc.

DSC03003

Le dorada c'est mon fil à moi, il est parfois trop résistant en cas d'accroche dans les rochers, 25 centièmes, 8kilos quatre cent c'est un diamètres maxi dans la roche. Pour des marbrés 20 centièmes seront même de trop.

DSC03004

A mettre impérativement dans en corps de ligne, il est inusable et il faut deux années pour commencer à voir de signes de fatigue même dans la roche.

DSC03006

La plupart des pêcheurs ne pourront pas venir à bout du 3G, c'est la gamme technique de YUKI.

DSC03007

DSC03008

Ci dessous le ATKO est un fil se met en bas de ligne, il offre une résistance si importante même avec des diamètres ridicules qu'il déroute dès qu'on s'acharne à le couper, si, si c'est de la magie...

DSC03009

25 centièmes 8 kilos 500, vous pouvez Facilement descendre en dessous sans risques...

DSC03010

Le massimo c'est le plus abouti des fils du marché, inutile de se prendre la tête avec il sait tout faire avec un gros plus pour la résistance et la longévité.

DSC03011

Nous avons testé cette sélection de fil qui offrent un niveau technique rassurant pour les gros utilisateurs comme nous. Pas de casses ou si peu, des records d'invisibilité pour les fluoros. Dans l'ensemble il  a des fils pour tout le monde, du lanceur de gros plombs aux pêcheurs de rock fishing mais un règle s'impose devant autant de technologie. Ne sur-estimez pas vos diamètres car un 20 centièmes qui résiste à plus de cinq kilo a peu de chance de casser sur un marbré ou une sole de cinq cent grammes, pire, une daurade de deux kilo ne viendra pas à bout de ce fil non plus alors restez zen.

Dès vendredi la belle saison revient, déposez vos anciens fils et essayez à votre tour la gamme que nous vous avons présenté, seul problème c'est qu'après...tout vous semblera si facile qu'il vous sera difficile de faire sans eux...

 


Les moulinets abordables:

DSC03045

OKUMA c'est une marque vraiment sérieuse qui propose des moulinets très haut de gamme sans poignarder le client, le modèle ci dessous vaut 75 euros, faite le tour et vous comprendrez.

DSC03048

DSC03046

Ci dessous c'est un le modèle aux des alentours de 90 euros, matez les prestations...

DSC03041

 


Là c'est au delà de mille euros, non c'est juste pour l'oeil.

DSC03052

DSC03054

Taille de guêpe.

DSC03058

On dirait que la bobine va s'envoler vers le ciel...

DSC03055

Si vous voulez avoir un produit présenté et surtout connaitre son prix rendez vous sur le magasin ligne d'ORLANDO ou cliquez sur la première image.

Le prochain article c'est les tout nouveaux leurres en avant première.

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 06:44

logo 

Afin d'assurer au mieux l'information qui nous concerne en tant que pêcheur nous sommes abonnés à tout un tas de revues, nous consultons beaucoup les organismes officiels qui font les lois, nous essayons de décrypter au mieux les menaces qui nous viennent souvent de très loin...

Vous qui êtes bien assis sur vos traditions ancestrales, sur vos petites manies halieutiques provençales bien légitimes car induites par des siècles de transmissions parentalessont aujourd'hui menacées d'extinction purement et simplement.

Pourquoi affirmer avec autant de certitudes la venue d'une énorme vague de décrets sur nos épaules ? La réponse est simple...

Pour se donner bonne conscience le gouvernement veut s'entourer d'organismes officiels qui font vivre administrativement la pêche. Ha oui vous ne saviez pas que la pêche est gérée par des gens qui pensent vous représenter et se nomment porte parole des pêcheurs ? Première erreur...Il y a même une sorte de guerre à qui sera le plus administrativement correct pour être le plus proche des élus. Nous pensons que la moins pire c'est  FFPM (fédération française des pêcheurs en mer) car ils poussent (doucement hein)le gouvernement à réviser certains points négatifs qui vont un peu trop loin et déstabiliser durablement le monde le pêche amateur. Par contre c'est une fédération qui va par ailleurs demander de se fédérer et par là même vivre des cotisations versées. Un peu comme un syndicat qui vit pour défendre le travailleur, le jour où tout va bien ce syndicat devra trouver une faille pour justifier son salaire, une sorte de Zorro mais à qui il faudra mettre une pièce dans la fente pour qu'il vous écoute...

 frioul 15062011 001

Le monde que vous proposent les fédérations, les associations, les clubs (même) c'est de faire lien entre les autorités gouvernementales et vous pour trouver le bon chemin dans les dédales de décrets qu'imagine le gouvernement pour nous soutirer de l'argent. Parce que le fond du problème c'est bien ça, comment nous tirer du pognon en nous faisant croire que ça va servir pour la planete nommée la charte de pêche éco responsable. J'ai presque envie de dire que nos penseurs à la tête vide n'ont d'ailleurs qu'une seule idée en mémoire, c'est ramasser de l'argent, n'allez surtout pas croire que le poissons ou la continuité de la vie les préoccupent, seul la hiérarchisation de notre argent fait foi car il suffit d'interdire les pêcheurs aux filets racleurs pour que les espèces se voient augmenter de manière spectaculaire, essayez de dire le contraire...

On va reprendre. Il y a une loi qui vise à lutter contre le braconnage, pour cela tous les amateurs ( qui sont considérés comme braconniers) vont devoir se déclarer officiellement auprès de qui ?( on n'a pas compris si c'est gratuit ou payant bon passons).

Une gestion des ressources: Augmentation des tailles légales de prises, ajouter ou retirer espèces menacées ou déclarées menacées, une période repos pour biologique pour certaines espèces et la limitation des prises journalières. Voilà tout ce qui ne concerne que les professionnels, les amateurs n'ont pour ainsi dire jamais l'occasion de se "limiter" tant la mer se vide à grands pas, jamais je n'ai eu le sentiment de faire un carnage pour me limiter à ce point.

 DSC02353 DSC02352

Messieurs de la fédération française des pêcheurs en mer, vous vous trompez de copains...les quatre couillons qui pêche le samedi ou le dimanche en été aux abords des plages n'ont pas besoin de payer ou de se déclarer en préfecture pour aller pêcher pourquoi ?

Une cannes à pêche vaut 50 euros( et encore c'est de la merde), les accessoires nécessaires valent autant, les appâts vous coûtent 25 euros par sorties soit 200 euros par mois pour une pêche par semaine. Vous considérerez à tort que nous avons échappé au permis de pêche par vos soins mais attendez...les élections nationales sont encore assez loin et les instances demandent à ne pas pousser trop loin "le bouchon" mais c'est juste pour mieux se réorganiser après c'est pour cela que les consultations existent, c'est juste pour savoir si c'est glonflé de faire une charte, le reste il le feront sans vous... Vous feriez mieux de jouer réellement en notre faveur au lieu de se faire marionettiser par un gouvernement qui ne réagit qu'au bon vouloir de brucelles, ne pense qu'à vider les caisses de gens faibles pour aller profiter du luxe dans les pays pétroliers. Occupez vous de vos concours de pêche où les tout petits poissons sont gardés au cas où ils feraient la maille car il y a de beaux lots à la clé et de la notoriété. Si vous faites appliquer vos propos vous pouvez fermer les concours car les concurents pêchent avec du 10, même un tout petit sar ne pourra pas être conservé en vie car ils avalent jusque dans les entrailles. Opposez vous catégoriquement à ce méandre de conneries que déverse le gouvernement sur nos vies, d'ailleurs combiens d'entre vous dans le top dix êtes des pêcheurs actifs ? Mélangez vous pêche dans le Nord et le Sud ? Pfffff, allez jouer aux billes dans le cour de l'Elysée peut être que le président vous remarquera comme les stars le font à la sortie des concerts de rock...

 

Nous nous allons directement traiter le problème à la source avec notre carte d'électeurs, vous verrez qu'avec ce genre d'idées dans le sud on peut se retrouver en dehors du circuit en moins de temps qu'il ne faut pour le dire...

 

Lecteurs de SILVERPECHE le message est passé  il va s'appliquer pendant l'été, vous savez quand tout le monde est en congés, l'essence, les péages, l'éducation, les impôts, les taxes, un gouvernement encore plus lâche que les autres et nous vous tenons au courant au fil  des jours, alors restez en ligne... 

DSC02550 DSC02567

DSC02065 DSC02149

DSC02159

 

le ciel lui tombe sur la tête

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 09:29

 

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L'ALIMENTATION, DE LA PÊCHE,
DE LA RURALITÉ ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

Notre ami Alain PADDY alainpaddy.blogspot.com/ Nous relaye une information assez important sur L'actualité de nos pratiques de pêche, est né une nouvelle série de contraintes par le ministère que tout pêcheurs en mer français devra observer au plus vite, voyez plutôt...

 

Le marquage des poissons:

Afin de prévenir du braconnage, revente illégale des prises, tout pêcheur du bord devra "marquer" son poisson dès la capture, il faudra pratiquer l'ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale pour être conforme et ainsi ne pas être considéré comme un voyou. Le poissons doit être conservé entier pour permettre sa mesure ( oulàlà ça sent pas bon ça). Pour les plongeurs c'est dès la sortie de l'eau et pour les plaisanciers lors du débarquement au quai.

Qui fait quoi:

Les directeurs des pêches maritimes, les préfets de régions seront chargés de faire respecter ces nouvelles dispositions dans les compétences qui les concernes sans préciser vraiment qui verbalisera.

les espèces à marquer impérativement si il n'est pas relâché:

N'allez pas couper la nageoire un poisson que vous allez remettre à l'eau, on vous en parle par ce que cela fait le deuxième marbré qui est pris avec une nageoire coupée au ciseau, franchement, il n'est pas demandé de mutiler ses prises pour rien...

Bar/loup              Dicentrarchus labrax
Bonite                 Sarda sarda
Cabillaud             Gadus morhua
Corb                   Sciaena umbra
Denti                   Dentex dentex
Dorade                coryphène Coryphaena hippurus
Dorade                 royale Sparus aurata
Espadon               Xiphias gladius
Espadon voilier      Istiophorus platypterus
Homard                Homarus gammarus
Langouste              Palinurus elephas
Lieu jaune              Pollachius pollachius
Lieu noir                 Pollachius virens
Maigre                   Argyrosomus regius
Makaire bleu          Makaira nigricans
Maquereau              Scomber scombrus
Marlin bleu              Makaira mazara
Pagre                      Pagrus pagrus
Rascasse rouge        Scorpaena scrofa
Sar commun            Diplodus sarraus sarraus
Sole                        Solea solea
Thazard/job            Acanthocybium solandri
Thon jaune               Thunnus albacares
Voilier de l'Atlantique Istiophorus albicans

Dans cette toile imaginé par une bande de penseurs en costume on peut observer que les trois quart des espèces citées ici ne seront jamais prises par des pêcheurs du Sud comme nous. Remarque, ça va être tranquille pour les gardes ( pour nous aussi)car on ne parle pas de marbrés, pas de calmars, pas de seiches ni de poulpes, on parle de sar commun mais pas de veirade ou de tambour, pas de muges, pas de poissons de roches bref, la liste est longue... Nous côté marlin on est pénards nous...Ces lignes ont été encore écrites par un mec au fond d'un bureau qui s'est vu collé un dossier dont il n'a rien à foutre et ne connais de la pêche que les lignes écrites à Bruxelle un soir de crise.

Je voudrais saluer le gouvernement qui s'acharne à vider nos loisirs de tout leur sens, je salue également le manque d'humanité qui fait penser que les hommes sont forcement des contrevenants, ils pénalisent sans vergogne des petits pêcheurs, qui, quand bien même vendent quelques poissons de temps en temps pour payer du matos ou ses appâts devenus hors de prix, ne font pas les dégâts que fait d'autres catégories lourdement équipés. Nous pensons sincèrement que tout ça nous mènent doucement vers un permis de pêche et ça c'est juste la vaseline avant l'impact...Nous n'avons pas attendu pour transmettre à nos enfants tout l'amour et le respect de la mer, le devoir de ne pas vider les eaux et l'importance de se mesurer même de très jeune. La contemplation de l'immensité, sentir les embruns à plein poumons les yeux fermés, connaître les lieux et son histoire, la joie de remettre un petit poisson de roche rutilant dans son élément voilà ce que nous pouvons en dire.

Personne à ce jour n'est vraiment contre une vrai réglementation mais encore une fois c'est une mesure qui va laisser les amateurs sur le carreau, ceux qui placent des palangres de plusieurs centaine d'hameçons et qui vendent dans les restaurants passerons facilement à côté de cette nouvelle série de décrets.

Par contre n'attendez pas pour marquer votre poisson car c'est déjà actif et vous risquez la prune, d'ailleurs si vous en prenez une faite nous la photo du PV histoire de prouver que ça marche, à bon entendeur salut !

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO, GEGE. - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 14:02

 

j0178228ient de paraître la charte n° 4 sur le futur parc des calanques, il y a beaucoup de bonnes nouvelles en ce qui nous concernent en tant que pêcheurs. Nous n'irons plus au parc des calanques car pour nous, il n'existera peut être tout simplement plus...



La partie qui nous tient le plus à coeur c'est l'abandon de la zone de non pêche à Cassis, en effet la pointe Cacau va être semble t'il libérée des cartes des restrictions.il subsistera peut être quelques trucs mais ils n'en parlent pas dans la charte, par contre les contrôles vont pleuvoir, ça, c'est sur !!!

CACAU 1

Marseilleveyre va être tout aussi libre que Cassis sauf peut être l'extrême des calanques mais de toute façon c'est pas accessible à pied, donc on s'en fout !

Le Frioul est pour l'instant laissé de côté aussi. 

FRIOUL3

Le corb va être enfin protégé au même titre que le mérou ce qui représente une très bonne nouvelle mais qui comporte un sérieux problème quand même. Personnellement j'ai pris une fois un beau mérou à Port Vendres piqué dans la joue, en passant la main ( entière) dans la bouche je l'ai libéré de mon hameçon. Par contre je n'ai jamais pris de corb ailleurs que bien au fond, un peu comme le marbré et cela va nous obliger à remettre à l'eau un poisson qui va mourir...Bon, si ça empêche de prendre un gros PV.

Ce parc verra le jour, du moins ce qu'il en reste, courant Décembre.

Ci dessous, voilà ce que représente la bande des 300 mètres, où normalement les bateaux de plus de 25 mètres ne pourront pas entrer.

CALLELONGUE 300

Remercions sincèrement ici tous les manifestants qui ont pris de leur temps pour montrer au dirigeants que nous ne pouvions pas nous laisser faire sans rien dire. Faire comprendre qu'un parc ne dois pas être aussi méprisant vis à vis de nos libertés ancestrales. Un parc oui car sur ce point nous sommes tous d'accord, mais pas dans des zones qui ne servent à rien car la pointe Cacau n'a aucun sens, ni callelongue, ni le Frioul. Sur ces zones il n'y a aucun poisson noble qui y pond ou qui y reste de façon durable, faire des zones de non pêche sur des postes de bref passage c'est un peu comme faire un pansemant sur un jambe de bois. Faire comprendre que l'on ne commence pas à tout interdire et effrayer tout une population pour au final revenir sur tout, une progression aurais été mieux comprise par tous, à commencé par des lieux utiles.

Tout ceux qui ont lu nos lignes, ceux qui vont lire celles-ci doivent comprendre les mécanismes du déclenchement de la fin de nos libertés. Nous sommes passés à côté d'un truc vraiment important, il s'en est fallu de peu pour que des zones entières soient fermées. L'activité humaine est en première ligne, forcement, le comportement de certains a poussé des cerveaux avides de vangeance à nous passer à la moulinette. Ne reproduisons pas les mêmes erreurs, soyons les plus irréprochables possibles car il est tout à fait probable que dès les élections présidentielles de 2012 finies cette affaire risque de reprendre forme.

DSC00783

DSC00140

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO. - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 08:47
Ceux qui avait espèré la réduction importante du parc des calanques vont être déçu. Je me suis tapé les 107 pages administratives de la dernière assemblée publique, plus les alinéas, plus les autre lignes écrites de tous les côtés pour avoir une idée assez claire de notre situation car beaucoup d'entre vous m'ont demandé de synthétiser tout ça.
Au fil des mois les acidités entre bandes rivales s'est un peu adoucie mais les contenus restent globalement les mêmes avec quelques différences, les seules vraies innovations concernent La Ciotat qui veut( et qui va sûrement) rentrer dans le parc pour y englober l'île verte, la carte de pêche est passée presque sous silence( ouf...) et l'abandon de la zone de non pêche entre le Frioul et Le château d'If ( hopital Caroline). La zone de non pêche qui va concerner le frioul sera tout autour du port mais parions que le tracé va évoluer encore et encore pour englober peu à peu le tiboulen.
Ci dessous en bleu l'ancien tracé et en rouge le nouveau mais c'est aproximatif. Le poids de la contestation à pesé lourd dans les lignes des interdictions.
frioul google
Il va y avoir la création d'une police environnementale( police des mers) chargée de surveiller jour et nuit le parc les zones de totales non pêche, les feux de bois allumés la nuit vont être particulièrement surveillés et très fortement punis.
Preuve que les textes ne sont pas encore aboutis car la pêche de loisir reste dans le flou, on parle d'une réglementation qui pourrais voir le jour pour déterminer la taille minimum des poissons à une époque de l'année...tout ça tout ça...Par contre ce qui est bien établi c'est la circulation des bateaux surtout en été. Les engins de plus de 25 mètres devrons se tenir dans une bande maxi de 300 mètres et ne pourrons pas entrer dans les criques. On pense que les visites guidées sont visées, certaines calanques seront totalement interdites aux bateaux voile ou moteur, on parle même de limiter la vitesse à quelques noeuds( à quand les radars flottants ?).
cassis nuit2910
les pros sont directement concernés car certains postes comme Cassidaigne seront définitivement fermés et fermement encadrés par la police, mais encore une fois c'est assez vague et on sent bien que tous les monde y va doucement sur la pédale car à mon avis les élections de 2012 qui arrivent pèsent plus lourd dans la balance que quatre poissons pourris dans les filets des pêcheurs, de plus la direction de l'UMP se priverais de milliers de bulletins de vote si précieux dans la balance.
Mis à part ça rien de nouveau pour nous, pas de réduction significative sauf un moratoire ( en gros c'est une interdiction ou une protection si vous préférez) sur le Corb car il a été constaté qu'il a presque disparu, bon... Ce qui devais arriver en Juin va arriver en fin d'année sans plus de vraies dates.
Nous ouvrons une parenthèse pour mettre à jour un certain nombre de choses qui nous portent fortement tort. Les lieux de pêche sont de vrai dépotoirs, il y a de tout, Mac Do, canettes, mégots, emballages, bouteilles en plastique même loin des villes. Les maires des communes du littoral ne veulent plus supporter cette image de décharge publique dans leur circonscription car cela donne angle de mauvais élève et ils jouent leur mandat de députés si ils ne réagissent pas. Les poissons pris sont bien souvent que des individus de moins de deux cent grammes, il suffit de regarder les bacs des pêcheurs, marbrés juvéniles, sars de 100 grammes, blanquettes minuscules... Il faut montrer à tous le monde que nous sommes capables de remettre à l'eau les poissons, faites des vidéos ou des photos de remise à l'eau on les publiera. il faut montrer que nous n'avons pas besoin de règles pour préserver notre patrimoine car il nous pend au nez une série de décrets qui interdira à tous l'accès à nos lieux préférés. Votre contribution est essentiel et il faut peu de choses pour que cela se voit immédiatement, un sac en plastique pour mettre les déchets que l'on jette à la poubelle près de la voiture rien de plus. Personne ne fait de nettoyage au bord de l'eau c'est la mer qui passe le balaie, mais ces déchets ne s'évanouissent pas ils sont simplement transportés par les courants et ils peuvent s'échouer sur un poste qui abrite normalement des beaux poissons, qui vont fuir jetant tous les espoirs de faire une belle pêche dans les oubliettes.
DSC01015
Une partie de Canaille va être pris, c'est la moins mauvaise nouvelle, sauf pour ceux qui y pêchent mais on en connais aucun...Qui pêche régulièrement à canaille et quoi ?

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO. - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 08:19

Image du Blog magiejacynthe.centerblog.net
 

Carte des espaces proposés en Coeur de Parc et pris en c

 

Vous l'avez peut être remarqué ou entendu, le gouvernement s'en prend aux chasseurs cette semaine avec la Suppression pure et simple de plusieurs jours de chasse par an au coeur du passage d'une espèce donnée ( un peu comme si on nous interdisait de pêcher au calmars en décembre), fait monter en puissance une sorte de révolution. Nos amis sont déjà extraordinairement bien étranglés sous le poids des restrictions, le prix scandaleux du permis, pour ne chasser au bout du compte que du gibier d'élevage lâché la veille la plus part du temps. Les pêcheurs d'eau douce eux aussi subissent des restrictions importantes dans le rayon d'action des amendes et dans certains cas pour braconnage, faire de la prison oui, oui(vu sur M6). Accrochez vous aux rideaux, un garde pourra même confisquer le véhicule, qu'il soit vélo, moto, auto, bateau voire le matos d'un contrevenant si il déborde sur ses maigres droits ou pire si il venait à garder sournoisement un poisson pas maillé ou un brochet, là, c'est une cartouche entre les deux yeux. Pour bien tasser le tout une petite augmentation du permis va venir agrémenter la bonne humeur générale qui aujourd'hui se voit expliquer par la forte augmentation de la pollution des cours d'eau qui nécessite une lutte constante et donc forcément onéreuse que financent directement les utilisateurs. Toutes les taxes ont augmenté, l'essence, toutes les matières premières, les cigarettes, EDF etc etc...

DSC01017

Dans la boule de cristal étincelante posée délicatement sur le bureau du directeur en haut de la grande tour du conseil général brille une lueur qui a des faux airs de billets de banque. Mais que voient t'ils dedans ? la mer...les bateaux...les touristes...tiens un pêcheur, deux, trois, dix, mille, cent mille. Et oui vous l'avez compris, nos activités sont dans ligne de mire du conseil régional qui a déjà posé les jalons du permis pour la pêche en mer sous les remontées acides des pensées rectales d'un fion bien léché. Pour faire passer un truc aussi gros plusieurs techniques s'affrontent, le passage en force, la douceur, les promesses, la responsabilité face à la nature...Ne vous y trompez pas au bout du compte c'est pour prendre les centaines de milliers d'euros qui dorment dans nos poches et qui seraient bien mieux dans les caisses de l'Etat. On veut connaître combien de pêcheurs existent vraiment dans le département ? facile, on fait un permis gratuit sur deux ans avec obligation de l'avoir sous peine d'amende ce qui va donner une masse potentielle en bout d'échéance, qui multipliée par une somme en euros va donner une énorme part de gâteau. On (sous) estime, environ un million de pêcheurs en mer dans le grand sud toute catégorie halieutiques potentiellement taxables confondues, un permis de pêche en eau douce coûte entre 50 et 80 euros l'année faites le calcul...Non la vraie question pour les initiés c'est comment ne pas toucher l'économie qui gravite autour de la pêche ? Elle est déjà au bord du gouffre et une affaire comme la notre fera fermer bon nombre de petits qui survivent encore. Il est certain que le comportement de tous les pêcheurs n'est pas irréprochable, c'est sur, il y a un peu de braconnage, de la mauvaise foi mais, que représente tout ce volume ? Malgré le nombre  important de pêcheurs amateurs qui se présentent en l'espoir de prendre" un " beau poisson combien y arrivent ?

En discutant autour de nous, nous avons constaté que beaucoup étaient septiques et ne comprendraient pas que l'on puisse créer une arnaque aussi grosse que le permis de pêche. Pourtant tout est déjà presque fait et si nous regardons tout autour de nous, nous sommes les seuls à pratiquer une activité qui n'est pas contrôlée par la préfécture et assujeti à permi, combien de temps pensez-vous que cela va durer ?

DSC01031 

Ca risque de ressembler un peu à ça mais avec marqué gratuit dessus et c'est tout.

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO. - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 08:09

 

Grand de-stockage avant travaux !!!

 

Matériels awa-shima /vega /camor /alpha tackles ect ect ect... cannes AWA-SHIMA Aqualis Ganken télésurf 4m20 le lot de 2 cannes 150€.

1

 

 Leurres Alpha Zéolite 20€ les 3 plus de 30 modèles différents...

2

 

 Canne Vega Kharma au choix le lot de 2 cannes 150€.

3

 

 Moulinet Vega SR 8000 le lot de 2 moulinets 220€ moulinet alpha tackles bronze marine au lieu de 199€ a 159€.

4

 

5

 

 

 De Très nombreuses autres promotions de Noël, canne surfcasting Camor Grecale 150€, les 2 turluttes Camor 5€ les 3, materiels jigging cannes moulinets jigs Madais -30%, cannes àleurres -30% leurres jackson -30%, plombs maison surfcasting 10€ les 10, moulinets Alpha leurre -30%, moulinets Vega - 20%, leurres Lucky Craft - 20%, produits Colmic - 20%, produits Camor - 20%, produits Ultramarine - 20% et bien d'autres promotions...

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO. - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 11:11

DSC00888

Vous êtes nombreux à avoir réçu mon appel au secours du fin fond de la brousse avec comme seul bouée de sauvetage, votre porte monnaie...Vous le savez c'est du piratage, une poignée de gens abusent de la confiance des gens pour de l'argent, surtout n'envoyez pas vos sous à la suite de ce Mail cela n'irais pas dans ma poche...Ca ce voit que les gars qui font ce genre de piratage n'y connaissent rien car c'est dans le monde des pêcheurs qu'il y a le plus grand nombre de fauchééé !!!

 

Bon, c'est une nouvelle déconvenue que nous devons contourner en annulant le toudoux.roro et en créant une nouvelle adresse mail qui pour ce coup-ci est vraiment protégée contre le piratage. J'ajoute que si votre téléphone peut émettre des mail n'hésitez pas à nous envoyer un message sur   silverpeche@gmail.com tout simplement pour que vous puissiez être contacté par voie automatique de la parution d'un nouvel article et d'ailleurs il y en a un qui bout dans la marmite...

 

 

Roro, greg, marco

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par RORO, GREG, MARCO. - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 15:39

Vous qui ordinairement ne lisez pas trop, je vous sonseille de lire attentivement ces textes car ils vont vous expliquer comment nous allons ne plus avoir le droit de pêcher librement...Attention après cette lecture vous allez sûrement avoir envie de pleurer...Nous travaillons pour mettre le reste des huit textes mais il faut encore bricoler pour rendre tout visible sur over blog .

 

Charte d'engagemenTS et d'objectifs

 

pour

 

une pêche maritime de loisir éco-responsable

entre d'une part,

 

-       le Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes, et des Négociations sur le climat

-       le Ministère de l’Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche,

-       le Secrétariat d’Etat à l’Ecologie  

et d'autre part,

 

-       la Fédération Française des Pêcheurs en Mer,

-       la Fédération Nationale des Pêcheurs Plaisanciers et Sportifs de France,

-       la Fédération Française d'Etudes et de Sports Sous-Marins,

-       la Fédération de Chasse sous-marine Passion,

-       le Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins,

-       l'Union Nationale des Associations de Navigateurs,

-       l’Association nationale des élus du littoral

-       le Conservatoire national du littoral

-       l’Agence des aires marines protégées

-       le Conseil supérieur de la navigation de plaisance et des sports nautiques  

Avril 2010

 

 

La présente charte compte 7 pages numérotées de 1 à 7

 

 

 

Préambule

 

 

 

  1. 1.    La pêche maritime de loisir, comprenant la pêche sportive et récréative, est une occupation très prisée des français, tant en mer au moyen d'un bateau de plaisance, qu'à pied sur l'estran ou du bord. Elle est génératrice d'une activité économique importante par les fournitures et services qu’elle met en jeu.

 

  1. 2.    Il est essentiel, pour maintenir les équilibres environnementaux et assurer la durabilité de la pêche de loisir, de sensibiliser tous les pratiquants aux enjeux écologiques, la pêche de loisir a en effet des impacts sur la ressource et sur les milieux.

 

  1. 3.    Les associations et fédérations de pêcheurs de loisir, les pêcheurs professionnels, et les autorités publiques, ont déjà pu lancer des actions et démarches volontaristes visant à mieux informer et sensibiliser les usagers.

 

  1. 4.    Ces acteurs considèrent également que ces démarches doivent être accompagnées d’une action déterminée des agents habilités au contrôle des pêches pour éradiquer les pratiques illégales et toutes les formes de braconnage ou de recel de produits issus de la pêche illicite.

 

  1. 5.    Pour contribuer à atteindre les objectifs d’une pêche maritime de loisir responsable et durable, les débats menés dans le cadre des « Grenelle de l'environnement et de la mer » ont conclu à la nécessité de revoir l’encadrement de la pêche de loisir :

 

Engagement n° 87 du Grenelle de l’environnement : Gérer de façon cohérente mer et littoral, gestion des stocks halieutiques par mise en place des Unités d'Exploitation et de Gestion concertées et par un réseau d'aires marines protégées (10 aires marines protégées d'ici 2012, couvrant 10 % des eaux territoriales) à gestion concertée avec zones sans prélèvement ; encadrer la pêche de loisir et éradiquer la pêche illégale dans les eaux sous juridiction française.

 

Engagement n°26 du Grenelle de la mer : Appliquer dans un premier temps la charte sur la pêche de loisir adoptée à l’issue du grenelle de l’environnement et mettre en place une charte sur la pêche embarquée. Sur la base d’une évaluation au bout de deux ans, vérifier l’opportunité de mettre en place un permis de pêche embarquée, sous-marine et du bord.

 

Engagement n°27a du Grenelle de la mer : Marquer le poisson pêché dans le cadre de la pêche de loisir par une encoche sur la nageoire dorsale ou caudale en vue d’éviter la vente illégale sur les étals ou dans les restaurants.

 

Engagement n°27 b du Grenelle de la mer : définir des interdictions de pêche selon les besoins pour certaines espèces et instaurer des périodes de repos biologique sur les zones d’estran. Cette réflexion pourra utilement s’inspirer des exemples mis en place dans les pays étrangers (Irlande, Canada).

 

Engagement 27 c : passer de la notion incontrôlable de « table familiale » à une gestion basée sur des quantités et nombres afin de réduire au nombre minimum les captures autorisées (e.g. poids maximum par pêcheur).

 

  1. 6.    La pêche maritime de loisir est diverse : embarquée, à pied, sous-marine ou du bord. Chacune a ses particularités dont il faut tenir compte. Désireux d’appliquer les recommandations du Comité opérationnel n°12 du Grenelle de l’environnement "Gestion intégrée de la mer et du littoral", présidé par Monsieur Jérôme BIGNON, Député de la Somme, confirmées par le Grenelle de la Mer, il est décidé de formaliser les engagements de tous pour une pêche maritime de loisir durable et responsable dans la présente charte.

 

  1. 7.    L’évolution de la PCP amènera, dès les prochaines années à réglementer ce type de pêche. Il importe donc que des engagements volontaires assurent la responsabilisation des acteurs et anticipent ces échéances

 

 

Article 1. Gestion de la ressource

 

Les fédérations représentatives des pêcheurs de loisir, les instances représentatives des pêcheurs professionnels et des conchyliculteurs s'engagent à apporter leur concours pour participer au recueil de l’information sur l’activité de pêche maritime de loisir et les délivrer aux instances administratives et scientifiques.

 

a) A cette fin, des outils de recueil de l’information seront mis en place par les instances représentatives de la pêche de loisir.

 

b) Les signataires admettent qu’en s’appuyant sur les informations recueillies par les scientifiques et le cas échéant complétées par celles des associations représentatives de la pêche maritime de loisir et des instances représentatives de la pêche et de la conchyliculture, la réglementation devra évoluer :

 

Ÿ  sur les tailles minimales de capture quand cela peut apparaître nécessaire pour une espèce donnée ou pour une zone géographique donnée,

 

Ÿ  pour ajouter ou retirer des espèces à celles déclarées menacées,

 

Ÿ  pour définir des périodes de repos biologiques pour certaines espèces,

 

Ÿ  pour établir une limitation de prise journalière pour certaines espèces.

 

c) Les signataires s’engagent à ne pas utiliser certaines pratiques et techniques de pêche, comme la corde plombée (pratiquée essentiellement en Méditerranée) ou la chasse-pêche à l'aide d'un scooter sous-marin, et sont favorables à une interdiction par la voie réglementaire.

 

d) Les signataires sont favorables à la mise en place d’outils de sensibilisation des pratiquants  afin d’amener ces derniers à respecter les tailles biologiques des espèces garantissant au moins un cycle de reproduction.

 

Les fédérations représentatives des pêcheurs de loisir en mer s'engagent à communiquer sur ces différents thèmes et à assurer l’information de leurs membres. 

 

 

Article 2. Échanges entre l’administration et les pêcheurs de loisir

 

Les Parties signataires de la présente convention s'engagent à entretenir entre elles et avec la société civile un dialogue permanent notamment avant chaque évolution réglementaire dans le cadre des instances de concertation nationale et infranationale.

 

Ces échanges se tiendront à l’initiative de l’administration maritime ou des fédérations dans les régions maritimes. Ils pourront être formalisés à l’initiative du Préfet de région dans un comité de suivi spécifique.

 

 

 

Article 3 – Lutte contre la fraude

 

3.1 Contrôles

 

Dans le cadre des opérations de contrôle de la pêche de loisir, qui feront l’objet d’un plan annuel,  les agents habilités au contrôle des pêches seront particulièrement attentifs, à rechercher les activités de pêche et de mise en marché, qui sous des couverts et forme d’une pêche de loisir, recouvrent en fait des activités et des filières de pêche commerciale et de travail illicites.

 

3.2. Marquage des produits de la pêche maritime de loisir

 

Soucieuses de lutter contre la fraude à la pêche maritime de loisir, les fédérations représentatives des associations de pêcheurs de loisir en mer, les instances représentatives des pêcheurs professionnels acceptent l’instauration d’un marquage des poissons pêchés par les pêcheurs de loisir.

 

Ce marquage effectué par le pêcheur dès que le poisson sort de l'eau, permettra d'identifier immédiatement un poisson pêché par un pêcheur de loisir. Il aura pour effet de :

 

-       lutter contre les fraudeurs en contribuant à l’identification du poisson capturé par les pêcheurs de loisir.

 

-       favoriser une attitude responsable des restaurateurs, des poissonniers et des consommateurs. Tous seront informés, par ce marquage, de la nature du poisson qui leur serait proposé.

 

Pour assurer l’effectivité de la mesure, les fédérations représentatives des associations de pêcheurs de loisir en mer, les instances représentatives des pêcheurs professionnels  acceptent que soit  adoptée au plus tôt une réglementation spécifique relative à l’obligation et aux modalités du marquage. Celles-ci devront être définies et arrêtées en concertation avec les partenaires concernés avant la fin de l’année 2010 au plus tard.

 

Dès l’entrée en vigueur de cette obligation réglementaire, ils s’engagent à communiquer, à en expliquer le sens et à en promouvoir le respect.

 

 

3.3. Mise en place de conventions pour la prévention

 

Les fédérations représentatives des associations de pêcheurs de loisir en mer, les instances représentatives des pêcheurs professionnels et des conchyliculteurs pourront être associées à la lutte contre les prélèvements abusifs et le travail illégal des pêcheurs de loisir qui vendraient ou distribueraient de façon illicite le produit de leur pêche, en mettant en place des conventions partenariales de lutte contre le travail illégal dans le secteur des pêches maritimes entre les services de l’Etat, les fédérations représentatives des associations de pêcheurs de loisir en mer, les restaurateurs et tous les membres de la filière aval pour la prévention de la vente des produits de la pêche non professionnelle.

 

3.4. Des sanctions renforcées

 

Les fédérations représentatives des associations de pêcheurs de loisir en mer, les instances représentatives des pêcheurs professionnels et des conchyliculteurs sont favorables au prononcé  de peines et amendes sévères prévues par les textes en vigueur pour les cas de fraude à la pêche de loisir, telles que la saisie des navires ou véhicules utilisés, afin de les rendre plus dissuasives..

 

 

 

Article 4. Déclaration de l’activité de pêche maritime de loisir

 

Les parties prenantes à la présente charte acceptent la mise en place d’une déclaration préalable de l’activité de pêche de loisir.

 

Lors de cette déclaration préalable et gratuite, chaque usager recevra  une information complète sur la réglementation et les sanctions potentielles en cas d’infraction, la sécurité et les bonnes pratiques, comprises comme celles qui assurent la pérennité des ressources et des écosystèmes marins et littoraux. .

 

En se déclarant, le pêcheur de loisir s’engagera à respecter ces bonnes pratiques.

 

La Fédération française d’études et sports sous-marins, les associations de pêche sous-marine, les fédérations représentatives des pêcheurs de loisir en mer, les instances représentatives des pêcheurs professionnels participeront au développement d’outils de collaboration interactifs (gestionnaires, administrateurs, usagers) qui pourraient permettre aux pratiquants de se déclarer, de renseigner leurs observations du milieu et de ses évolutions ainsi que leurs prélèvements à l’image des carnets de prélèvement et d’observation du milieu utilisés par la Fédération française d’études et sports sous-marins.

 

La Fédération française d’études et sports sous-marins, les associations de pêche sous-marine, les fédérations représentatives des pêcheurs de loisir en mer,  s’engagent à diffuser au plus grand nombre une charte sur les bonnes pratiques et valeurs éthiques fondamentales d’une pratique de pêche durable.

 

 

 

 Article 5. Chantier réglementaire

 

Le chantier réglementaire visant notamment à faire entrer dans la réglementation les dispositions examinées dans la présente charte sera engagé dans un délai raisonnable en concertation avec les parties concernées. Il devra être cohérent avec les évolutions de la réglementation communautaire relative au contrôle des pêches. Par ailleurs l’Etat s’engage à développer en partenariat, les outils et la logistique qui permettront la mise en œuvre des principes retenus dans la charte.

 

 

Article 6. Evaluation de l’application et de l’efficacité de la Charte

 

Un comité de suivi de la présente charte sera mis en place dans les 3 mois de la signature de celle-ci. Il réunira pour moitié les fédérations signataires, et pour moitié des associations dédiées exclusivement à la protection de l’environnement, des représentants des élus du littoral, de l’Etat et de ses établissements publics.

 

Un bilan de l’action conduite sera établi au bout de la première année. Il sera présenté aux ministres en charge de l’environnement, de la mer et de la pêche. Il sera rendu public. Un second bilan sera effectué au bout de la deuxième année. Participeront à la réalisation de ces bilans les organismes scientifiques compétents (IFREMER, MNHN et IRD).

 

Au terme des deux années sera évaluée l’opportunité de proroger cette charte, de l’amender ou de mettre en place un permis de pêche embarquée, sous-marine et du bord, conformément à l’engagement n° 26 du Grenelle de la mer.

 

 

 

 

 

 

 

 

Fait à Paris, Hôtel de Roquelaure, le 7 juillet 2010

 

 

Le Ministre d’État, Ministre de l’Écologie,

de l’Énergie, du Développement durable

et de la Mer, en charge des Technologies

vertes et des Négociations sur le climat

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la pêche

 

La Secrétaire d’Etat à l’Ecologie

La Fédération Française des Pêcheurs

en Mer

Gérard PERRODI

Président,

 

La Fédération Nationale des Pêcheurs

Plaisanciers et Sportifs de France

Jean KIFFER

Président,

 

 

 

La Fédération Française d’Etudes et de

Sports Sous-Marins

Jean-Louis BLANCHARD

Président,

La Fédération de Chasse Sous-Marine

Passion

Pascal MATHIEU

Président,

 

Le Comité National des Pêches Maritimes

et des Elevages Marins

Daniel LEFÈVRE

Vice-président,

 

L’Union Nationale des Associations

de Navigateurs

Louis HERRY

Président,

 

L’Association nationale des élus du littoral

Patrick NAYL

Secrétaire général,

Le Conservatoire du littoral

Yves COLCOMBET

Directeur,

L’Agence des aires marines protégées
François GAUTHIEZ
Directeur adjoint,

Le Conseil supérieur de la navigation de plaisance

Gérard D’ABOVILLE

Président, 

 

 

Cliquez sur les liens dessous pour lire la suite:

 

http://fnppsf.fr/derniere-minute/presse/charte-mer-peche-de-loisir-avec-signatures.PDF

 

 

http://fnppsf.fr/derniere-minute/presse/pourquoi-une-charte-pour-la-peche-de-loisir-en-mer.PDF

 

 

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par ROLAND - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 20:02

cacaou_juillet_2009_012.jpg

 

Comme vous l'avez probablement suivi à la télé, le projet du futur parc des calanques est abouti. Mr Muselier, que nous aimons bien, est venu à contre coeur rencontrer les habitants des calanques de Sormiou et prendre les doléances multiples. Le verdict est là, en Juin 2011 c'est terminé...

Nous n'allons pas vous noyer dans les décrets ou numéros d'ordre dans les listes, nous l'avons fait pour vous et pour plus de piment cliquez sur ce lien www.marsactu.fr/ , le résultat peu se réduire à bien peu de choses. Pire c'est la pêche de loisir qui est particulièrement visée, le nombre et la taille des poissons va être très sévèrement contrôlé, des espèces vont probablement être interdites à certaines périodes comme probablement le loup en hiver. Les dégradations diverses nous sont attribuées ( merci les mecs qui ont laissé leurs boites d'appâts sur place pendant des années) ainsi il sera interdit de circuler la nuit dans tous les parcs, lieux ZNP ( Zone de Non Pêche) et bien sûr d'y pêcher même le jour. Vous qui ne mesurez pas encore la portée de cet évènement, laissez nous vous raconter le futur immédiat...

Il faudra se déclarer auprès d'une instance locale agréer ( ne rentrons pas dans les détails), il vous sera remis une charte de la bonne conduite du pêcheur, la liste des infractions et le tarif qui lui correspond. Il y a un mélange de protection des calanques et règlementation sur la pêche qui risque de nous faire chaud aux fesses...En tous les cas allez visitez le site MARSACTU.fr le journaliste a vraiment la plume pointue... 

DE-AOUT-A-DECEMBRE-0901306.jpg DE-AOUT-A-DECEMBRE-0901318.jpg

Pour le coup c'est sur, être un simple pêcheur devient de plus en plus compliqué. Nous cousins des rivières se sont fait passer à la moulinette depuis longtemps et aujourd'hui payent (dans tous les sens) le prix de leur inactivité. Ils ne peuvent pas pêcher toute l'année, il y a une carte chère ( entre 80 et 100 euros selon le département) et il y a une maille bien établie pour chaque espèce et vérifiée par les gardes.

Le projet des calanques pouvais être une bonne chose mais nous savons que cela ne va pas s'arrêter à la simple mise en bière de certains secteurs, à ça, une carte de pêche est à l'étude observer plutôt...Nous sommes les seuls de toutes les autres pratiques marines à ne rien verser à l'état, vous comprendrez facilement qu'au vu des millions d'euros que les collectivités térritoriales voient dans la boule de cristal cela dois changer, malheureusement il n'en sera pas autrement.

  DSC03298

DSC02691

 

Le GIP  est un bureau d'étude sur la protection des calanques, étudie les propositions  de presque tous les acteurs qui touchent de près ou de loin la mer et ainsi se faire une opinion globale sur le bien fondé de la chose. Dès aujourd'hui nous n'obtiendrons plus l'abandon du projet car trop de sesterces ont été mis à disposition de ce texte qui a été approuvé par une bande de mecs qui ne sont même pas des pêcheurs.  

Ce que tout ça ne prend pas en compte c'est nos souvenirs...La plupart d'entre nous pêchons dans les calanques de Cassis depuis enfant, à l'époque où nos pères nous ont laissés l'été prendre nos premières cannes en main et ainsi débusquer une belle rascasse de roche à la crevette que nous ramenions à la maison en guise de trophée à une tendre mère déjà au fourneaux. Je suivais aveuglement mon père dans les dédales des chemins bordés de buissons et de pins chantants de cigales où en grand connaisseur botanique me faisais partager tous les dix mètres de leur vertues encore intactes, nous sentions de minuscules fleurs violettes et moi pour lui faire plaisir je prenais l'air étonné par leurs essences. Nous regardions tout deux assis du haut de la colline toute la baie de Cassis à l'abri d'un large pin sculpté par le vent, il s'éssuyait le front perlé de grosses gouttes de sueur avec son mouchoir caché dans sa poche qui lui avait déjà servi à se moucher plusieurs fois, et me faisais un historique des invasions avec de grands gestes lents horizontaux mains ouvertes ou surgissait des eaux subitement dans mon esprit d'enfant, un navire britanique coulé par Napoléon il y a très longtemps. J'entends encore le bruit des masses des bagnards de Toulon que mon père avait su faire renaître le temps de souffler un peu .

 

Je sais que toute mon histoire chargée de souvenir d'un papa depuis longtemps disparu ne pèsera pas un gramme dans la balance des décrets, mais il ne sera plus avec moi ici et je ne sentirais plus jamais sa présence dans mes calanques, il ne sera plus jamais assis à côté de moi en haut de cette colline pour me dire que nous sommes assis sur les pavés d'Alexandrie, voilà ce que j'y perd, juste pour quelques lignes écrites sur quelques pages perdues dans un dossier rangé parmi tant d'autres dans un bureau au fin fond d'un couloir de la Mairie de Marseille...

Roro, silverpeche.com 

DSC03300

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par ROLAND - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 08:06

De nouveaux éléments se sont mis en place il y a quelques semaines à propos des textes, ils ont fleuri au milieu d'une jungle de décrets, au fur et à mesure que les mois avancent l'étau se ressère nous allons éssayer de traduire simplement ce qui nous concerne, la pêche de loisir...

bdr 13.1

 

Ainsi nommée, notre activitée est bien reconnue comme loisir mais n'est pas pour ainsi dire sans effets sur la nature. Même si nous sommes en rien sur la raréfaction des poissons, nous laissons quand même une belles quantité de plombs, de fils et d'hameçons sous l'eau et ça ce n'est pas sans peser dans la balance des décrets. Ajoutez à cela les quelques points du littoral régulièrement pris pour dépotoir mais qui ne seront pas forcement fermés (tient ?) ce qui nous permet  d'observer que la propreté n'est pas un motif premier d'interdiction. Il faut sauver les poissons dans des lieux ou ils se reproduisent voilà le but Car du côté de Riou en hiver les chasseurs sous-marins sont entassés tous les jours tout simplement parce qu'il y a une belle concentration de loups qui frayent, les mecs prélèvent tout ce qu'ils peuvent pour revendre. Lors du passage des daurades en Octobre près du château d'if toutes les années les chalutiers raclent sans relâche les fonds sablonneux pendant une semaine ( des fois plus), les filets remontés sont débordants de plusieurs tonnes de poissons en tout genre.

SILVERPECHE ne peut que se réjouir de voir naître des interdictions de chaluter et chasser dans le frayères lors de fortes concentrations de certaines espèces lorsqu'elles sont en fraie. 

 

Entre le Frioul et If.

Il va être installé dans cette zone des abris pour les poissons, ce sera peut être de gros cubes en béton creux qui servirons de niches et par la même occasion empêcher le braconnage, mais sera de toute façon une zone totalement interdite à toutes formes de pêches toute l'année. Ce ne sont pas postes très fréquentés par le pêcheurs amateur et nous nous soignerons rapidement de cette disparition car elle va à elle seule faire augmenter dès l'année suivante la taille des poissons.

Nous pourrons observer les morts de faim qui éssayeront de pêcher dedans le parc... 

frioul1

 

Le Cap Canaille.

Un grosse bande est prévue ici et nous pensons que c'est la plus raisonnable de ces zones de non pêche car personne n'y va mis à part les nudistes et les amoureux joyeux...

 canaille 1

Marseilleverre.

Ca va être le gros morceau des zones de non pêche, sur la carte normalement elle démarre après les pierres de la chèvre ( avec mise en place quand même des quelques blocs anti pêcheurs professionnels) et fini super loin. ( gulp ! )

 riou cortiou 1

La pointe Cacau.

Elle sera ouverte à la circulation des personnes de jour et interdite de nuit. Les activités de pêche ou de baignade seront interdites sous toutes ses formes et ceci définitivement jour et nuit, l'interdiction prendra effet en Octobre ou Novembre 2011 au plus tard. Nous pensons que c'est la plus injuste des mesures il n'y a rien qui ne se reproduit ici, le fort courant fait que c'est un lieu de passage et de repos temporaire plutôt qu'un lieu de résidence. 

pointe cacau 1

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par ROLAND - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 09:22

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par ROLAND - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 14:21

DSCF0308.JPG

La boutique de notre ami Philippe est encore pour quelques jours posté au salon nautique de La ciotat. Vous y découvrirez les derniers nés des leurres de la gamme ALPHA, toujours des promos qui ne se trouvent que chez notre ami. En prime si vous avez besoin d'un conseil ou d'une technique que vous n'êtes pas sur de maîtriser allez y franchement car le gars à un potentiel que peu de gens ont. Vous voulez une grosse dorade, un gros loup, un gros denti ? Tous les gars qui passent par le magasin en prennent car avec une bonne explication un poste c'est mieux que de ramer des années sans faire mouche....

 

DSCF0309.JPG

 

DSCF0314.JPG

DSCF0322.JPG

DSCF0319.JPG
Au dessus c'est Favouille, devinez pourquoi...

C'est la raison évidente pour laquelle SILVERPECHE est lié à SURFCASTING-SHOP La Ciotat.
DSCF0321.JPG

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par ROLAND - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 12:38
Je vais démarrer ce nouvel article et faire une réponse globale sur les très nombreuses réactions que nous avons pu recueillir ces derniers jours à propos de la fermeture partielle des calanques. Nous avons pu lire des nouveau trucs et reçu beaucoup de messages de lecteurs.
CALLELONGUE.jpg
Ci dessus le site de Callelongue et les iles est concerné en tout premier lieu.

A vrai dire, globalement vous y êtes favorables car il est vrai que souvent un coin de pêche ressemble à un dépotoir public, nous conviendrons que les boites de mourons ou de bibis ce n'est en aucun cas les promeneurs qui les apportent, c'est bien les pêcheurs. Les sardines ou les bogues abandonnées ce n'est pas non plus eux, par contre selon le lieux, les crèmes à bronzer ou les restes de bouffe ou les preuves d'une liaison amoureuse...ça se discute et il faut constater que les coins les plus sales l'été redeviennent propre dès septembre. Par contre, les coins comme le Corton est sale toute l'année...ça c'est le pêcheur. Je vois bien une grande promenade qui partirai de la plage de Cassis et qui irai jusqu' a la station de relevage et qui condamnerai sont accès pendant de très long mois. De tout façon il y a un arrêté municipal interdisant formellement l'accès car la colline s'écroule de toutes parts et représente un danger mortel. Les travaux seront au minimum pour consolider cette mini falaise aussi laide que sale.
IMG_1098.jpg
Une bonne partie des falaises du cap canaille seront elles aussi mise en gachère.

 Le 15 Mars 2009, une grande collecte des déchets dans le fonds sous marins de la pointe Cacau ( Cacaou chez nous)  a mis en évidence l'impact plus que déplorable la présence des pêcheurs et des plaisanciers. Des kilomètres de fils tendus commes une toile d'araignée ont été ainsi décrochés, des plombs, des hameçons, des canettes vides, des batteries acide, quelques parasols et j'en passe...Nous plaidons coupable en tant que pêcheurs mais personne ne contrôle une casse ou un accrochage des fonds et nous avons tous conscience de ça, mais nous n'apportons pas de pneus ou de batteries avec nous. En ce qui concerne les feux pour se réchauffer les soirs d'hiver, ils sont trop nombreux et ça n'a pas échappé aux autorités qui patrouillent sur l'eau la nuit, les dégradations sont importantes, les rapports sont tombés sur la table du Groupement de protection des calanques...

Tout notre monde est remis en question, la pêche qui est avant tout un sport utile, se voit privé d'une partie de ses libertés, la vrai cause n'est pas le pêcheurs en fait mais il va subir de plein fouet les abus qui sont pratiqués l'été.
dimanche_8_novembre_2009_004.jpg
La pointe Cacau est aussi mis en gachère.

Un parc national c'est redonner une autre vie à un lieux, offrir une dimension de l'espace public originel. Pour qu'il soit classé ainsi il ne suffit pas de le vouloir, il faut que des évènements majeurs dans l'histoire nationale s'y soit passés. La pointe Cacau à accueilli les armées de Napoléon pour repousser les envahisseurs Anglais ( sans succès d'ailleurs). Plus tard les bagnards de Toulon ont vécu reclus dans ces calanques et ont sorti de ce granit pur tous les pavés encore intacts des rue d'Alexandrie et plus tard les socle de la statut de la liberté. Il reste  encore à ce jour les restes d'anciennes Bories ( cabanes en pierres)éparpillées dans les calanques, elles sont les vestiges d'une époque en pleine ébullition.
les efforts seront demandé à tous, du professionnel aux plaisanciers mais à ce jeu si rien n'est respecté que nous attent'il ? les communes n'auront sans doute pas le désir de mettre la main à la poche pour maintenir un bon niveau d'accueil et d'éffacer les dégradations de tous les jours ou même payer des agents pour surveiller le littoral, il faudra sûrement s'acquiter d'une taxe régionale sous forme d'une carte individuelle car elle fait miroiter des bénéfices substentiels encore inexploités. Les chasseurs la paye, les pêcheurs en eau douce la paye... à qui le tour d'après-vous ? Pire, il est imposé au passionnés de chasse ou de pêche de patienter de longs mois avant de pouvoir reprendre leurs activités...à qui le tour d'après-vous ?

C'est les raisons pour lesquellles nous ne sommes pas d'accord avec les instances du GIP, Car même si aujourd'hui tout semble "acceptable" pour un club, c'est une escalade sans fin pour nous et il ne faut pas nous raconter que ça n'arrivera pas car on connais déjà l'histoire.

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par ROLAND - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 16:19

Voici en integralité le Discours de M. Guy Teissier. ( excusez la mise en forme c'est une copie d'acrobat et elle ne veut rien savoir).


Conférence de presse 04 février 2010 à Cassis, Oustau Calendal

Le 30 avril 2009, M. le Premier ministre reconnaissait le caractère exceptionnel de l’espace littoral et marin des calanques, du Frioul jusqu’aux collines de Roquefort-la-Bedoule, et ce tant du point de vue naturel, paysager, que culturel. Avec ce premier acte de reconnaissance officielle, il donnait son accord pour finaliser la procédure de création du Parc national des calanques.

Par ce choix, souhaité et défendu par le Président de la République lui-même, il plaçait ce territoire à la conquête d’objectifs particulièrement ambitieux sur le plan de la préservation de la biodiversité mais aussi de protection et de valorisation d’un art de vivre méditerranéen en harmonie avec la nature. Cette reconnaissance, longtemps défendue et longtemps attendue, est le signe, me semble-t-il, de la richesse de notre patrimoine naturel mais aussi, et peut être surtout, le reflet de son extrême fragilité.

En signant le décret de prise en considération, François FILLON a assigné au GIP des calanques une double mission :

- donner à la France son 10 ème parc national, l’année du 50ème anniversaire de la création des parcs nationaux et l’année internationale de la biodiversité

- respecter les engagements internationaux de la France dans la protection de la nature et concrétiser les orientations et objectifs fixés par les Grenelles de l’environnement et de la mer.

Mais, le défi qui s’impose à nous, vous l’aurez compris, va beaucoup plus loin.

Il est de réussir à créer un parc national terrestre, maritime, méditerranéen et péri-urbain aux portes de la deuxième ville de France. Le 1 er en Europe de ce type et seulement le 3ème au monde.

Un parc national qui soit à l’image de la diversité méditerranéenne.

D’aucuns pourraient considérer que la tâche est impossible tant les objectifs sont multiples pour ne pas dire contradictoires.

Pour tenter de parvenir à ce point d’équilibre entre un objectif légitime de protection de l’environnement et celui, non moins légitime, de préservation des usages,

 

j’ai fait le choix de recourir à une concertation la plus large et la plus intense possible.

Ainsi, en 9 mois nous avons déjà tenu plus de

 

14O ateliers thématiques, territoriaux, bilatéraux et autres réunions de travail avec l’ensemble des acteurs de la vie de ce territoire, ce qui représente plus de 400 heures

de débats , ce qui est énorme.

Je ne pense pas que par le passé, un projet aussi structurant n’ait été autant concerté avec la population, sachant qu’après la présentation de la charte et la consultation des collectivités et acteurs socioéconomiques, une enquête publique se tiendra en août et en septembre prochains dans toutes les communes.

Bien sûr, cette méthode n’est pas parfaite et j’entends les quelques critiques qui s’expriment ici ou là.

Mais croyez-moi, en 30 ans de vie publique, je ne connais pas une seule méthode qui ait jamais fait l’unanimité.

Si j’ai décidé de m’adresser à vous aujourd’hui, c’est parce que la concertation commence à livrer ses premières orientations (toute une série d’objectifs a déjà été validée par la dernière assemblée générale du GIP en

décembre), et parce que j’entends encore trop de contre-vérités alimentées soit par la méconnaissance sincère du dossier, soit par une volonté délibérée de distiller des informations mensongères quand elles ne sont pasoutrancières. C’est la raison pour laquelle, j’articulerai mon discours autour des 10 idées fausses qui sont les plus couramment ou complaisamment colportées sur ce dossier, tout en mettant en exergue les grandes orientations de la future charte et la plus-value qu’apportera le Parc national aux populations concernées.

1/ Avec le parc national, je ne pourrai plus me balader…

C’est évidemment faux. Les calanques resteront ce formidable espace de promenade et de loisirs, de découverte respectueuse de la nature, tant pour les usagers du dimanche que pour un public plus averti et ce, que vous soyez en coeur de parc ou en aire d’adhésion.

 

Au contraire, les déplacements à pied seront privilégiés au détriment de la voiture

 

. Nous partons du principe que les sites les plus emblématiques, ça se mérite.

La pratique de sports doux tels le VTT, la randonnée équestre, sera autorisée sur certains sentiers dédiés à cet

effet. Par contre, nous proposons que les sports extrêmes ( free ride, base jump ou trail hors sentier…) soient interdits en coeur de parc, afin de protéger non seulement les espèces végétales et animales d’un dérangement excessif, mais surtout de garantir l’esprit de quiétude et de ressourcement qui doit selon nous caractériser ces

espaces.

Deux exceptions néanmoins :

a/ Certains sentiers existants pourront être fermés ou redessinés afin de protéger certaines espèces endémiques, particulièrement rares et fragiles telles la Sabline de Provence ou l’Astragale de Marseille.

b/ Nous préconisons de permettre au directeur du parc de réglementer si besoin un temps de repos pour la nature. En effet, les espèces animales ont besoin, comme l’être humain, de moments de calme où se nourrir sans être dérangées par l’homme.

C’est la raison pour laquelle nous avons eu un débat sur la circulation de nuit dans les Calanques. D’aucuns défendent l’interdiction pure et simple de la circulation de nuit, et d’autres étant plus pragmatiques. Après avoir entendu les uns et les autres, je propose que l’interdiction puisse être prise par le directeur en cas de besoin, et

seulement en cas de besoin.

2/ Avec le parc national, la vie au cabanon serait compromise…

Je lis beaucoup de choses à ce sujet toutes plus fausses les unes que les autres.

Non seulement la vie au cabanon sera préservée, mais elle en ressortira renforcée.

La loi nous fait obligation de définir l’identité du parc, son caractère.

Nous considérons que le cabanon mais aussi la vie au cabanon font partie intégrante de l’histoire, du patrimoine

et de la culture des calanques, du caractère de cet espace unique. A ce titre, ces valeurs figureront en bonne place dans la charte.

Concrètement, cela signifie que les propriétaires, locataires ou ayant-droits d’un cabanon pourront continuer à accéder sans problème à leurs biens et jouir de cette qualité de vie, et ce d’autant plus que nombre de calanquais font déjà du développement durable sans le savoir. Les calanquais, mais pas seulement, pourront continuer à cueillir toutes les plantes méditerranéennes, les champignons et les escargots, dès lors bien sûr qu’il ne s’agit pas d’espèces déjà protégées ou qui seraient menacées, et qui méritent à ce titre une protection particulière. Vous avez la liste en annexe. Bien évidemment, ces prélèvements devront se faire en quantité raisonnable pour un usage domestique à des

fins alimentaires. Je profite également d’indiquer qu’être en coeur de parc n’empêche aucun propriétaire de vendre ni de léguer son bien contrairement aux rumeurs qui circulent à ce sujet. De même en matière de droit des sols, le parc national ne sera pas prescripteur de règles d’urbanisme nouvelles déjà par nature très contraignantes en site classé ! Par contre, en coeur de parc, le parc national sera appelé à émettre un avis conforme sur les permis de construire ou autorisations de travaux, alors qu’en aire d’adhésion, un avis simple suffira.

3/ Avec le parc national, je ne pourrai plus promener mon chien…

Aujourd’hui, la réglementation applicable sur le territoire est déjà très stricte même, s’il faut bien le reconnaître, très peu appliquée. En théorie, tous les animaux domestiques doivent être tenus en laisse notamment dans les sites classés.

Dans les faits, faute de moyens, il n’y a aucun contrôle et on voit beaucoup d’animaux divaguant qui peuvent causer un réel dérangement pour la faune sauvage, sans parler de la sécurité. Après de longs débats, nous avons décidé de proposer le maintien de la réglementation existante comme principe général et de n’interdire la présence des animaux domestiques que dans les espaces les plus sauvages. Ce zonage sera à définir par le PN une fois créé. Par contre nous prévoyons dans les interfaces

urbanisées une tolérance à ce principe. Au demeurant, les chasseurs bénéficieront d’une dérogation par rapport à cette règle.

4/ Avec le parc national, je ne pourrai plus chasser…

Voilà encore, une nouvelle ineptie entendue ici ou là et largement véhiculée par les détracteurs du parc. Ce sera le premier parc national de nouvelle génération où la chasse sera assumée et surtout autorisée. Ça a toujours été une condition sine qua non posée par mes soins et soutenue par la ministre Chantal JOUANNO lors de son

déplacement dans les calanques à l’automne dernier.

Ainsi, pour retrouver ou maintenir une dynamique positive des populations d’espèces chassables sédentaires (lapin de garenne, perdrix rouge, lièvre d’Europe) nous proposons d’adapter la pratique de la chasse par :

- La réalisation, à la création du parc, d’un état des lieux des populations existantes et la valorisation des données acquises par les sociétés de chasse

- La préférence du maintien des populations en place et leur renforcement si besoin

- La mise en place de quotas de prélèvement par espèces et par année cynégétique.

Par ailleurs pour assurer si nécessaire le maintien des milieux ouverts, nous préconisons la remise en culture des restanques.

Quant à la régulation des espèces surabondantes, elle se fera à la demande du parc avec la participation des chasseurs volontaires.

Notre objectif, vous l’avez compris, est d’harmoniser les pratiques de chasse sur l’ensemble du territoire du coeur de parc (ce qui n’est pas le cas à ce jour) en considérant plus les unités cynégétiques que les limites administratives.

Nous souhaitons tendre vers une chasse dite gérée et raisonnée visant à privilégier les lâchers de repeuplement pour reconstituer à termes les populations de gibiers.

Enfin, nous avons proposé que la capture traditionnelle à la glue d’appelants soit mieux suivie et accompagnée afin de constituer les batteries d’appelants de grive draine, grive mauvis, grive litorne, grive musicienne et merle

noir. Dans cette optique, nous proposons un marquage et un suivi des oiseaux capturés et une amélioration des méthodes de capture et de nettoyage des plumes.

5/ Avec le parc national, je ne pourrai plus grimper…

L’escalade a toujours fait partie de l’esprit de lieux, et nous sommes tous convaincus qu’il s’agit d’une pratique douce, peu impactante globalement sur les milieux naturels.

Evidemment, l’escalade se pratique sur les falaises littorales. Or, les scientifiques considèrent les falaises comme des concentrés de biotope exceptionnels, riches d’une biodiversité rare. Qui plus est, ce sont des espaces qui posent beaucoup d’interrogations car l’on a toujours du mal à comprendre comment dans un milieu aussi hostile certaines espèces peuvent se développer. Mieux comprendre ces phénomènes rentre dans les missions scientifiques d’un parc national. C’est la raison pour laquelle, il a été imaginé de proposer des zones de quiétude tout simplement pour mieux

comprendre la nature et préserver certaines espèces animales et végétales que l’on retrouve uniquement en ces lieux. Ce projet a suscité une levée de bouclier, que personnellement je regrette, car nos intentions ont été mal comprises. Après de nombreuses heures de négociations, nous sommes arrivés à un point d’accord.

La muraille de chine à Vaufrèges et la réserve naturelle de Riou, qui sont déjà interdites à la grimpe, seront proposées en zones de quiétude. S’y adjoignent 3 espaces dont 2 exceptionnels à haute naturalité :

- une zone autour du cap de Devenson depuis la crête jusqu’à la mer. Dans cet espace on trouve une avi faune très riche (ex : faucon pèlerin).

- une infime partie des falaises Soubeyranes où survit une végétation exceptionnelle tels certains genévriers très rares.

Par ailleurs ce sont des zones de falaises qui n’ont quasiment jamais été incendiées et qui sont donc des zones refuges à haut intérêt écologique.

- Cortiou (plus précisément de la calanque de Cortiou à la pointe du vaisseau) afin de mieux suivre l’impact de la restauration écologique des habitats en lien avec l’amélioration actuelle et future des eaux usées. J’ai demandé au directeur du GIP qu’il soit clairement inscrit dans la charte qu’un bilan scientifique devra être

proposé tous les 3 ans afin de mesurer la pertinence de nos choix d’aujourd’hui.

Une autre problématique a été soulevée en parallèle de nos travaux,

 

la pratique du bivouac.

Il faut savoir qu’à ce jour, le bivouac est interdit dans la majeure partie du massif des calanques.

A savoir les terrains propriétés du Département, de la ville de Marseille, sur le Frioul, Riou, la forêt domaniale gérée par l’ONF. Après de longs débats, le maintien de l’interdiction a été confirmé comme principe général en coeur mais le parc aura pour mission de développer des aires de bivouac en aire d’adhésion pour offrir une alternative (un site aux Baumettes est évoqué) et de gérer, avec l’autorisation du directeur du parc, un ou deux espaces déjà existants afin de maintenir cohérente la pratique de la grimpe.

Je pense notamment au bivouac Azéma sur le belvédère d’En-Vau par exemple.

Je précise que ces propositions sont le fruit de la négociation et qu’elles ont été actées par les associations.

Concernant les usages en mer, je souhaiterais réaffirmer que la priorité qui nous anime est la réhabilitation des fonds marins dégradés tels ceux de Cortiou par exemple, et également la préservation de certains sites à forts

enjeux écologiques.

Sur ces questions, certains grands principes ont été arrêtés. Aujourd’hui, la concertation se poursuit pour en définir les modalités. Uniquement sur ces questions, tous les présidents de sociétés de nautisme, de clubs de plongée ou de pêche sous-marine ont été consultés, et en ce moment nous enchaînons réunion sur réunion.

6/ Avec les rejets de Cortiou et des boues rouges à Cassis, ce parc national ne sera pas un vrai parc national. Cortiou est un héritage historique qui constitue sans aucun doute un point noir au sein du littoral du futur parc, sans pour autant que cela remette en cause la valeur et la richesse marine du site dans sa globalité. Sans cela,

l’Etat n’aurait tout simplement pas pris en considération ce projet.

Si, depuis la mise en place de l’étage biologique de la station d’épuration de Marseille, scientifiques et usagers reconnaissent une amélioration très nette de la qualité des eaux rejetées, il n’en demeure pas moins que l’on ne peut se satisfaire de cette situation. Outre accompagner les collectivités compétentes pour améliorer encore plus la qualité des eaux rejetées, nous proposons d’engager une politique volontariste d’amélioration de la qualité des eaux à l’amont, notamment avec une gestion globale du bassin versant de l’Huveaune et du Jarret par la mise en place d’un schéma de

gestion des eaux de l’Huveaune. Si le Parc ne pourra pas résoudre tous les problèmes actuels d’un coup de baguette magique, il sera un levier d’action majeur en ce sens, notamment vis-à-vis de l’Etat.

Deuxièmement le futur Parc portera avec l’Agence de l’eau, le projet ambitieux de la réhabilitation de la cuvette de Cortiou, ces fonds marins au droit de l’exutoire sont contaminés depuis des décennies par des sédiments pollués et des déchets.

Ainsi nous souhaitons inscrire dans la charte que, dès sa création, l’Etablissement Public du Parc national, ait pour priorité la restauration du site en réparant les dégâts causés par l’Homme. Une opération partenariale d’immersion de récifs artificiels pour redonner la vie, me semble incontournable. Les élus de Marseille et les pêcheurs sont bien placés pour savoir que cela fonctionne au-delà de leur espérance

avec le récif artificiel du Prado… Nous répondrons ainsi à tous les pratiquants de la mer qui pensent à juste titre que si nous ne faisons rien à ce niveau là, il n’est pas équitable de leur demander à eux aussi un effort…

En ce qui concerne l’émissaire dit des « boues rouges » qui débouche au large de Cassis, la fin des rejets est fixée par décision de l’Etat pour 2015.

D’ores et déjà, le GIP travaille en étroite collaboration avec les services de l’Etat et l’exploitant pour étudier toutes les solutions susceptibles de limiter l’impact de ce rejet.

7/Avec le parc national, la pratique de la plaisance est remise en cause…

Je ne vous cache pas être sidéré lorsque j’entends ce type d’informations. Comment peut-on imaginer que l’on interdise la plaisance, ou encore la pratique de la voile sportive, dans la rade de Marseille ? La plaisance, qu’elle soit à moteur ou à voile, fait partie de l’identité maritime séculaire et donc du patrimoine culturel de ce littoral,

de Marseille à La Ciotat. L’une des missions du Parc sera d’accompagner et favoriser une évolution positive de cette pratique, d’ailleurs déjà engagée, vers un respect accru de l’environnement.

a/ Les régates dans les eaux du coeur de Parc seront maintenues partout dans la rade.

Il s’agit là par essence d’une activité douce et non polluante, en harmonie avec les éléments. Leur organisation devra simplement ne pas avoir pour conséquence d’impacter les milieux. On peut très bien concilier pratique sportive et logique environnementale. Ainsi, le balisage des parcours de régates conciliera les impératifs liés aux

conditions météorologiques, à la manifestation elle-même et aux objectifs de protection des fonds marins. Des outils simples comme des ancrages écologiques légers permettent de répondre à cet objectif. Le Parc sera là pour aider et accompagner les organisateurs à développer ce type d’outils bien davantage que pour produire de

la réglementation nouvelle.

b/ Les plaisanciers pourront continuer à mouiller.

Dans les zones, sans enjeux écologiques (fonds de sable par exemple), ils le feront comme d’habitude.

En revanche dans les zones à forts enjeux, les mouillages seront organisés et se feront notamment, mais pas forcément, par le biais de bouées écologiques dont l’implantation est actuellement négociée quotidiennement, bouée après bouée.

Contrairement à ce j’entends dire, ces bouées ne seront pas nécessairement payantes, je souhaite au contraire qu’elles soient gratuites, à la journée, pour tout plaisancier disposant d’une place dans un port de MPM.

Mais il faut savoir ce que l’on veut : l’herbier de posidonies, véritable vivier et poumon de la Méditerranée est trop menacé par l’impact des ancres des bateaux pour que nous ne fassions pas l’effort de le protéger. Je vous rappelle qu’il ne faut que quelques secondes d’un mouillage mal maîtrisé pour arracher plusieurs feuilles de

cette plante endémique, alors qu’il lui faut près d’un siècle pour que ses racines s’étendent d’un mètre à peine.

On voit là tout de suite l’enjeu qu’est celui du parc.

8/ Avec le parc national, la plongée serait bannie…

Faux et archi-faux. Du Frioul, en passant par Riou jusqu’à l’île Verte, nous avons sans doute quelques-uns des plus beaux fonds marins de la Méditerranée avec des spots d’une richesse internationalement reconnue.

Marseille, berceau de la plongée sous marine, La Ciotat où est né le plus ancien club du monde ne peuvent que voir cette activité et son espace de pratique valorisés au travers du parc national.

Bien sûr, comme toute activité humaine, la plongée sous-marine peut avoir des impacts avérés sur les sites les plus fréquentés, impacts involontaires bien évidemment, je m’empresse de le préciser.

L’objectif premier du Parc sera de limiter au maximum l’impact des mouillages sur le fond en mettant notamment en place des bouées de surface , comme cela s’est déjà fait, et avec quel succès, sur des sites comme le Parc national de Port-Cros.

Dès 2010, la ville de Marseille en partenariat avec le GIP a prévu la mise en place d’une dizaine de bouées. Leur localisation a été décidée en pleine concertation avec le monde de la plongée (Le Tiboulen du Frioul, les Moyades sur l’île Maire et les Farillons à Riou). Du coup, c’est un autre type de plus-value que pourra apporter le Parc : protéger et valoriser les habitats tout en offrant une pratique plus sûre avec un mouillage sécurisé.

Au demeurant, ménager la nature n’est pas synonyme « d’aménager », à fortiori dans un parc national. La mise en place de ces bouées devra se faire là où elle est le plus nécessaire.

Sur d’autre sites, la plongée pourra se faire en dérive, comme les clubs le pratique d’ailleurs déjà souvent pour des raisons de sécurité. Par ailleurs, quelques sites du littoral devront faire l’objet d’une protection renforcée afin que la nature puisse encore mieux s’y restaurer et le parc suivre son évolution par rapport aux espaces

fréquentés.

A ce sujet je voudrais tout de suite remettre en perspective les propositions du GIP car, là aussi, j’entends tout et n’important quoi. Les sites qui ont été identifiés à ce jour comme les plus propices pour une protection

renforcée, tels la grotte du CNRS (dite aussi grotte à corail) sur la face sud de Riou ou le tombant du Soldat, face aux falaises du Devenson, représenteraient moins de 9% des 120 sports pratiqués du Frioul à l’Ile verte. Et encore, rien n’est définitivement tranché.

9/ Avec le parc national, la pêche serait interdite…

Là aussi, une nouvelle contre-vérité car je souhaite au contraire venir conforter d’une part la pêche professionnelle aux petits métiers au travers d’une gestion durable de la ressource halieutique ainsi que la pêche de loisir. Aujourd’hui si les pêcheurs ainsi que les scientifiques témoignent que certains de nos fonds marins sont encore riches, tous reconnaissent que certaines espèces ont complètement déserté notre littoral et que la

biodiversité pourrait être bien plus forte au regard de l’extraordinaire potentiels des habitats marins de nos côtes.

Cela a fait les gros titres de la presse récemment : les populations d’oursins s’effondrent et Mourad Kahoul luimême par un courrier du 1 er février appelle les maires à limiter les « oursinades » cette année !!!

Je veux bien que ce soit la pollution, le réchauffement climatique, tout ce que vous voulez, mais je pense que la surpêche y est aussi pour quelque chose !...

Sachez aussi qu’il y a 30 ans par exemple, on pêchait la langouste à Sormiou !

Mieux protéger la ressource en mettant en place de façon concertée des zones de réserve où les espèces puissent mieux se reproduire, grandir et prospérer, c’est toute la plus-value que le parc pourra apporter. Pour s’en convaincre, il suffit de citer quelques chiffres :

60 mérous seulement ont été recensés en 2007 entre l’île Maire et En-Vau, quand ils sont aujourd’hui près de

600 dans les eaux protégées de Port-Cros, pourtant beaucoup moins vastes que le futur coeur marin.

A Carry, dans les eaux de la réserve du Cap Couronne, de 1995 à 2004, par rapport aux zones non protégées, la

taille moyenne des poissons a été multipliée par 2 et le nombre de gros spécimens - les meilleurs reproducteurs - par 14.

A Scandola, la réserve de pêche est aujourd’hui plébiscitée après avoir été, à sa création, très critiquée.

Les chiffres, je crois, parlent d’eux-mêmes. L’effet réserve n’est pas une lubie de technocrate mais une réalité concrète qui se mesurent sur le terrain.

Clairement l’objectif du parc national sera de faire bénéficier la mer mais aussi – indirectement - les usagers de notre littoral de ce fantastique effet réserve qui fait déjà ses preuves sur les récifs immergés par la ville de Marseille en baie du Prado, à peine deux ans après leur installation. Cet effet rayonnera bien au delà des périmètres protégés et permettra à terme aux pêcheurs professionnels comme de loisir d’accroître leur rendement.

Et je souhaite que l’Etablissement public du parc puisse accompagner ce moment de transition si les professionnels dans un premier temps se sentent lésés. C’est tout l’enjeu d’un outil tel que le parc avec des moyens et une réelle politique de développement durable. Ces aires de protection, véritables « placements » pour l’avenir, sont en cours de négociations avec le Comité local des pêches et des élevages marins, les 3 prud’homies concernées mais aussi les représentants de la pêche

loisir : les sociétés nautiques et les fédérations de chasse sous-marine nous ont fait des propositions concrètes à cet égard.

Deux écoles s’affrontent, à ce sujet :

Il y a ceux qui défendent l’idée d’une mosaïque de sites de non pêche sur des espaces très limités, tels autour du Frioul, de Planier, de Riou et du Devenson. Et il y a ceux qui plaident pour un seul site de non pêche mais à la superficie plus ambitieuse autour de Riou pour la haute naturalité du site et Cortiou pour la nécessaire remise en état des fonds marins. Ce que je peux vous dire c’est que la réflexion bat son plein et que je dois rencontrer prochainement le président du comité régional de pêche. Rien ne sera décidé tant que cette réunion n’aura pas eu lieu.

Par contre, j’ai pris la décision de sortir Planier car j’estime que ce lieu n’est pas approprié pour devenir une zone de non pêche eu égard aux nombreux usages existants et j’ai demandé à ce que l’on étudie la possibilité de

mettre le plateau des chèvres en zone de non pêche uniquement l’hiver au moment de la reproduction des poissons.

Sur les communes de Cassis et La Ciotat, des propositions ont été faites par les acteurs professionnels de la mer, sur une partie de Castelvieille, la Pointe du Cap Cacau et une partie modeste du Cap Canaille, 500m sur les 8 km que forment les falaises Soubeyranes. Je souhaite simplement que cette nécessaire évolution se fasse de manière intelligente, cohérente et surtout progressive avec des bilans scientifiques et des comptages tous les 2 ans. Ce que je peux vous dire, c’est que notre proposition à ce sujet porte uniquement sur 7% du territoire de coeur marin potentiel.

10/ Avec le parc national, la batellerie serait menacée…

La batellerie est une activité économique essentielle qu’il convient de conforter et d’accompagner dans ses nécessaires mutations, d’ailleurs déjà engagées par beaucoup de ses représentants. Au contraire, j’ai la conviction que la création du parc national, véritable label d’excellence pour les espaces

protégés, ne peut que favoriser la valorisation de cette activité. Depuis de nombreuses années, la profession s’est engagée dans une démarche vertueuse, mais qui peut certainement encore progresser. C’est la raison pour laquelle l’objectif du parc sera de réduire l’impact environnemental par des mesures ciblées qui pourront

faire l’objet d’une charte de bonne pratique (impact sonore, zone d’évolution des plus gros bateaux, accompagnement vers l’acquisition de bateaux plus propres…).

De façon plus globale, je suis convaincu que le Parc national devra s’investir fortement dans la protection et la gestion de cet espace marin si précieux, notamment en termes de sensibilisation mais aussi de surveillance. L’Etat a d’ailleurs d’ores et déjà prévu d’équiper le Parc de trois navires dès sa création. Je conclurai en indiquant que le travail de concertation va se poursuivre jusqu’à la mi-mars afin de finaliser les

dernières négociations et analyser l’étude sur la gestion de l’interface ville-nature que nous avons commandé à l’AGAM. J’attends beaucoup de ce travail qui devrait constituer une aide puissante à la décision pour arrêter le projet de périmètre définitif optimal du coeur de parc. Comme, je l’ai toujours indiqué, le périmètre est le fruit de la concertation, et non l’inverse. Je sais que certains de mes collègues maires auraient apprécié que je donne des garanties définitives avant la fin de la concertation.

Je ne le ferai pas, car ce n’est tout simplement pas cohérent.

Par ailleurs, je voudrais que vous soyez convaincus que le parc national ne sera pas uniquement un outil de protection de la nature mais bien un moyen nouveau de concevoir et orienter des politiques publiques audacieuses en matière d’aménagement du territoire, de développement durable, de déplacements urbains et

d’urbanisme.

Enfin, je lance un appel solennel.

Ce parc national est un choix de société avant d’être un choix politique.

On ne peut pas passer son temps à se lamenter sur le sort de notre planète, à plébisciter les prises de consciences collectives grâce au protocole de Kyoto, au sommet de Copenhague et demain celui de Mexico, à encourager les grenelles de l’environnement et de la mer, et lorsqu’il s’agit de passer aux travaux pratiques

repousser les changements au lendemain.

Réalisé aujourd’hui, ce parc national sera notre fierté de demain.

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par ROLAND - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 19:58
Au plus ça va au plus je me régale de venir prendre des photos pour les concours qu'organise mon ami Philippe Orlando. Tout ces inconnus des premiers reportages sont aujourd'hui des copains qui se prètent maintenant volontier aux poses. Mais il y a des concours qui sont plus marrants que d'autres...celui est une perle intime qu'une poignée de fiers gaulois ont partagé, solidarité oblige les autres habitués qui n'ont pas pêché pour cause familiales sont venus quand même en coup de vent pour dire bonjours... Comme toujours attention aux voisins car j'ai mis avec la vidéo de la musique qui déménage grave.

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par ROLAND - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 10:19

Est organisé le Dimanche 21 Février un nouveau grand concours de pêche sur la digue du chantier naval à La Ciotat par notre ami Philippe ORLANDO. Nous ne parlerons pas des lots démesurés qui sont encore une fois distribués aux meilleurs compétiteurs ( et aux plus chanceux aussi ). Avec la remontée des températures le poisson est bien sur plus actif ce qui devrai donner l'assurance d'une grande partie de pêche. A vos cannes, SILVERPECHE.COM sera présent sur les lieux pour assurer le reportage photo.... Renseignements et inscriptions au n° de tel dessus.
DSC02498

DSC02515DSC02521

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par ROLAND - dans COMMENTAIRES
commenter cet article
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 19:03

Nous nous sommes vraiment régalé de participer à l'assemblée générale du TEAM SURFCASTING LA CIOTAT, au programme l'activitée de l'année et un apéro de fin vraiment costaud, le lendemain c'était le concours de Philippe ( surfcasting-shop ) j'ai eu les yeux un peu collés le matin dans le froid....

Partager cet article

Repost 0
Construit et imaginé par ROLAND - dans COMMENTAIRES
commenter cet article

  • : Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • Daurades, Sars, Pageots, Loup, calmars, seiches. Surfcasting, calanques de Marseille. Cuisine. Respect de la nature.
  • : C'est l'histoire d'une poignée de gars qui rôdent les sentiers des calanques de Marseille, avec son lot de réussite, de déception face aux filets de pêcheurs, de la saleté laissé sans vergogne. Ici on montre tout et on vous dit tout !
  • Contact

Roro.

  • RORO, GREG, MARCO, GEGE.
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps  ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche...  Aventures de pieds nickelés garanti...
  • Quand la nuit tombe nos esprits s'éveillent, qu'importe le temps ou les saisons il n'y a pas de poissons à l'abri de nos cannes à pêche... Aventures de pieds nickelés garanti...

Pour contacter SILVERPECHE.

                Depuis Votre Messagerie notre adresse est: 

                              silverpeche@gmail.com

    

Recherche Dans Le Blog

Catégories